Collection des Chroniques Nationales Françaises écrites en Langue vulgaire du treizième au seizième siécles avec des Notes et Eclaircissemens, Volumen37,Parte12

Portada
1826
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página lxxxvi - et illecq séjourna douze jours, durant lesquels » douze jours touts ses gens d'armes tinrent les » champs en mangeant et pilliant le plat pays , » lequel estoit et obéissoit au duc , et mesme les » villaiges de plusieurs nobles qui estoient avecq » le duc ; et disoit-on que le ducséjournoit à Cour...
Página xciv - A ce jour elle estoit » tenue une des villes du royaume où il y avoit » plus de riches gens , de richesses et de grandeur ; » et y avoit grand peuple, hommes et femmes , » moult gentement habilliés et pompeux, aussi dé» vots, et ung peuple moult ausmonier 3.
Página cci - Dijon, tautfromant comme orge , au clerc de nostredite vénerie , présent et advenir, dont il baillera sa lettre de recepte à celuy ou ceulx de qui par nostre ordonnance il recevra lesdits grains, et en sera tenu de rendre compte en la chambre de nos comptes à Dijon , ainsi qu'il appartiendra , lesquels grains pourront valoir par commune année environ 483 francs.
Página xxi - Monstrelet : il parle , à la vérité, de malheureux qui n'avoient avec les Vaudois , de commun que le nom : mais il parle aussi des persécutions que ce nom, excita , et il mérite ainsi, à tous égards , de figurer au...
Página lxii - Et quant cha» cun fust recrand , ils estèrent leurs heaulmes , » et vindrent aux dames , et les meirent en ung » très bel hostel, assez près dudit pont au» quel lieu ledit comte de Charollois avoit fait » appointer ung moult riche mangier ; et après » mangier chantèrent et dansèrent , et après tout » ce , les dames remontèrent à cheval...
Página 6 - Franche. de ce nom, et Henry VI, roy d'Angleterre, fils du roy Henry , et de Catherine de Franche , sœur au roy Charles dessusdit , prindrent d'eschelles et par emblées, les Anglois, les ville et chastel de...
Página xvi - ... encore deux sortes de gens qui n'étaient pas pourvus ; c'étoient les ménétriers et les catins. Ils vinrent présenter leur requête à Dieu et le prièrent de leur assigner de quoi vivre; Dieu alors donna les ménétriers à nourrir aux nobles , et les catins aux prêtres. Ceux-ci ont obéi à Dieu, et rempli avec zèle la loi qu'il leur a imposée ; aussi serontils sauvés incontestablement. Mais quant aux nobles, qui n'ont eu nul soin de ceux qu'on leur avoit confiés , ils ne doivent attendre...
Página cv - Il appre» noit à l'escole moult bien et retenoit ; et s'appli» quoit à lire et faire lire devant lui , du commen-- » cément , les joyeux contes et faits de Lancelot » et de Gauvain; et retenoit ce qu'il avoit ouy mieux » qu'autre de son âge et de sa nature ; désiroit la » mer et les bateaux sur toutes riens. Son passe» temps estoit de voler à esmérillons ; et chassoit » moult volontiers, quand il en pouvoit avoir le » congé. Il jouoit aux échecs mieux qu'autre de » son temps '...
Página 110 - Bertrand d'Espagne , séneschal de Foix, armé tout au blancq, qui portoit la bannière du roy , monté sur ung coursier moult richement habillié; et avoit son cheval ung chanfrain garni d'or et de pierres précieuses, prisé à quinze mille escus , et grand nombre de gens après lui ; et sans intervalle venoient six cents lanches à pied.
Página lxxv - Les dames répliquent, comme on peut penser , et les parties ouïes, Dieu dit aux moines : « Si vous le trouvez bon , je donne vingt ans pour se peindre aux femmes qui en ont plus de vingt-cinq : soyez plus généreux que moi, donnez-leur en trente.

Información bibliográfica