Rachel et le nouveau-monde: promenade aux États-Unis et aux Antilles

Portada
A. Cadot, 1856 - 318 páginas

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 195 - Je passais jusqu'aux lieux où l'on garde mon fils. Puisqu'une fois le jour vous souffrez que je voie Le seul bien qui me reste et d'Hector et de Troie, J'allais, Seigneur, pleurer un moment avec lui.
Página 195 - Mon père, Cessez de vous troubler, vous n'êtes point trahi. Quand vous commanderez, vous serez obéi. Ma vie est votre bien. Vous voulez le reprendre : Vos ordres sans détour pouvaient se faire entendre.
Página 195 - D'un œil aussi content, d'un cœur aussi soumis Que j'acceptais l'époux que vous m'aviez promis, Je saurai, s'il le faut, victime obéissante, Tendre au fer de Calchas une tête innocente, Et respectant le coup par vous-même ordonné, use Vous rendre tout le sang que vous m'avez donné.
Página 195 - M'aurait osé braver pour la dernière fois. Je ne dis plus qu'un mot; c'est à vous de m'entendre. J'ai votre fille ensemble et ma gloire à défendre : Pour aller jusqu'au cœur que vous voulez percer, Voilà par quels chemins vos coups doivent passer.
Página 194 - Sais-tu quel est Pyrrhus? T'es-tu fait raconter Le nombre des exploits... Mais qui les peut compter ? Intrépide, et par-tout suivi de la victoire, Charmant, fidèle ; enfin rien ne manque a sa gloire.; Songe...
Página 295 - ... comme moi ! Mais Dieu protège les braves, et il semble avoir créé tout exprès pour moi un petit coin inconnu de toutes les géographies, où je puis oublier mes fatigues, mes peines, ma vieillesse prématurée et pourtant vous lancez votre vilain canard au milieu des oiseaux qui perchent sur mes branches , et qui me chantent les petites et bonnes chansons du retour! le mien invraisemblable, et celui du printemps! « Si j'étais morte en Amérique, vous eussiez, oh! j'en suis bien sûre, été...
Página 189 - Cet empire absolu sur la terre et sur l'onde, Ce pouvoir souverain que j'ai sur tout le monde, Cette grandeur sans borne et cet illustre rang...
Página 204 - J'ai porté mon espoir, mon oracle et mes Dieux. J'ai parlé devant vous la langue du génie. Pour imposer silence à qui vous calomnie, Voici votre réponse. Elle est dans cet accueil Qui me gonfle le cœur d'un légitime orgueil. Oui ! je l'avais senti : toutes les grandes choses Dans l'âme d'un grand peuple ont leurs apothéoses... J'emporte...
Página 228 - C'est re qu'a toujours affirmé la femme de Williams. De plus, le, nom de ce prétendu fils ne se trouve point sur les registres où il est fait mention de la naissance des autres enfants de Williams. Il ya quoiqucs années, mourut à la Nouvelle-Orléans un Français dont le nom était Bellanger.
Página 184 - L'état social des Américains est éminemment démocratique. Il a eu ce caractère dès la naissance des colonies ; il l'a plus encore de nos jours. J'ai dit dans le chapitre précédent qu'il régnait une très grande égalité parmi les émigrants qui vinrent s'établir sur les rivages de la NouvelleAngleterre.

Información bibliográfica