Histoire d'une famille provençale depuis le milieu du XIVe siècle jusqu'en MDCCCLXXXIII: recherches et documents sur la famille Arnaud, de Forcalquier, Volumen1

Portada
E. Camoin, 1884
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 408 - IN NOMINE SANCTE ET INDIVIDUE TRINITATIS, PATRIS ET FILII ET SPIRITUS SANCTI. AMEN.
Página 4 - Salverte, notre nom, c'est nous-mêmes : dans notre pensée, dans la pensée de ceux qui nous connaissent, rien ne peut en séparer notre idée : On le prononce, et soudain blâme ou éloge, menace ou prière, haine ou affection, c'est nous qu'atteignent les idées et les sentiments que l'on y attache.
Página 4 - Notre nom propre , c'est nous-mêmes : dans notre pensée , dans la pensée de ceux qui nous connaissent , rien ne peut en séparer notre être ; on le prononce , et soudain , blâme ou éloge, menace ou prière, haine ou affection, c'est nous qu'atteignent les idées et les sentiments que l'on y attache. Quelques syllabes insignifiantes , ou dont le sens ne s'applique sous aucun rapport à l'homme qu'elles désignent, suffisent néanmoins pour réveiller inévitablement le souvenir de cet homme,...
Página 12 - Quant à ce qui a donné les surnoms aux roturiers, c'a été aux uns la couleur des cheveux, l'habitude ou les défauts du corps, la façon des habits, ou l'âge; aux autres, la profession, l'office, le métier; à quelques-uns leurs bonnes ou mauvaises qualités ; à plusieurs, la province ou le lieu de leur naissance. Néanmoins, pour la plus grande partie, c'a été quelque nom propre qui était ordinaire dans leur famille, ou même quelque sobriquet qui a passé à leurs descendants.
Página 133 - Traiectensis, publicus imperiali auctoritate et ordinaria admissione notarius, premissis omnibus et singulis, dum sic ut premittitur agerentur et fièrent una cum prenominatis testibus presens interfui eaque...
Página 137 - Dès qu'un bourgeois s'était eurichi dans la pratique d'nne industrie quelconque, il s'empressait de s'allier avec la noblesse en épousant la fille de quelque pauvre gentilhomme. Il achetait ensuite une seigneurie et en prenait le nom. Trois générations passant là-dessus, le tour était joué, et ses descendants devenaient nobles de race et se qualifiaient »i«i/ni/îcn
Página 4 - ... à l'usage de la parole. Il faut qu'un père distingue chacun de ses enfants, soit quand il leur parle, soit quand il parle d'eux en leur absence, et lorsque le geste ou l'inflexion de la voix ne suffit plus pour les faire reconnaître. Le signe distinctif qu'il emploiera ne peut être qu'un nom exclusivement propre à la personne désignée. Le père, à son tour, reconnaîtra le nom qu'il recevra de ses enfants.
Página 12 - D'après lui, les seigneurs et les gentilhommes, les prenaient le pins souvent des terres qu'ils possédaient ; les gens de lettres du lieu de leur naissance ; les juifs, quand ils se convertissaient, et les riches marchands, les prenaient de la ville de leur demeure.
Página 156 - Il est probable que les choses se passaient à peu près de la même manière dans les familles plus pauvres, vêtements blancs, tatami, servantes et prêtres exceptés.
Página 301 - Lingonenses nostros constituimus et etiam ordinamus procuratos et nuntios speciales et quemlibet ipsorum in solidum ita quod non sit melior conditio occupantis...

Información bibliográfica