Imágenes de páginas
PDF
EPUB

de toute la famille royale. Les deux Cercles et leurs jardins sont brillamment illuminés; la musiqne du 97o de ligne et la Société chorale aixoise font entendre leurs beaux morceaux; enfin, un feu d'artifice termine la soirée, aux applaudissements d'une foule nombreuse, accourue de partout pour jouir de ce ravissant spectacle. La reine et la princesse témoignent leur satisfaction à diverses reprises, du haut de leur balcon, et remercient les organisateurs qui leur sont présentés.

Le 15, S. M., accompagnée des princes et princesses, se rend à Chambéry et passe en revue, au Champ-de-Mars, la garnison de cette ville, composée d'un régiment de dragons, d'un régiment de ligne et de deux bataillons de chasseurs à pied, sous le commandement du général O'Neil.

La reine a quitté Aix le 22 avril, à 4 heures du soir, pour se rendre à Darmstadt. Elle a été saluée au départ par les autorités qui l'avaient reçue à son arrivée, et leur a plusieurs fois exprimé, avant de partir, sa satisfaction du séjour qu'elle venait de faire à Aix, les remerciant aussi des attentions délicates qu'on avait eues pour elle. Elle a laissé mille francs pour les pauvres de la ville, 200 francs pour l'Asile Évangélique, et fait remettre quelques souvenirs et bijoux à diverses personnes.

1890, mai 2. Arrivée à Aix de M. Yves Guyot, ministre des travaux publics, qui descend à l'Hôtel de l'Europe. Là, étant en conférence avec le maire de la ville, M. Perrier, député, M. Rebaudet, conseiller général, il décide l'agrandissement des ports de Puer et de Cornin, et la création. d'un port à Bordeau. Le lendemain, le ministre, accompagné de l'ingénieur en chef du département et du préfet, monté sur le bateau à vapeur Le Parisien, va étudier certains projets élaborés pour rendre le Rhône plus facilement TOME VIII.

IV. SÉRIE.

12.

navigable, du côté de Yenne, la Balme et l'endroit dit le Saut-du-Rhône, et repart le soir pour Paris.

1890, juin 16. Arrivée à Aix de S. A. R. la princesse Clémentine d'Orléans, duchesse de Saxe-Cobourg, mère du prince Ferdinand, roi de Bulgarie, et du prince LouisAuguste de Saxe-Cobourg, son autre fils. La princesse est accompagnée des princes Siegfried et Christophe de Bavière, de la baronne de Pach, sa dame d'honneur, et de diverses personnes de sa suite, tous logés au Grand-Hôtel d'Aix. Pendant son séjour dans cette ville, S. A. R. s'est rendue un jour au château de Chitri, près de Rumilly, pour assister au baptême du fils de M. et Madame de Stancioff, née de Grenaud, baptisé dans l'église de Vallière. L'enfant a reçu les noms d'Alexandre-Ferdinand, et garde l'honneur d'avoir pour marraine la fille du roi Louis-Philippe. Cette princesse a encore fait d'autres excursions dans le pays, entr'autres celle de la Grande-Chartreuse, où les religieux lui ont rendu les mêmes honneurs qu'à S. M. la reine d'Angleterre.

1890, juin 23. Le roi de Grèce arrive à Aix pour faire une nouvelle cure d'eau. S. M. est reçue à la gare, illuminée pour la circonstance, vers neuf heures du soir, par le maire de la ville, le premier adjoint et le chef du cabinet particulier de M. le préfet de la Savoie. Elle est accomgnée de MM. Reineck, colonel d'artillerie, son aide-decamp, et de Thon, intendant général de sa maison, plus diverses personnes de service. Le roi et sa suite se logent au Splendide-Hotel. Nous ne dirons rien du séjour du prince à Aix, où toute la population a pu encore apprécier son affabilité et la générosité de son caractère. Ayant terminé son traitement thermal, S. M. a quitté la ville le 16 juillet, se rendant directement à Athènes par Milan et

Venise. Avant son départ, le roi Georges fait remettre au bureau de bienfaisance la somme de 1,000 francs pour les pauvres.

1890, juillet 1er. La princesse Clémentine d'Orléans, étant à Aix, reçoit la visite de son frère le prince de Joinville et de sa belle-sœur la princesse de Joinville, de la Maison de Bragance.

1890, juillet 21. Arrivée à Aix du général Wanowsky, ministre de la guerre de Russie, et de sa famille.

1890, août 26. M. de Freycinet, ministre de la guerre à Paris, venu déjà plusieurs fois à Aix, y fait encore une saison cette année.

1890, septembre 29. M. Bourgeois, ministre de l'instruction publique et des beaux-arts, séjourne vingt-quatre heures à Aix.

On a encore remarqué parmi les illustrations venues aux bains cette année-là le célèbre explorateur Stanley.

[ocr errors]

1891. Citons sommairement parmi les étrangers de marque venus à Aix, le baron et la baronne de Morenheim, ambassadeur de Russie à Paris. - M. de Freycinet, ministre de la guerre, qui vint deux fois. S. A. R. la duchesse Montpensier, sa fille et sa suite composée de Madame de Carasco, dame d'honneur, M. Luis Lerda de Tajeda, son chambellan. Le duc d'Aumale. La princesse Clémentine d'Orléans. Le prince Pedro de Saxe-Cobourg-Gotha Le prince et la princesse de Joinville. Le roi de Grèce, arrivé le 17 juillet, pour faire une saison. Il est accompagné du marquis de Thon, son intendant général, et de M. Reineck, son aide-de-camp. On remarque encore M. Canovas del Castillo, président du Conseil des ministres à Madrid. S. E. Michel de Kapoustine, ministre de l'instruction publique à Saint-Pétersbourg, lequel fait construire

[ocr errors]

une villa au boulevard de la Roche-du-Roi. La duchesse

de Connaught, fille de la reine d'Angleterre.

--

1892, août 12. Arrivée à Aix de Georges ler, roi de Grèce. S. M. est reçue à la gare, à huit heures et demie du soir, par le maire et ses adjoints, le préfet de la Savoie, le général Bérenger et autres notoriétés; Elle est accompagnée de MM. Reineck, son aide-de-camp, et de Thon, son intendant général. Son séjour à Aix, où il est très populaire, n'offre aucunes particularités, sauf que S. M., dans ses nombreuses promenades dans le pays, n'a pas oublié le Revard, dont Elle a fait l'ascension, par le chemin de fer à crémaillère, le 23 août.

Le roi a quitté Aix le 6 septembre, après avoir reçu la veille la visite du président Carnot, se rendant à Paris. Il revint encore faire une saison le 12 août 1893, le 31 juillet 1894 et le 31 juillet 1895. Le Conseil municipal, voulant marquer le souvenir de ce bon prince à Aix, a décidé, dans une délibération qui porte la date du 24 juillet 1894, que la rue de Mouxy porterait à l'avenir le nom de rue Georges Jer.

1892, septembre 5. Le président de la République française, en quittant Chambéry où il est venu assister aux fêtes données dans cette ville à l'occasion du centenaire de la réunion de la Savoie à la France en 1792, veut bien s'arrêter à Aix, où il arrive à 2 heures après midi. Il est reçu à la gare par le maire de la ville, M. Gimet, et par toute la municipalité. Le président étant ensuite monté dans une voiture à quatre chevaux se dirige vers l'Hôtel-de- Ville. Le cortège se compose d'un piquet de gendarmes, d'un escadron du 4 dragons, et d'une suite de grands personnages, parmi lesquels on remarque MM. de Freycinet, ministre de la guerre, Ribot, ministre des affaires étran

gères, Jules Roche, ministre du commerce, le baron Berge, général en chef du 14 corps d'armée, les sénateurs, les députés et les préfets de la Savoie et de la Haute-Savoie, etc., etc. Arrivé dans la grande salle de l'Hôtel-de-Ville, M. le Président écoute le discours de bienvenue de M. le maire', et accueille gracieusement les notabilités de la ville qui lui sont présentées. C'est dans cette réception que M. Carnot, embrassant le jeune Bouchage, habillé en russe, dit: « J'embrasse la Russie en t'embrassant. » Ce mot a fait le tour de l'Europe. Le Président se rend ensuite au Splendide-Holel pour faire visite au roi de Grèce, qui la lui rend un instant après à l'Hôtel-de-Ville. Vers les quatre heures, M. Carnot, ayant visité l'Etablissement thermal, l'Hospice et le Cercle, reprend son train pour rentrer à Fontainebleau.

Parmi les autres grands personnages venus à Aix en 1892, citons M. de Giers, ministre des affaires étrangères de Russie, le baron de Morenheim, ambassadeur de Russie à Paris, le prince Léon Ourousoff, ministre de Russie à Bruxelles, S. A. I. la comtesse d'Eu, le prince don Antonio d'Orléans et Bragance, le prince de Leuchtemberg, cousin de l'empereur de Russie, M. Dellyanis, ministre de Grèce, M. Cambon, gouverneur général de l'Algérie, le grand-duc de Saxe-Cobourg-Gotha, le duc de Chartres et sa famille, etc., etc.

Signalons encore le roi des Belges, arrivé, incognito, le 15 mars 1894, et logé au Splendide-Hôtel, avec sa suite, dans laquelle on remarquait M. de Cumont, son aide-decamp, et le comte Van Steen levhay. Il est reparti pour

Le discours du Maire a été publié dans l'Avenir d'Aix-lesBains, n° du 8 octobre 1892.

« AnteriorContinuar »