Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAPITRE III.

ABBÉS DIVERS ET RELIGIEUX CÉLÈBRES

1613-1640.

1. Synode de 1611.-Les reliques de Grégoire VII.—La route du monastère.— L' Abbé de Cava est temporairement privé de la faculté de donner les or dres mineurs. — La nouvelle Bibliothèque et le Clocher actuel. — La cloche de Santa-Felicita. — Synode de 1628. — La Salle du Chapitre. — Eruption du Vésuve de 1631. — Vol audacieux. — Gouvernement réparateur de l'abbé Fusco. — II. Le copiste Camille Massaro.—D. Honorius Totu; ses travaux philosophiques et oratoires. — Le prieur De Notariis. — D. Vincent De Tuccis. — Sainteté de Benoît Zitello. — Héroisme de D. Zacharie Capograsso. — D. Urbain Carrara et le poste Canale. D. Léon Matina. — Ses éloges des doges de Venise. Ses autres travaux.

Après l'abbé Alexandre Rodulphe, l'historien de la Sainte-Trinité, tandis que Dom Augustin Venereo travaillait à l'organisation et à l'illustration des Archives de Cava, le gouvernement de ce monastère et du diocèse qui en dépend passait successivement dans les mains d'un très-grand nombre d'abbés, et divers religieux, à l'exemple de Rodulphe et de Venereo, s'adonnaient à l' observance des Règles et aux nobles travaux de l' intelligence. Il convient donc de dire brièvement quelques mots des uns et des autres. Et d'abord des abbés.

I. Dom Fabien De Lena est surtout connu à Cava, pour avoir présidé, en 1614, un synode diocésain, dont les statuts firent longtemps autorité '), et pour avoir obtenu de Lucius Sanseverino, archevêque de Salerne, une relique insigne du corps de S. Grégoire VII, dont la translation venait d'avoir lieu 2). Cet abbé mourut à Pérouse, durant l'assemblée générale de l'Ordre ( Avril 1614). Il était alors visiteur de la Congrégation Cassinienne 3).

Dom Séverin Pagano naquit dans le Cilento, mais d'une noble famille de Nocera. Il fit sa profession religieuse dans l'illustre monas

quibus utinam postremam manum dedisset, quæque prælo parata erant, vulgasset! Sibi certe, suoque huic Cœnobio immortale decus apud eruditos quæsiviset, et forte iis qui Diplomaticæ Arti, historiæque Medii Ævi præterito ac presenti seculo insudarunt, palmam præripuisset. » (DE ELASI, Series Princ. Lett. dedic. ).

1) MORERI, Le grand Diction. V. 342.

2) Cela ressort du diplôme de Lucius Sanseverino (Fév. 1614, Arc. Mag. R. 14), 3) VENER. Dict. II. 70.

tère de S. Séverin de Naples, en 1577, et occupa dès lors divers emplois importants. En Mai 1614, il fut transféré de l'abbaye d'Arezzo à celle de Cava, et, durant dix-huit mois, s'y distingua par sa piété et sa grande activivité. Ainsi il orna la chapelle des Saints - Pères de beaux travaux en stuc, fit restaurer ou mieux refaire la route qui du monastère métellien conduit à la ville actuelle de Cava 1), etc. Il terminal enfin heureusement ses jours, à Cava, au retour d'une visite pastorale de son diocèse, le 31 Décembre 1616 2).

Dom Ignace Coppola (1617-21) est aussi fameux par sa simplicité que par son entêtement ». Ne sachant point de quel droit les Abbés de la Sainte-Trinité conféraient à leurs clercs la tonsure et les ordres mineurs, malgré les éclaircissements que s'efforçait de lui don. ner Venereo, il consulta à ce sujet la Cour de Rome. Celle-ci, frappée d'une telle ignorance, décréta qu'à l'avenir les Abbés de Cava auraient à s'abstenir de la collation de ces ordres et qu'ils pourraient seulement donner des lettres démissoriales 3). Ce fut un coup de foudre pour cet abbé imprudent et surtout pour ses religieux, qui considéraient le pouvoir de conférer les ordres mineurs, comme un des plus grands priviléges de leur monastère. Il se mirent donc à l'œuvre pour le recouvrer. Mais il leur en coûta trente années de fatigues et d'énormes dépenses, car ce décret malencontreux ne fut révoqué que sous Innocent X ).

Dom Pierre-Paul De Mauro, d' Averse, ne fit que passer à Cava (1621-22)"). Quant à son successeur, Dom Joseph Vulpicella, de Sarno (1622-27), il a un gouvernement un peu plus re

1) Nous pensons qu'il s'agit ici de la route délicieuse, dite de La Pietra Santa et non point de celle qu'on appelle Strada del Ponte ou de San Cesario: « Viam quoque publicam, quæ ab ipso Sacro Monasterio ad Civitatis suburbia protenditur, quod nimis esset lutulenta, restauravit, atque in altiorem locum transtulit, quam quidem illimem reddidit, licet ascensu subdifficilem. » VENER. Dict, IV. 289.

2) VENER. loc. cit.; Mat. Maj. Cav. 1° 159 a t°; Contin. Anony. Rodulphi. MS. 35. 3) Bulle du 23 Oct. 1620, Arc. Mag. R. 15; MARGAR. Bul. Cas. I. 300.

4) « D. Ignatius Coppula professus Aversæ, Monasterio Cavensi præfuit ab anno 1616 usque ad annum 1621. Hic Abbas nesciens quo iure Abbates cavenses minores conferrent ordines subditis suis imprudenter sacram Congregationem consuluit, quæ decrevit ut ab eorumdem ordinum collatione abstineret, quod decretum, post magnos labores, nec non plurimos sumptus revocatum fuit, tempore Innocentij X Pontificiis. » MS. 35 cit. Cf. VENER. Dict. III. 6; DE BLASI. Chron. 1620.

[ocr errors]

5) D. Petrus Paulus de Mauro Aversanus Monasterium Cavense rexit ab anno 1621 usque ad capitulum generale 1622, quo anno, cum ex præfatis Comitijs ad cœnobium reverteretur, Mutinæ decumbens, ibidem occubuit. » MS. 35.

marquable. Il fit construire, à côté des Archives, la salle spatieuse de la Bibliothèque (1624) 1); éleva, près de la porte d'entrée de l'ancienne église, le Clocher actuel de l'Abbaye 2); puis comme la grosse cloche que l'abbé Robert avait faite, en 1304, s'était brisée, il la fit refondre, tout en lui conservant son nom de Sainte Félicité 3); enfin il obtint que la prestation de 144 tomoli de froment et 12 d'orge que l'Abbaye de Cava donnait annuellement aux religieuses bénédictines de S. Georges, de Salerne, serait réduite de moitié (1627) *).

Dom Ange Grasso, de Fundi (1527-30) présida, à Cava, en 1628, un synode, que Gattola appelle célèbre, dont les constitutions furent imprimées, à Naples, l'année d' après 5). Durant son gouvernement de graves discordes éclatèrent dans l'Abbaye. L' Annotateur, que nous suivons, ne fait pas connaître à quel propos; il ajoute seulemeut qu'elles furent la source d'un grand nombre de maux ). L'abbé Grasso mourut d'un accès de goûte, au Mont-Cassin, le 18 Déc. 1631, dans un grande pauvreté 7).

Les maux que l' annotateur cité vient de déplorer furent un moment

1) Nunc autem anno 1626, sub ipsum ferme anni principium, restaurare cœpta est a fundamentis (Bibliotheca): angusta enim illa, priori sede mutata, ampliorem, aptioremque sibi locum cooptavit, in superioris Dormitorii parte, Archivio contermina. Prælati illius industria tribuendem, cuius opera ac studio inchoatum opus est et absolvetur.» VENER. Dict. I. 178. - Anciennement la BIBLIOTHÈQUE DE CAVA était située près des appartements de l'Abbé, sur une des nefs de l'Église: Bibliotheca illa nobilis Cavensis Monasterij super Ecclesiæ navem posita est, tanta librorum multitudine ac varietate in facultates omnes referta, ut merito Thesaurus incomparabilis appelletur.»RODUL. MS. 35. fo 19 a t°.

2) Les frères convers élevèrent à leurs frais une partie de ce clocher, aujourd' bui si rustique: il se privèrent, dit-on, à cet effet, durant un certain temps, des œufs qu'ils recevaient pour leur nourriture. Cf. DE BLASI. Chron. 1624.

3) Voici l'inscription que porte cette belle cloche:

AHENUM HOC, QUOD ANNO 1304. PRAESUL ROBERTUS FIERI FECIT, CASU FRACTUM JoSEPH SARNENSIS ABBAS ITERUM FUNDI JUSSIT, BENEDIXIT, DEO, MARIAE MATRI, BENEDICTO, CONSTABILI, AC JOSEPH DEDICAVIT, ANNO 1624. REGIMINIS SUI III. ET URBANI OCTAVI I. AMBROSIUS NEAPOLITANUS PRAEFUIT, COMPOSUIT I AUGUSTI, VOCATUR SANCTA FELICITAS.

4) VENER. Add. ad Dict. f° 772.

5) Dum abbas Cavensis esset, celebrem illam Synodum an. 1628 habuit, eruditis probatissimam, atque editam Neapoli an. 1629, typis Dominici Maccarani. GATTULA, Hist. Cas. II. 708. Cf. MIGNE, Dict. des Ord. relig. Cave.

6) Hoc sub præsule multæ discordiæ exortæ fuerunt, quæ plurimorum extitere seminaria malorum. » MS. 35.

7) PETRUCCI, ap. Gattul. op. cit. p. 708.

interrompus sous Dom Jules Vecchione, religieux du monastère de Subiaco, « bon vieillard qui gouverna pacifiquement et utilement l'abbaye de Cava,» pendant trois ans (1630-33), et qui plus tard (163536) fut nommé Président de la Congrégation Cassinienne 1). C'est lui qui restaura l'actuelle Salle du Chapitre, l'orna de peintures diverses 2) el de boisiries d'un dessin très-pur, avec des colonnettes corinthiennes fort élégantes 3). De son temps (1631), eut lieu une terrible éruption du Vésuve, dont les effets désastreux se firent sentir jusqu'à Cava. Pendant plusieurs jours toute la vallée fut obscurcie par une épaisse pluie de cendres et de lapilli *).

Après la très-courte administration de Dom Zacharie Cioccarelli, de Naples ), l'abbaye fut gouvernée par Dom Sylvestre Civi

1)« Bonus senex, qui pacifice domum rexit, » MS. 35. — Cf. Alb. Cas. p. 12.

2) Ces peintures à fresque représentent, sous l'emblème de 15 personnages en coslumes particuliers, les divers ordres religieux ou chevaleresque qui suivirent la Règle de S. Benoît.

3) C'est ce que rappelle une inscription située à droite du siége abbatial, où on lit cette date: MDCXXXII.

4) VENEREO (Addit. f° 510-511) a fait une description saisissante de cette éruption: An. 1631. ipsa die Martis 16. mensis Decembris noctu, circa horam septimam, Mons Vesuvius cepit ignem evomere, cineremque subnigrum metallorum liquore admixtum, qui dehinc in altum elatus, et a ventis impulsus Calabriam usque et Apuliam contendit. Linguae quoque igneae, lapidesque et arbores ignitae ex eadem montis voragine erumpentes mirum in modum cum segetum devastatione, arborumque, et ædificiorum ruina, atque hominum etiam, et animalium nece, per finitima quaeque loca discurrentes usque ad remotissimas regiones se protulerunt. Praeter terraemotus pervalidos, qui per circumadjacentes urbes, praesertim vero Neapolim, horribiliter grassantes vicinae mortis metum iugiter afferebant. Ruit autem pene totum illud Oppidum, quod' Turris octava, aliàs Herculea, vel Herculanum, vulgo Torre del Greco, dicebatur aliaque suburbana, nonnulis etiam habitantibus extinctis. Denique aqua fluminis Sarni, a quo civitas ipsa Sarnensis nomen accepit, quae ex eiusdem montis utero deriva bat, ostio cuniculi, quo fluvius affluebat, a liquoris colluvione occluso, deinceps ex adverso montis latere scatens in praeceps ad vicinum mare recto itinere dilapsa est. Perseveravit autem clades ipsa usque ad diem quintum, hoc est usque ad diem sabbati 21.am eiusdem mensis Decembris. » etc., etc.

5) Dans les Archives du Mont-Cassin (Arc. Caven.), il existe une lettre circulaire faite par cet abbé à l'occasion de son élection. Nous traduisons le commencement, pour donner une idée de la puissance de l'Abbé de Cava à cette époque Dom Zacharie de Naples, humble abbé du sacré monastère de la Sainte-Trinité de Cava; Ordinaire du diocèse de même nom, avec juridiction sur les terres de Tramutola, Roccapiemonte, Castellabate, Perdifumo, San-Mango, Capograsso, Serramezzana, Matonti, Casalicchio, Santa-Lucia, Castagnetta, dans le Cilento; sur celles de Santa-Barbara, Gli Grassi, Vallenova, Pertosa, San-Pietro extra Pollam, Santa-Trinità intra Pol

tella (1634-36), sous lequel d'audacieux voleurs s'emparèrent d'une somme fort considérable. Une nuit, et très-probablemente de connivence avec le domestique de l'Abbé, ils s'introduisirent, par une fenêtre, dans les appartements abbatiaux et les dévalisèrent complètement. Les auteurs du vol furent plus tard sévèrement punis; mais l'argent enlevé ne fut point rendu; de là malaise du monastère et mé contentement des moines ').

L'abbé Séverin Fusco, de Castel-Forte, près de Gaëte (1636-40) arriva fort à propos à Cava pour réparer ce dernier malheur: « C'était, dit Gattola, un homme de grand talent, de beaucoup de science et d'une dextérité remarquable, qui avait naguère heureusement rempli, à Madrid, près de Philippe IV, une ambassade délicate» 2). Il sut d'abord gagner l'affection de ses religieux et les faire tous concourir au bien de l'abbaye. Une sage économie rendit bien vite au trésor du monastère, ce que les voleurs lui avaient enlevé. Nous trouvons la preuve non équivoque de ce fait, dans les nombreuses restaurations et constructions qui furent alors exécutées; dans l'acquisition de la belle et grande croix en argent, dite la Croix de l'Abbé; dans la rénovation du maître-autel de la Basilique abbatiale, qui fut orné de divers marbres précieux, aux couleurs variées, que l'on peut encore admirer en partie aujourd'hui 3). Mais l'action la plus glorieuse et la plus utile, sans aucun doute, que l'abbé Fusco ait faite à Cava, c'est la généreuse protection, qu'il eut le bon sens d'accorder, non point, hélas! à l'abbé Venereo, il venait de mourir consumé par ses immenses travaux paléographiques (1638), mais à Dom Camille Massaro, son digne successeur dans les Archives de Cava.

[ocr errors]

II. Massaro était originaire de Capoue. Il avait fait à Cava sa profession religieuse sous l'abbé Vulpicella, le 17 Nov. 1624. Dom Séve

lam, au val de Dianum, etc.; Seigneur utile de Tramutolaa in civilibus, crimina libus et mixtis, » et de Roccapiemonte « in civilibus et mixtis. » etc.

1) Ex MS. 35.-Dom Sylvestre Civitella, à l'époque de sa profession (4 Mars 1593), avait donné à l'abbaye de Cava une riche propriété, située près du fort Sant'Elmo, à Naples, qui fut vendue, dans la suite, à la Duchesse de Gravina et dont le prix servit à acheter la juridiction criminelle de Tramutola. C'est lui aussi qui rétablit à Cava l'usage de la Cappa Magna. ( VENER. Dict. IV. 322).

2) GATTULA. Hist. Cas. II. 709.

3) Sub hoc digno Præsule, Crux magna argentea conflata fuit, altare maius Marmoreis tabulis variis coloribus, ut cernitur, depictis exornatur, ac multa alia, tum ad Ecclesiam, tum ad domus decorem constructa fuerunt. » MS. 35.-Cf. VENER. Dict. IV. 289.

« AnteriorContinuar »