Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[graphic]

Gerson a un opuscule intitulé: Tractatus de modo vivendi omnium fidelium (1). Illyricus ne cite pas textuellement ce traité, il ne le paraphrase pas, mais, il me semble qu'il s'en est inspiré. Cette opinion a surtout pour fondement la comparaison entre les règles concernant les marchands et les aubergistes dans Gerson et dans Illyricus.

En résumé ce recueil n'est pas entièrement de Thomas Illyricus. Outre ce qui est emprunté à Gerson, le texte a pu être arrangé par le secrétaire et les éditeurs. Mais l'expression vive et directe des observations et critiques me paraît bien appartenir en propre à Thomas Illyricus. Ces observations et critiques nous serviront à mettre en relief le rôle réformateur si important d'Illyricus et les mœurs relâchées de son époque.

VI.

In Lutherianas hereses clipeus Catholicae ecclesiae (2) per Reverendum sacrae paginae cultorem et eloquiorum dei praeconem celeberrimum ac Apostolicum Fratrem Thomam Illyricum minoritam reg. observ. editus. In duo sectus volumina: quorum primum de Sacramentis pertractat Ecclesiae adversus Lutheri opus de Captivitate Babylonica (3) inscriptum; alterum reliquos eiusdem Martini Lutheri errores perstringit confutatos. F. CXCVIr: Clipeus Ecclesie adversus Lutherianas hereses... feliciter explicit. Quem Taurini fidus chalcographus ac bibliopola Anthonius Ranotus excudit. Anno ab virginei partus Unigena MDXXIIII, octavo Idus Iulii.

[ocr errors]

Format. In-4°; 16 ff. non ch.; ff. chiffrés: I-CXCVI; signatures AA-BB, a-z, et 5.

Réf. Bibl. nation. Paris, Rés. Invent. D. 5850. Autun Bibl. munic., S. 233. Munich Bibl. de l'Etat.

Notes descriptives. Au verso du titre: S. François recevant les stigmates avec la légende, au-dessus: B. F. Minorum Pater et Dux; en bas eius floret hortulus.

Outre le sujet principal indiqué par le titre, ce volume contient quelques autres pièces qu'il faut indiquer ici. 1° Un avertissement de Ioannes Bremius au lecteur. 2o Une lettre de Th. Illyr. au pape Clément VII: Fratris Thome Illyrici minorite divini eloquii preconis epistola ad beatissimum papam Clementem Septimum. 1524. 3o Une lettre dédicatoire de Th. Illyricus à Augustin Grimaldi, évêque de Grasse. Reverendo Dno, sacre pagine cultori, Dno Augustino Grimaldo Grassensi Epo. necnon et Monachi dno, Frater Thomas Illyricus, minorita et verbi dei humilis apostolicus preco, S. P. Ecce opus R. D. V. dedicatum. Ea nunc ut de affluentia divitiarum suarum excudi faciat quero non pigri

(1) Op. cit. t. I, 4 R.

(2) Cela est donné comme titre par l'auteur au fol. III.

(3) Luther fit imprimer son pamphlet De Captivitate, le 6 octobre 1520.

sermon sur le Nom de Jésus (1) mérite une mention particulière. Amalgame de latin, de français, et de langue romane, il est comme la sténographie d'un sermon tel que les composait et les prononçait Th. Illyr.; on peut même dire que nous en avons là une reproduction cinématographique, car les gestes même et les mouvements de l'orateur et de l'auditoire y sont indiqués. Le contraste entre ce sermon (2) et les autres, dans ce recueil, semble prouver que la rédaction des autres sermons a été stylisée par le secrétaire.

མ.

Libellus (3) de potestate summi pontificis editus a Fratre Thoma Illyrico, minorita, verbi dei precone famatissimo et apostolico: qui intitulatur Clipeus status papalis (*).

In alma Taurinensi civitate per Magistrum Ioannem Angelum et Bernardinum fratres de Silva, calcotypos ac bibliopolas egregios excussum et exaratum. Sumptibus vero commendabilis Merchatoris Dominici Bruna de Fruzascho, et proborum virorum Michaelis, Antonii et Mathei, fratrum, de Servais Pinaroliensium, anno Salutiferi Partus 1523, die 23 ianuarii.

[ocr errors]

Sommaire. Quatuor epistolae. Prima (5) est ad Adrianum papam VI. Taurini, 1522, 12 Novembr. Secunda ad illustrem ducem Sabaudiae (6). Taurini, 1522, die 12 Novembris. Tertia ad Lugdunenses. Ex oppido Hyri (1), distante a vestra civitate 4 leucis, 1522 die 23 februarii. Quarta ad reverendissimum d. d. episcopum Valentiae (*). Ex coenobio Sanctae Mariae de Misericordia in montibus Aviglianiae (°), 1522, 12 Maii. Sermo popularis de Ecclesiae clavibus: specialis tractatus de potestate Summi Pontificis contra Martinum Lutherum. Conclusiones quaedam

(1) Fol. 3r-5 v.

(2) Le texte, très intéressant, servira dans la biographie de Th. Illyricus à caractériser son genre oratoire.

(3) Gioffredo (1629-1692) disait, qu'il ne connaissait que deux exemplaires de cet ouvrage: l'un à la Bibliothèque des Princes de Monaco, l'autre à la Bibliothèque des Capucins d'Avigliana; Storia delle Alpi marittime, dans Monumenta Historiae Patriae, Turin 1839, Scriptores, II, 126s.

(1) Wadding a dit, à tort, de cet ouvrage: Prohibetur in Indice Romano, donec expurgetur; Scriptor. Ord. Minor., Romae 1650, 325; Romae 1906, 216. Voir plus bas la note concernant Thomas Elysius.

(3) Pastor, Histoire des Papes, traduct. par Furcy Raynaud, 2o édit. 1904,

t. 9, p. 60, note 1, cite cette épître dédicataire.

(6) Charles III, duc de Savoie, né en 1486, duc en 1504, mort en 1553; c'est

le duc Charles, 3me du nom et 9me duc de Savoie. Paradin, Chronique de Savoye, Lyon 1552.

(7) Irigny, à 11 km. de Lyon.

(*) En 1522 l'év. de Valence était le Cardinal Jean de Lorraine; Gallia christ. 1865, t. 16, col. 332.

() Avigliana, sur la route de Turin à Modane, à 24 km. de Turin.

[ocr errors]

contra electionem Summi Pontificis. Casus septem in quibus Summus Pontifex est auferibilis de papatu. Modus se habendi tempore schismatis. Confutationes conclusionum quarumdam dicti Martini Lutheri. Conditiones veri Praelati et boni pastoris animarum una cum probatione reformandae christianitatis. Invectiva contra malos christianos, in qua delucidantur rariae et diversae quaestiones valdeque necessariae, videlicet de clericis venatoribus; de simoniacis; de pluralitate beneficiorum; de laycis ecclesiasticas dignitates disponentibus; de excommunicatione non leviter inferenda; de cautelis quibus utuntur mali advocati ad decipiendum clientulos; de clericis bellantibus; de eorum continentia; de partialitatibus; de conditionibus et modo vivendi omnium fidelium; de ymaginibus et reverentia eis exhibenda, de sanctorum et festorum cultu et de erroribus qui in talibus committuntur; de tribus essentialibus votis religionis; de magistris sciolis; et de pluribus aliis quae nimis longum foret

enumerare...

Format. In-fol. 160 ff. non chiffrés; signatures a-u.

Réf. Bibl. nation. Paris, Inventaire, D, 5849. Bibl. munic. d'Autun, S. 233 (1). Bibl. munic. de Marseille, S. q. 2. Bibl. de l'Etat à Munich. Notes descriptives: Frontispice. S. François d'Assise recevant les stigmates.

A la fin du livre. 1° Une lettre d'envoi de Massée de Frossasco à

Augustin Grimaldi (2), évêque de Grasse. Il dit d'Illyricus « cum praeceptore meo praesentis operis auctore». In Italia Cispadana, urbe Taurinensi, exaratum 1523, X kalend. Februarias. 2° Un avertissement au lecteur. Bernardinus Pastoris, artium et medicinae professor, civis Taurinensis, lectori S... Il dit de Th. Illyricus, en parlant de ce livre: Quod... summis vigiliis et lucubrationibus auxit, et auctum emittere studuit, et emissum calcographis cudendum tradidit, anno Parthenopei partus centesimae quinagesimae secundae decados anno tertio, Kalend. X februarii. [23 Janvier 1523].

Remarques critiques. Cet ouvrage qui porte pour titre général Clipeus status papalis, est un recueil de sept traités. Wadding en a émunéré six, mais dans un ordre différent de celui qu'ils ont dans l'exemplaire que j'ai eu entre les mains (3), il indique en outre un traité

(1) Cet exemplaire appartenait, avant la séparation de l'Eglise et de l'Etat, au grand séminaire d'Autun. M. Pellechet, Catalogue des livres de la Biblioth. d'un chan. d'Autun, (Claude Guilliaud, 1493-1551), Paris-Autun, 1890, p. 194 s. (2) Augustin Grimaldi, fils de Lambert, prince de Monaco, et de Claude de Grimaldi, abbé de Lérins en 1505, puis év. de Grasse; il passa en 1524 au parti de Charles V; il fut privé de ses bénéfices par François I, et nommé par Charles V évêque de Majorque et archevêque d'Oristano (Sardaigne); par le traité de Madrid, 1526, on ordonna que ses bénéfices en France lui fussent restitués, ce qui eut lieu en 1529. Il mourut le 12 avril 1532. Après l'assassinat de son frère Lucien (1523), il devint tuteur des enfants et administrateur de la Principauté. Thomas Illyricus, on le verra par sa biographie, a été mêlé à l'histoire tragique de Lucien Grimaldi.

(3) Exemplaire d'Autun.

qui n'est pas dans ce recueil (1), et les quatre épîtres dédicatoires. Il confond, à tort, Thomas Illyricus et Thomas Elysius. « Thomas Illyricus, dit-il, aliis Elysius.. ». Or Thomas Elysius, O. P., † vers 1570, a composé, lui aussi, un Clipeus... et c'est ce livre qui a été mis à l'Index. Elysius cite parfois Illyricus (2).

-

Le Clipeus status papalis d'Illyricus contient des emprunts aux œuvres de Gerson. Deux traités ne sont que la reproduction textuelle et partielle de deux traités de Gerson: Casus septem in quibus summus Pontifex est auferibilis de papatu (3); et Modus se habendi tempore schismatis (1). Dupin (5) avait signalé le véritable auteur de ces traités. Mais l'utilisation des œuvres de Gerson, par l'auteur du Clipeus status papalis, va plus loin encore. Dans le traité intitulé Invectiva contra malos christianos l'auteur de notre Recueil utilise textuellement, en guise de canevas, un opuscule de Gerson, Declaratio.. defectuum virorum ecclesiasticorum ("). Après divers alinéas de l'opuscule de Gerson, il insère plus ou moins longuement, des citations tirées des Pères et des Docteurs, des références au Corpus Juris et ses observations et critiques personnelles. Il a omis quelques-uns des titres ou alinéas de la Déclaration de Gerson (7). Il y a aussi quelques variantes entre le texte de Gerson et sa réplique dans le traité attribué à Illyricus, p. e. n.o 48. Plus loin, à propos de la simonie, Gerson se plaint des choix des Cardinaux, pas Illyricus. Illyricus copie la critique de Gerson au sujet des Juifs convertis, no 57 ($). A noter qu'Illyricus, avec le texte même de Gerson, mais pas au même endroit, blâme la recherche dans le soin de la chevelure: Illyricus omet la mention de la barbe qui se trouve dans Gerson. Aurait-il, peut-être, porté la barbe?

(1) De donatione Constantiniana facta 8. Silvestro Pontifici; 1. c.

(2) Piorum clypeus adversus veterum recentiorumque haereticorum pravitatem fabrefactus, Venetiis, 1563, in-4, pp. 697. V. Quétif et Echard, Scriptores ordinis Praedicatorum, Paris 1721, t. 2, p. 212. Index libr. prohib., Romae 1704, p. 51. 86, 278. Le livre d'Elysius est à Paris, Bibl. Nation. Invent. D. 5789: la 50 question traitée est intitulée: De vera donatione facta per Constantinum Ecclesiae de regno temporali f. 312-348. En confondant Illyricus avec Elysius, Wadding a maladroitement rendu notre saint homme responsable d'une faute commise par un autre.

(3) Opera Omnia, 1188, t. I, 3f-3u.

[ocr errors]

(*) Ibid. 3u-3z. Gerson, à l'époque où vivait Illyricus, avait encore une très grande autorité dans l'Eglise de France. Coïncidence curieuse; en 1517 on imprimait par ordre de l'évêque de Bazas, un opuscule de Gerson: L'instruction des curez recteurs et vicaires pour instruire le simple peuple: c'est un abrégé de la traduction du traité de Gerson: De decem preceptis t. II, 25r-261. (L-L 5). Imprimé à La Réole le XXVII jour de Juing l'an mille cinq cens et XVII par maistre Jehan Maurus. (Bibl. municip. de Bordeaux, n° 33209) or Thomas Illyricus écrivait de La Teste de Buch en 1519.

(5) Louis Ellies Du-Pin, Hist. de l'Eglise, 16s. L. 4, p. 449, Paris 1701. (*) Gerson, Opera omn. t. I, 5a (m. 3).

() V. gr. omis: 7, 17, 22, 40, 68, 71. (*) Op. cit. 5, L (m 4).

Gerson a un opuscule intitulé: Tractatus de modo vivendi omnium fidelium (1). Illyricus ne cite pas textuellement ce traité, il ne le paraphrase pas, mais, il me semble qu'il s'en est inspiré. Cette opinion a surtout pour fondement la comparaison entre les règles concernant les marchands et les aubergistes dans Gerson et dans Illyricus.

En résumé ce recueil n'est pas entièrement de Thomas Illyricus. Outre ce qui est emprunté à Gerson, le texte a pu être arrangé par le secrétaire et les éditeurs. Mais l'expression vive et directe des observations et critiques me paraît bien appartenir en propre à Thomas Illyricus. Ces observations et critiques nous serviront à mettre en relief le rôle réformateur si important d'Illyricus et les mœurs relâchées de son époque.

VI.

In Lutherianas hereses clipeus Catholicae ecclesiae (2) per Reverendum sacrae paginae cultorem et eloquiorum dei praeconem celeberrimum ac Apostolicum Fratrem Thomam Illyricum minoritam reg. observ. editus. In duo sectus volumina: quorum primum de Sacramentis pertractat Ecclesiae adversus Lutheri opus de Captivitate Babylonica (3) inscriptum; alterum reliquos eiusdem Martini Lutheri errores perstringit confutatos. F. CXCVIr: Clipeus Ecclesie adversus Lutherianas hereses... feliciter explicit. Quem Taurini fidus chalcographus ac bibliopola Anthonius Ranotus excudit. Anno ab virginei partus Unigena MDXXIIII, octavo Idus Iulii.

-

Format. In-4°; 16 ff. non ch.; ff. chiffrés: I-CXCVI; signatures AA-BB, a-z, et ɔ.

Réf. Bibl. nation. Paris, Rés. Invent. D. 5850. Autun Bibl. munic., S. 233. Munich Bibl. de l'Etat.

Notes descriptives. Au verso du titre: S. François recevant les stigmates avec la légende, au-dessus: B. F. Minorum Pater et Dux; en bas eius floret hortulus.

[ocr errors]

Outre le sujet principal indiqué par le titre, ce volume contient quelques autres pièces qu'il faut indiquer ici. 1° Un avertissement de Ioannes Bremius au lecteur. 2o Une lettre de Th. Illyr. au pape Clément VII: Fratris Thome Illyrici minorite divini eloquii preconis epistola ad beatissimum papam Clementem Septimum. 1524. 3o Une lettre dédicatoire de Th. Illyricus à Augustin Grimaldi, évêque de Grasse. Reverendo Dno, sacre pagine cultori, Dno Augustino Grimaldo Grassensi Epo. necnon et Monachi dno, Frater Thomas Illyricus, minorita et verbi dei humilis apostolicus preco, S. P. Ecce opus R. D. V. dedicatum. Ea nunc ut de affluentia divitiarum suarum excudi faciat quero non pigri

(1) Op. cit. t. I, 4 R.

(2) Cela est donné comme titre par l'auteur au fol. III.

(3) Luther fit imprimer son pamphlet De Captivitate, le 6 octobre 1520.

« AnteriorContinuar »