Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Traduction :

La réputation de Scheveningue-les-Bains est depuis lougtemps établie, et la puissance hygiénique de ses eaux peut être comparée aux vertus des sources précieuses de l'île des Bienheureux.

Pour cette raison les nobles et fils de roi de l'Europe entière viennent de l'Orient et de l'Occident y affluer en grand nombre pour se baigner afin de voir leur santé rétablie et leur vie prolongée.

Aujourd'hui nous avons le bonheur de voir

Son Excellence l'Ambassadeur de

l'Empire du Milieu, Li Houng-Tchang

daigner porter ses pas vers notre modeste établissement.

C'est pour nous un grand bonheur et une faveur dont nous nous rappellerons éternellement.

En nous inclinant devant vous, nous espérons que votre Excellence ne dédaignera pas notre simple régal et notre humble établissement ce qui serait pour nous un véritable bonheur.

Le corps courbé, nous implorons

Son Excellence l’Ambassadeur Impérial

qu'Elle veuille, dans sa bienveillance, nous excuser, et qu'Elle daigne permettre à la Direction de l'Etablissement des Bains de Lui offrir ses félicitations.

Après avoir terminé Son voyage à l'Occident et après être rentrée dans Sa patrie, Votre Excellence voudra peut-être se souvenir de la fête d'aujourd'hui, ce qui fera le bonheur des trois existences ') de la Direction de notre Etablissement des Bains.

Nous souhaitons sincèrement que

1) C'est-à-dire, la vie antérieure, actuelle et future.

L’Auguste Ciel veuille protéger et confirmer

Son Excellence l’Ambassadeur Impérial du
Grand Empire de la Fleur du Milieu

Li Houng-tchang qu'il puisse éternellement jouir des trois abondances et des trois conformités !) et que la gloire de Ses vertus soit impérissable.

Son Excellence daigna bien agréer cet hommage, et après s'être informé qui en était le rédacteur, il s'adressa à moi, qui était placé vis-à-vis de lui, et s'informa avec bienveillance de mon âge et de l'endroit où j'avais fait mes études en Chine etc.

Après le diner et le concert, un feu d'artifice fut tiré sur la terrasse du Kurhaus, le bouquet duquel fut formé d'un côté des armes des Pays-Bas, tandis que de l'autre côté parut en gros caractères chinois flamboyants l'inscription File

Puisse Li Houng-tchaug vivre mille ans.

L'ambassadeur se montra fort satisfait de ces hommages, et lorsqu'on le pria de vouloir bien s'inscrire dans le «Livre d'or», c'est-à-dire un grand album, déposé dans la salle de réception du Kurhaus de Scheveningue, dans lequel seulement des princes et personnes de la haute aristocratie ont le droit de s'inscrire, il demanda la permission d'emporter le livre à son hôtel afin d'y écrire à son aise quelques lignes en souvenir de la soirée passée aux bords de la Mer du Nord.

Le lendemain le Livre fut rapporté et l'on y trouva la légende suivante, qui contient, comme on le voit, une réponse à l'hommage chinois qui lui avait été offert.

1) Les trois abondances sont plusieurs années de Bonheur, de Longévité et plusieurs fils.

Les neuf conformités (semblances) signifient que le bonheur soit semblable à une montagne, semblable à une colline, semblable à un plateau , semblable à un monceau, semblable à un fleuve, semblable à la pleine lune, semblable au soleil radieux; que sa vie soit d'une longueur semblable à celle de la montagne du Midi, et semblable aux cyprès et aux pins toujours verts.

年七月五日李鴻章

五月二十五日即西歷一千八百九十六

高會娛絲竹千歲燈

可謂善頌禱突詩以紀之光緒二十二年

濱張樂放燈花中現有千歲李某五字

荷蘭多文學奉使過此官紳

出入承明五十年忽來海外地行仙盛筵

報傳

队北海之

Traduction :

D

«Pendant cinquante ans je suis sorti et rentré dans le cabinet impérial') «Quand inopinément je me trouvai comme dans un paradis dans un pays

d'outre-mer. «Dans un somptueux banquet et une noble compagnie on m'a régalé de

musique d'instruments à cordes et à vent ?) <Et j'ai été heureux de voir dans un feu d'artifice les voeux pour ma

longue vie» :).

1) Voyez la note explicative à la fin.
2) Littéralement : «on in’a régalé de (cordes en) soie et d’(instruments en) bambou».
3) Littéralement: «Mille ans». Ce quatrain est écrit en vers de sept caractères chacun.

«Il y a beaucoup d'hommes lettrés en Hollande, et en y passant, selon la mission que j'avais reçue de mon souverain, les autorités et les notables m'ont invité à un banquet aux bords de

la Mer du Nord.

On y a fait de la musique et on y a tiré un feu d'artifice, dans lequel apparurent les cinq mots «Mille ans pour Li, etc. > qui représentent, à ce que je pense, un voeu excellent de longévité que j'ai voulu commémorer dans mes vers.

Le 25 du 5e mois de la vingt-deuxième année de Kouang-sü, répondant au 5e Juillet 1896 du calendrier occidental.

(signé) LI HOUNG-TCHANG.

Nous pouvons ajouter que S. M. la Reine régente des Pays-Bas a conféré à l'ambassadeur Chinois la décoration de «Grand'-croix da Lion Néerlandais » qu'il a portée au diner offert à lui par Sa Majesté en son palais à Soestdijk, le 6 Juillet.

Note explicative. Ce passage a été un peu librement traduit par les interprètes de l'ambassade par «Je suis depuis plus de cinquante ans un des membres de l'Académie impériale chinoise et secrétaire général de cette académie» (Figaro, 14 Juillet 1896, d'après la traduction hollandaise donnée dans les journaux Néerlandais).

Les mots * n ching-ming sont ici abrégés pour * JS, le «Cabinet qui reçoit la lumière». C'était un cabinet à côte de la « Porte qui reçoit la lumière», en dehors du pavillon Chih-, dans l'ancienne capitale Loyang des souverains de la dynastie de Han, située à l'ouest de la ville actuelle de Ho-nan-fou ( YPJ ) dans la province de Honan [承明廬在承明門側、石渠圈外) Dans une lettre adressée par l'Empereur Wou, de la dynastie de Han (140–85 avant notre ère), à Yen-tsou ( D ), on lit le passage: «Vous êtes las du «Cabinet qui reçoit la lumière» Monsieur! et fatigué de votre service auprès de Moi» (# # * HJ

Ź the Ź$). C'était donc bien le cabinet impérial comme il parait par un vers de l'empereur Yuen des Liang ( JT , 552 – 554 de notre ère): «Dans un attelage attelé de quatre chevaux, on visite l'Empereur et lui offre ses hommages dans (le cabinet qui) reçoit la lumière (LE TETTE EL * OJ). Ying-kiu, grand annaliste, grand général de la cour sous les Wet(應璃魏侍中大將軍長史) dit dans un de ses poèmes: «Demandez-donc quels mérites j'ai eus, que je suis entré trois fois dans le Cabinet qui reçoit la lumière » ( PO # tos

oh ohE1). Ce n'est que plus tard que ce nom a été appliqué à l'Académie impériale Han-lin, parmi les membres de laquelle on récrute les Censeurs de l'empire. Comp. le Peï-wenyun-fou, Chap. XXIII E, fol. 62 recto et verso, et le Kouang-szeloui-fou (ht, Vol. II, Chap. V, fol. 20 verso, article

# Han-lin). Il est évident que Li fait allusion plutôt à sa qualité comme chef du Cabinet, que comme membre de l'Académie des Sciences.

« AnteriorContinuar »