Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[blocks in formation]

GÉNÉRALE

DE LANGUEDOC,

AVEC DES NOTES ET LES PIÈCES JUSTIFICATIVES:

COMPOSÉE SUR LES AUTEURS ET LES TITRES ORIGINAUX,

ET ENRICHIE DE DIVERS MONUMENS,

PAR DOM CLAUDE DE VIC ET DOM VAISSETE,

Religieux Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur ;

COMMENTÉE ET CONTINUÉE JUSQU'EN 1830,

ET AUGMENTÉE D'UN GRAND NOMBRE DE CHARTES ET DE DOCUMENS INÉDITS,

[merged small][merged small][graphic][graphic][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

AVERTISSEMENT.

L29886 1840 V.5

L'INTÉRÊT excité par la réunion des faits, généralement peu connus, qui composent les quatre premiers volumes de cette histoire, prend un accroissement sensible dès le commencement de celui-ci. On s'aperçoit bientôt qu'une grande révolution religieuse et politique se prépare ; que des dynasties vont disparaître, que le pouvoir central va étendre au loin son influence, et que la nationalité méridionale va bientôt s'effacer, peut-être pour toujours. La lutte sera longue et sanglante ; mais le parti le plus juste n'obtiendra pas l'avantage. Une invasion des hommes du Nord va renouveler les ravages qui avaient eu lieu durant le 1x° siècle, et dont l'effrayant souvenir était encore conservé dans la mémoire des peuples. Ainsi, à la grandeur des résultats, se joint, dans ce volume, la forme dramatique des événemens, et le savant Dom Vaissete a puissamment contribué, par ses recherches, à agrandir cette partie de nos annales. Dans l’Avertissement de son troisième volume, après avoir indiqué l'abondance des faits qu'il va raconter, et qui commencent à la condamnation des Henriciens, au concile de Lombers, en 1165, et qui finissent à la réunion du comté de Toulouse à la couronne, en 1271, il remarque qu’entre ces événemens, les plus importans, sont l'hérésie et la guerre des Albigeois : puis, parlant des auteurs qui ont écrit sur ce sujet , il s'exprime ainsi :

« Le plus célebre parmi les anciens, est Pierre, moine de l'abbaye de Vaux-sernai au diocèse de Paris , auteur contemporain , et témoin oculaire de la plupart des faits qu'il rapporte : il a écrit l'histoire d'Albigeois, depuis la légation de frere Pierre de Castelnau et de frere Raoul en 1203. jusqu'à la mort de Simon de Montfort, arrivée en 1218. historien véritablement estimable en bien des choses, mais si passionné pour Simon de Montfort, dont il est l'admirateur perpétuel ,

548

et si déclaré contre les ennemis de ce general de la croisade, qu'il est difficile d'en solltenir patiemment la lecture.

» Guillaume de Puilaurens , auteur moins partial, mort vers la fin du XIII. siecle, nous a donné dans sa chronique, qu'il finit à l'an 1272. plusieurs circonstances interessantes touchant l'héresie et la guerre des Albigeois ; et quoiqu'il ne soit pas tout-à-fait contemporain, il pouvoit en être très bien instruit , tant parce qu'il étoit du païs, qu'à cause qu'il fut aumônier de Raymond VII, comte de Toulouse. Nous avons collationné l'édition qui a été déja donnée de cette chronique, sur un manuscrit de plus de 400. ans, qui étoit le 261. de la bibliothèque du Roi. Nous avons fait usage des variantes de ce manuscrit, qui est fort bon, pour corriger plusieurs fautes, entr'autres dans les noms propres, et pour remplir quelques lacunes. Nous avions même le dessein de donner une nouvelle édition de celte chronique ; mais de crainte de trop grossir nos Preuves, nous avons crû devoir la laisser pour la collection des historiens de France, que Dom Martin Bouquet fait imprimer actuellement.

» Enfin, nous trouvons un détail fort circonstancié d'une partie de la guerre contre les Albigeois, dans un Anonyme qui en a écrit l’hisloire, en langue du païs, depuis l'an 1202. jusqu'en 1219. Nous avons crû devoir donner son ouvrage parmi nos Preuves, parce qu'il renferme plusieurs choses qu'on ne trouve pas ailleurs, et qu'il paroit que cet Auteur, quoique posterieur, étoit bien informé, et qu'il a puisé dans de bonnes sources. Cet Anonyme a été connu de Catel qui rapporte quelques fragmens de son ouvrage, dont il avoit vû deux manuscrits défectueux au commencement et à la fin. Il le cite sous le nom de l'Historien du comte de Toulouse, à cause que l'Anonyme paroit fort porté pour ce prince, et il en fait cas, de même que M. de Marca ?. Mais quoique cet bistorien paroisse favorable en effet à Raymond VI. comte de Toulouse, il est faux cependant qu'il soit suspect d’héresie, ainsi que quelques modernes l'ont prétendu : car il donne en divers endroits des témoignages non suspects de son zéle pour la foy Catholique, et de sa haine contre les Héretiques.

[blocks in formation]
« AnteriorContinuar »