Jacques Cœur et Charles VII: l'administration, les finances, l'industrie, le commerce, les lettres et les arts au XVe siècle; étude historique précédée d'une notice sur la valeur des anciennes monnaies françaises

Portada
Didier et cie, 1866 - 514 páginas
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 423 - C'est ainsi, rapporte la tradition, qu'il trompa sur la direction qu'il suivait les archers envoyés à sa poursuite. A côté de cette dernière tribune, on voit à droite et à gauche deux fausses fenêtres, avec les statues à mi-corps d'un homme et d'une femme entr'ouvrant une croisée et regardant dans la rue d'un air inquiet. C'est encore une tradition, que je ne garantis nullement, qui donne l'explication de ces figures. Elles rappellent, dit-on, la fidélité de deux domestiques qui, feignant...
Página 219 - Quand je considère ces testes Entassées en ces charniers, Tous furent maistres des requestes, Ou tous de la Chambre aux Deniers, Ou tous furent porte-paniers ; Autant puis l'ung que l'autre dire, Car, d'evesques ou lanterniers, Je n'y congnois rien a redire.
Página 219 - La mort le fait fremir, pallir, Le nez courber, les vaines tendre Le col enfler, la chair mollir, Joinctes et nerfs croistre et estendre.
Página 219 - Unes contre autres en leurs vies ; Desquelles les unes régnaient, Des autres craintes et servies ; Là les vois, toutes assouvies Ensemble en un tas pêle-mêle. Seigneuries leur sont ravies : Clerc ni maître ne s'y appelle. Que manquait-il à cette poésie populaire du xv...
Página 247 - N'estudioit qu'en vanité jour et « nuit, a dit un chroniqueur, pour desvoier gens et « pour faire et donner exemple aux preudes femmes « de perdicion d'onneur, de vergoigne et de bonnes « mœurs, dont ce fut pitié que la plupart de France « et des marches adjacentes, tout le souverain sexe « s'en trouva beaucoup ensouillé. Et fit pareille...
Página liii - Blanc, sont suffisantes lorsqu'on ne veut calculer que la différence des valeurs intrinsèques. Mais si l'on voulait apprécier la différence réelle des monnaies et leurs rapports avec les habitudes privées et la fortune publique, il faudrait y joindre un aperçu du prix des objets de consommation, de celui de la main-d'œuvre, de celui des salaires, de celui des fermages. Cet aperçu serait fort difficile à établir, je le sais, mais il est indispensable pour une appréciation exacte, et fournirait...
Página 272 - ... le 22 mars 1453, qu'il serait mis à la question. Le lendemain 23, veille du dimanche des Rameaux, on le conduisit devant les commissaires. Là, il réclama de nouveau le bénéfice de sa cléricature, alléguant qu'il avait été pris en habit et tonsure de clerc, et il appela de la procédure qu'on avait faite contre lui. Quelques-uns des commissaires observèrent que , puisqu'il se mettait en telles matières, la question lui en serait plus dure ' . « Alors, dit un document ofli...
Página 127 - En ce pays a grand noblesse et de grands seigneurs et barons, et ya grand foison de bons marchands par mer et par terre , et sont les populaires de grant peine et fort laboureux hommes et femmes, et sont honnestes gens de vesture et de mesnaige , et sont grans beuveux en leurs festimens et grans chières se font par boire.
Página 215 - La soif, qui est le fort que je vueil assaillir. Je trouve , quant à moy , que les gens sont bien bestes , Qui ne se font plus tost au vin rompre les testes, Qu'aux coups de coutelas , en cherchant du renom : Que leur chault, estant mort, que l'on en parle ou non?
Página 218 - Où sont les gratieux gallans Que je suivoye au temps jadis, Si bien chantans, si bien parlans, Si plaisans en faictz et en ditz? Les anciens sont mortz et roydiz; D'eulx n'est-il plus rien maintenant.

Información bibliográfica