Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Sur les champs fécondés par leur race bénie,
Au cœur des nations où souffla leur génie,
Leur histoire est écrite en signes éclatants,
Bien mieux que sur ce marbre où passera le temps.

Et la main du vieillard, lentement soulevée,
Me montrait cette histoire au piédestal gravée,
Et les héros debout sur le froid monument,
Et je les contemplais avec recueillement.

- Ne crois pas cependant, en ton ame trompée,
Que leur flanc généreux répugnât à l'épée,
Que le glaive d'acier à leurs mains fut trop lourd,
Et pour les grands travaux trop fragile ou trop court.
Le vent de la victoire et sa noble poussière

Aimaient à se jouer aux plis de leur bannière,
L'aigle a détruit la race et le nid des vautours;
La Croix blanche a flotté sur d'orgueilleuses tours;
Leur bras a triomphé dans de mâles épreuves;
Leurs coursiers hennissants ont bu dans tous les fleuves;
Le Rhône, l'Eridan, le Nil, l'Ebre et le Rhin,
Ont passé tour à tour dans leur casque d'airain.

Si je voulais, jeune homme, à ta vue étonnée
Dérouler, dans ses fils, toute leur destinée;
Attacher leur histoire à tous ces monuments,
De la cause la fin, du noeud aux dénoûments;
Dire où l'aigle a posé son aile lumineuse,
Comment il a conquis sa roche glorieuse;

A quel port est venu le vaisseau radieux,

Mis à flot dans l'orage, à la merci des cieux,
Il me faudrait la voix d'une cloche sonore,

Un luth d'or, et chanter de l'une à l'autre aurore!

Un poète viendra sur ces tombes, un jour,
Dire les chants de guerre et les doux lais d'amour.

A ce peuple de morts il soufflera la vie ;
Les siècles renaîtront dans son ame ravie;
Les hommes, aux concerts du barde harmonieux,
Croiront ressusciter au siècle des aïeux,

Et le pécheur du lac, en repliant ses voiles,
Redira chaque soir son poème aux étoiles,

Et, comme un doux parfum de nos riants déserts,
L'antique souvenir montera dans les airs.

Aux tombeaux des aïeux inclinons nos genoux,
Frère, et prions pour eux !

Ils ont agi pour nous!

Ici, Messieurs, finit le poème. Si, en le parcourant, nous avions hésité à juger son auteur, si la balance était restée indécise entre nos mains, le poids de ce remarquable fragment que je viens de lire, l'aurait fait monter jusqu'à la couronne à laquelle le poète a acquis d'incontestables droits. Sans doute, il existe des lacunes dans l'ouvrage; l'auteur nous le dit lui-même dans une note où il annonce qu'il complétera son œuvre. Qu'il se hâte donc, et en célé

152

RAPPORT SUR LE PRIX DE POÉSIE.

brant un des monuments qui honorent notre pays, il verra son nom, gravé sur le frontispice, passer à la postérité.

Nota. L'auteur du Poème couronné est M. J.-P. VEYRAT.

MATÉRIAUX HISTORIQUES

ET

DOCUMENTS INÉDITS

EXTRAITS

DES ARCHIVES DE LA VILLE DE CHAMBÉRY.

Par M. le Marquis Costa de Beauregard.

Ter MÉMOIRE.

Avant l'époque où les princes fondateurs de la monarchie de Savoie prirent un ascendant décidé sur les petites puissances environnantes, le pays qui depuis a formé leur domaine, était partagé entre un grand nombre de seigneurs, de comtes, de barons, tous, dans l'origine, simples officiers des empereurs ou des rois de Bourgogne, puis devenus héréditaires, quelques-uns même vassaux perpétuels et immédiats

de l'empire germanique. Fiers de leur force, jaloux à l'excès de leur indépendance, ces puissants feudataires visaient sans cesse à la consolider aux dépens de l'autorité souveraine, et sentirent l'importance de s'assurer des retraites qui pussent les protéger contre la vengeance du suzerain, ou les mettre à l'abri des entreprises belliqueuses de leurs ambitieux rivaux. Ce fut alors que, sur les rochers escarpés qui bordent nos vallées, on vit s'élever ces sombres forteresses dont les ruines parlent aujourd'hui si éloquemment à notre imagination. Souvent les anciennes chroniques nous représentent ces châtelains guerriers s'élançant de leurs donjons comme l'aigle de son aire, pour dépouiller le voyageur et semer autour d'eux l'épouvante et la ruine. Mais ces murs furent aussi les muets témoins de nobles actions; l'honneur, l'hospitalité, la gloire, ont habité leur enceinte, et des faits d'un grand intérêt pour l'histoire s'y sont accomplis. S'il nous était donné de faire parler ces nobles débris que le temps et le vandalisme des spéculations font chaque jour disparaître, quel charme nous offriraient leurs intéressantes révélations! Peu de tâches seraient plus belles, plus véritablement patriotiques que de rechercher dans les documents contemporains les souvenirs historiques de ces antiques manoirs, et ceux des familles illustres qui les habitèrent; mais malheureusement fort peu de ces titres précieux nous ont été conservés; beau

« AnteriorContinuar »