Imágenes de páginas
PDF
EPUB

BULLETIN

DE

L'ACADÉMIE CHABLAISIENNE

1890-1891

I

TRAVAUX DE L'ACADÉMIE

Séance du 10 Novembre 1890'

(PRÉSIDENCE DE M. Dubouloz)

M. le Président lit les lettres par lesquelles MM. Eugène Ritter, doyen de la Faculté des lettres de Genève, et Eloi Serand, archiviste-adjoint à Annecy, ont remercié l'Académie de les avoir élus au nombre de ses membres

honoraires (1).

M. Duplan présente une copie des Chroniques de la ville d' Evian, par Prévost (2).

tion de MM. Ritter et Serand n'a pas été insérée dans le compte (1) C'est par une omission tout à fait involontaire que la nominarendu de la séance du 11 août dernier.

(2) Voir Mém. Acad. Chab. Tome III, p. xxi.

L'assemblée témoigne sa reconnaissance à M. Duplan et décide que son manuscrit sera imprimé dans les Mémoires de la Société.

Ces Mémoires seront divisés en deux parties:

La première sera intéressante au point de vue de la tradition. Elle contiendra les appréciations personnelles de l'auteur sur les faits de guerre, sur la politique, la religion, etc., etc.; elle sera en outre très attachante par les documents très anciens qu'elle renfermera.

La seconde mettra en lumière les faits de notre histoire, jugés sainement au point de vue d'une philosophie éclairée, avec pleine connaissance de cause, puisque Prévost a été leur contemporain, qu'il a vu ces mêmes faits se dérouler sous ses yeux, ayant été à même, par ses fonctions publiques, de les connaître et de les juger.

M. Jules Guyon donne lecture du role de la capitation pour l'année 1734, soit la répartition de la somme de 3,200 livres imposée sur les nobles du Chablais.

Ce document est très précieux en ce qu'il nous donne la liste des membres de la noblesse de ce pays à cette époque, ainsi que leur situation de fortune.

LeR.P. Joseph, Directeur de l'Orphelinat de Douvaine, présenté par le F. Valfrid et M. l'abbé Piccard, est reçu membre de la Société.

Séance du 8 Décembre 1890

(PRÉSIDENCE DE M. DUPLAN)

Le F. Valfrid donne lecture d'une transaction inter

venue le 1er décembre 1784, en l'étude du notaire royal collégié Bétemps, entre les Révérends seigneurs prieur et religieux de la royale abbaye d'Aulph et Révérend Pierre-Joseph Vulliez, curé de Reivroz, par laquelle les parties conviennent de cantonner et limiter à l'eau d'Outre-Brevond les dixmes et novales à faire respectivement par elles.

M. Duplan dépose sur le bureau, en manuscrit, une monographie de Bernex (Haute-Savoie), par Charles Thiébaut, instituteur. Après l'indication de la position géographique et administrative de la commune, ce travail comprend la très intéressante orographie du pays, étudiée par l'auteur avec un soin d'alpiniste, son hydrographie, son commerce, ses voies de communication et le nombre des écoles. Il nous rappelle, en passant, l'origine du sobriquet de brûle-camp donné aux habitants de Bernex qui, en 1689, incendièrent au col de la Creuzat le campement des Luzernois.

L'Académie remercie M. Thiébaut de son envoi et l'engage à persévérer dans ce genre d'étude; elle ne saurait trop encourager la rédaction de telles monographies qui peuvent être complétées par de précieux renseignements sur le climat, l'histoire naturelle de la région, l'histoire des habitants, leurs us et coutumes, les conditions d'habitat dans la localité, tant au fond des vallées qu'aux flancs des montagnes. Par leurs connaissances et leur situation, MM. les instituteurs sont plus que tous autres à même de travailler à ces études.

Séance du 12 Janvier 1891

(PRÉSIDENCE DE M. Dubouloz)

La démission de M. Jordan Maurice est acceptée. M. Duplan entretient l'assemblée des origines de la commune à Evian et analyse les différents documents, franchises, patentes, etc., qui s'y rapportent.

Le F. Valfrid présente un acte passé à Thonon chez le notaire Guyon, en date du 8 janvier 1711, par lequel le sieur Mauris Gonnard, commis général des fermes unies de Savoie, en vertu des pouvoirs à lui délégués, établit le sieur Claude-Joseph Michaud, bourgeois de Thonon, en la commission, vente et distribution du sel dans la ville de Thonon et dans le lieu de Nernier, « à la charge quil tiendra les bancs desdits lieux bien et dheuement assortis de sel, qu'il distribuera egalement au jour, lieu et heure accoutumée, sans bailler aucun suiet de plainte aux peuples. . . faira le poids

[ocr errors]

fidelement.. ne vendra ledit sel, plus de quatre sols la livre et payera ledit sicur Michaud la bale du sel pesant cent cinquante livres, poids de gabelle pour Thonon a raison de quarante huict florins, un sol, six deniers, et pour Nernier a raison de quarante sept florins, neuf sols, neuf deniers de sel net, et pour la commission provinciale, ou il est obligé de fournir du sel les bancs du Biot, St Jean d'Aulps, Morzine et Habères, pour quoy il tiendra un magasin a Rive soubs Thonon

il est accordé au dit sr Michaud cent huict florins d'appointement par quartier, tant pour ce que dessus, que pour la voiture du sel, qu'il sera obligé de faire venir a ses depens de Bellerive ou Genève. .

Séance du 9 Février 1891

(présidence de M. DUPLAN)

Le F. Valfrid donne lecture d'une convention du 12 mars 1783 par laquelle Rme Seigr Marie Aimé Dichat, abbé d'Abondance et préfet de la Ste Maison de Thonon et Messire Dom Antoine Joseph Deloys Baron de la Bastie, Choulex, seigr du Crest, Lugrin, Bonnevaux, Merlinge, etc. Chevalier Commandeur de la Sacrée Religion des SS. Maurice et Lazare, en exécution des Billets de S. M. des 3 décembre 1777 et 17 janvier 1783, promettent de faire payer chaque année au Ra Sa Curé de Châtel et à ses successeurs, pour supplément de portion congrue, la somme de 230 livres de Piémont, sur les revenus de la dite abbaye d'Abondance.

[ocr errors]

moyen

Inant quoi ledit curé promet de fournir à la dépense journalière du pain, du vin, du luminaire de l'église, du blanchissage des linges de la sacristie et autres petites dépenses d'icelle, et outre ce se départ en faveur de la dite abbaye de toutes les Novales que lui et ses successeurs avaient droit de percevoir par le passé et pourraient avoir droit de percevoir à l'avenir dans l'étendue de la paroisse de Châtel et terrain en dépendant et renonce à tous plus amples suppléments de portion congrue,

« AnteriorContinuar »