Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

GÊNES
IMPRIMERIE DE L'INSTITUT ROYAL DES SOURDS-MUETS

MDCCCLXXXIII

[blocks in formation]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Les quarante pièces que nous publions ici, sont tout ce qui reste aujourd'hui d'un cartulaire conservé aux archives du Magistère de l'ordre des SS. Maurice et Lazare , à Turin,

Ce manuscrit, qui avait été, à la fin du seizième siècle, entre les mains de Pierre Gioffredo, auteur d'une histoire nianuscrite des ordres de SS. Maurice et Lazare : était considéré comme perdu jusqu'à ces dernières années, et Cibrario ne parait même en avoir eú connaissance qu'après la publication de son histoire de l'ordre de Saint Lazare, car les douze pièces publiées par lui en italien, et les extraits qu'il donne de plusieurs autres documents de ce recueil, sont empruntés aux manuscrits de Gioffredo 2.

Nous étions décidés à donner le texte latin de ces douze documents, d'après Gioffredo, lorsqu'à la suite de nouvelles recherches, provoquées par M. le comte Riant et ordonnées par M. le baron Cova, premier officier au magistère, M. le chevalier Moris, archiviste des ordres, a réussi à retrouver ce qui subsiste du cartulaire original.

Ce manuscrit, sur parchemin, ne comprend plus aujourd'hui que vingt feuillets, d'une écriture du treizième siècle, d'une hauteur de o, 255, sur 0, 180. (Le texte a 0,180, sur 0, 135). Les deux premiers cahiers ont chacun huit feuillets. Le troisième contient quatre feuillets d'indications d'un époque plus récente; les autres feuillets ont été coupés 3.

1 Il en existe un exemplaire à la Bibliothèque royale de Turin (St. Patria, 437), et un autre aux archives du Magistère.

2 Diverses fautes de lecture, qui se trouvent dans les copies de Gioffredo et qui ont été reproduites par Cibrario, nous en donnent la preuve. Toutefois il en fait la description dans une note (Op. min., p. 222), et les trois premiers actes du cartulaire portent des annotations de sa main. Nous indiquons à la suite de la cote, les pièces qui ont été données par Cibrario, en italien dans ses Opere minori

Dei Tenipieri e della loro abolizione, degli ordini equestri di S. Lazaro, di S. Maurizio e dell'Annunziata ,

memorie storiche (6.2 ėd) Botta, 1868, in-12, et qui se trouvent reproduites en français, dans le Précis historique des ordres de S. Lazare et de S. Maurice , par le ch. L. Cibrario, traduit par Humbert Ferrand (Lyon, 1860, in-8).

: A la fin du dernier feuillet (200) se trouve la mention suivante écrite d'un main du XVe s.: « Iste » domus que secuntur sunt in dyocesi Trajectensi Sancti

Lazari Jerusalem. Primo domus de Carches. Item do» mus velus de Harlem. Item domus de Uireyo. Item

domus de Bodoatrajato. Item nora domus de Hurlem, » quam fundavit Guillermus de Equomonte, 14a cum » mainione presbitero ».

Le cartulaire de S. Lazare, coté aux Archives sous le n.° 36, est recouvert d'une reliure de cuir estampe, probablement du XVIe siècle, dans laquelle il a été encarté assez récemment.

Les documents, que renferme encore ce cartulaire, sont au nombre de quarante et un 4, mais en déduisant ceux qui sont copiés en double, et en divisant et replaçant à leur date véritable ceux qui ne nous sont conservés que dans les vidimus, nous en avons réduit le nombre à quarante. Comme ils sont transcrits sans ordre dans le cartulaire , nous avons crû devoir les classer chronologiquement s.

Nous devons encore à M. le comte Riant la communication de quelques documents relatifs à l'ordre de S. Lazare, postérieurs au treizième siècle, documents extraits soit des archives de Gênes, soit d'un recueil de privilèges de l'ordre, copié au dix-septième siècle et conservé également aux archives du Magistère des SS. Maurice et Lazare. Nous nous réservons d'utiliser ces pièces pour un travail prochain, dans lequel nous réunirons les différents éléments d'un diplomataire de l'ordre de S. Lazare.

Qu'il nous soit permis, en terminant, de remercier M. le commandeur Promis de la complaisance avec laquelle il a bien voulu, à la demande de notre ami le comte Riant, transcrire lui-même ce précieux manuscrit et nous mettre ainsi à même d'en enrichir les Archives de l'Orient Latin.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

du XXIX

37 38 39 40 41

IT

12

13
14

IS
16

17
18

Nous avons considéré, pour le classement chronologique des pièces, l'année comme commençant dans le royaume de Jérusalem au 25 décembre, ou au per janvier (ce qui revient au même, puisque nous ne possédons aucun document compris entre ces deux dates). Ce système chronologique est celui qu'indique M. de Mas Latrie (Histoire de Chypre, t. II, p. xxv) comme ayant été le plus répandu parmi les ncs de Syrie. C'est aussi celui qu'ont suivi Tafel et Tho mas,

M. F. Delaborde, etc.

19 20

21

22

I.

1130-1145.

Guillaume, patriarche de Jérusalem, annonce qu'un moine arménien, du nom d'Abraham, a donné à la maison des lépreux de Saint Lazare, une citerne, qu'il tenait du patriarche Warmond pour l'usage des pauvres. Cette donation a été faite, sous la condition qu'Abraham conservera perdant sa vie l'usage de la citerne, et recevra de la maison des lépreux, des vivres et des vêtements. Après sa mort, la citerne sera acquise à perpétuité à la maison des lépreux.

[Ms. f. 7 v.o.

· Cibrario, Op. min., p. 221 et trad. fr,, p. 10].

1142.

GUILLELMUS, Dei gratia, sancte Jerusalem patriarcha. Omnibus tam presentibus quam futuris sancte matris Ecclesia filiis, salutem et benedictionem. Dilectioni vestre, karissimi! notum fieri volumus quod quidam monachus armenius, ABRAHAM nomine, cisternam a domino WARMUNDO patriarcha predecessore nostro in usum pauperum sibi datam, domui leprosorum Sancti Lazari in nostra concessit presentia, ita dumtaxat ut, quamdiu viveret, cisternam eandem possideret ac de domo illa victum et vestimentum haberet. Eo vero mortuo, cisterna prefate domus sempiterne manciparetur possessioni.

II.

Foulques, roi de Jérusalem, approuve, avec l'assentiment de sa femme Mélisende et de son fils Baudouin, la donation faite à l'église de Saint Lazare et au couvent des méseaux, par Baudouin de Césarée, d'une terre située entre le Mont des Oliviers et la Citerne Rouge, sur le chemin qui va au Jourdain.

[Ms. f. 8.- Cibrario, Op. min., p. 222 et trad. fr., 11].

6 L'ancien Castrum Adouinum aujourd'hui Kalaat ed-Dem, sur la route de Jérusalem à Jéricho.

« AnteriorContinuar »