Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Ordo suppositorum vniuersitatis studij Louaniensis in materia sacramentorum et funeralium etc. et ea que circa hanc materiam concepta sunt.

In primis omnes et singulj de corpore vniuersitatis existentes suas confessiones facient et sua sacramentalia a curatis suis sub quibus morantur, vel ab illis a quibus de jure scripto recipere possunt, recipient.

De primo ordine circa funeralia. Primo prelatj qui precedunt doctores seu locum prelatorum in scolis vniuersitatis et missis occupantes non soluant vltra x petros.

Nobiles superiorum facultatum et statum nobilium ac propriam donum tenentes doctores non soluant vltra viij petros.

Canonicj sanctj Petrj soluent secundum hunc modum predictum vel secundum consuetudinem sue ecclesie.

De secundo ordine. Nobiles superiorum facultatum non propriam domum tenentes sed vnum vel duos familiares tenentes, regentes in artibus, licentiatj et baccularij superiorum facultatum propriam domum tenentes vel suas expensas honorifice pro xxij vel xxiij coronis ementes, notarij dominj conseruatoris non soluant vltra vj petros.

De tercio ordine. Nobiles studentes in artibus magistrum vel famulum tenentes, magistri artium ementes expensas integras, licentiatj superiorum facultatum facientes expensas, alij beneficiatj vel aliunde diaites vsque ad quinquaginta renenses annuatim, procuratores, promotores, notarius vniuersitatis non soluant vltra iiij petros.

De quarto ordine. Baccularij superiorum facultatum in pedagogijs vel collegijs commorantes et alij extra commorantes, facientes proprias expensas, magistri artium facientes proprias expensas et viuentes de suis redditibus, studentes in artibus ementes expensas integras, bedellj, librarij non soluant vltra ij petros.

De quinto ordine. Studentes in quacumque facultate medias expensas vel circiter soluentes, studentes in artibus de suis redditibus vel suorum parentum viuentes et facientes

proprias expensas, nuncij, cursores, solutis omnibus debitis, non soluant vltra i petros.

De sexto ordine. Studentes superiorum facultatum viuentes in parte ex honestis manualibus laboribus, videlicet scriptura etc., facientes proprias expensas, studentes in artibus facientes proprias expensas et viuentes de laboribus suorum parentum vel in parte de suis bonis proprijs, alij vero eiusdem vel inferioris status eciam seruitores et seruitrices laijcj, dummodo solutis debitis tantum reliquerint, non soluant vltra .j. petrum.

Jtem predicti omnes erunt astrictj vt pro eis fiant exequie saltem sine pompa et pro quolibet secundum exigentiam sui status, nisi tamen defunctj ordinauerint quam solempnitatem habere velint, vel nisi executores defunctj ex honestate et deuotione facere velint. Et in istis exequijs executores vel heredes habebunt optionem dimittendi cereas circa funus ponendas illj vel illis, ad quem vel quos de jure vel consuetudine spectant, vel eas redimendj pro duobus petris semel dandis.

De septimo ordine. Pauperes nihil habentes et nihil relinquentes nihil soluent.

De plebanis. Item predictj omnes de quatuor primis ordinibus existentes erunt astrictj ad septenaria et trecenaria; que si actualiter fiant, habebunt jura consueta; si non fiant, tunc obligabuntur pro septenario plebano ad quatuor stuferos et ad duos stuferos pro cereis offertorialibus, hoc saluo quod pro anima defunctj ipse obligabitur celebrare missam pro eisdem pecunijs. Et omnino similiter fiet de trecenario. De anniuersario autem fiet secundum voluntatem decedentium. Et ab ipsa lege excipiuntur scholares in artibus quicumque, et similiter omnes de quinto et sexto ordinibus existentes; qui non erunt astrictj ad septenaria vel trecenaria nisi per expressum petierint parentes, aut executores eorumdem facere velint.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

De custodibus. De tercio ordine

De quarto ordine

De quinto ordine

De sexto ordine

De septimo ordine, videlicet

de pauperibus

xij stuferos.

viij stuferos.

iiij stuferos.

ij stuferos.

nihil.

Item infra tres dies post cuiuslibet decessum heredes, executores vel apprehensores bonorum habebunt sub domino Rectore vel notario vniuersitatis deponere omnia jura supradicta vel pignora, vel cautionem sufficientem de eisdem ponere, et hoc sub pena quatuor stuferorum domino Rectorj applicandorum. Et si dubium sit an talis sit soluen vel non, vel periculum sit in mora, ex tunc ad statim ad instantiam predictorum, si hcc a domino Rectore requisierint, fiet arestum de mandato domini Rectoris in bonis talium decedentium; et ea bona conscribj et inuentariarj per suum notarium mandabit, donec et quousque de predictis juribus fuerit satisfactum, vel per eosdem cautio secundum modum predictum posita.

Item de cetero habebunt executores, heredes seu alij in bonis suppositorum decedentium interesse habentes, ad statim post mortem cuiuslibet suppositorum decedentium, cuiuscumque etiam conditionis fuerit, presertim bastardorum et extraneorum, mittere ad dominum Rectorem et eidem intimare, an talis testamentum condidit vel non, ad finem quod, si officiarij domini ducis mitterent ad dominum Rectorem pro interesse dominj ducis, quod tunc dominus Rector ad obuiandum periculis, iniurijs et scandalis, que aliquando contigerunt, ipsum de veritate respondere possit.

Postremo, si in premissis aut aliqua premissorum aliquod seu aliqua orirentur dubia, illorum decisionem, diffinitionem et determinationem habebit dominus Rector pro tempore ex eo quia omnis superioritas et jurisdictio omnium causarum, rerum et negociorum omnium suppositorum et studentium vniuersitatis ex fundatione eiusdem de jure et ex laudabili consuetudine hucusque obseruata et statutis et mandatis per singula supposita vniuersitatis prestitis spectat et indubitanter ad eum pertinet.

LA VISITE DE L'UNIVERSITÉ DE LOUVAIN EN 1617, SOUS LES ARCHIDUCS ALBERT ET ISABELLE.

« L'Université de Louvain, maîtresse chez elle et dans son régime interne, dit Mgr De Ram (1), était soumise par sa constitution au pape et au duc de Brabant. C'était le souverain pontife Martin V et le duc de Brabant Jean IV qui avaient concouru à son érection; ce furent leurs successeurs qui, dans la suite, réunirent quelquefois leurs efforts, lorsque les grands intérêts de l'Université semblaient exiger l'intervention de leur autorité paternelle. L'exemple le plus mémorable de ce concert de volonté et d'action se trouve dans la Visite de l'Université, qui eut lieu sous les archiducs Albert et Isabelle (2).

(1) Annuaire de l'Université catholique de Louvain, 1840, pp. 221 SVV., et 1841, pp. 160 svv.; MOLANUS, Hist. Lovan., ed. De Ram, II, pp 944 svv. (2) « C'est bien à tort, dit Mgr De Ram, qu'on a donné le nom de Visite à un projet d'ordonnance, daté du 3 janvier 1476 (lisez 1477), par lequel Charles le Téméraire arrêta différentes dispositions relatives à l'organisation et à l'enseignement académiques. On connaît le caractère ardent et impérieux de ce prince, qui regardait une remontrance comme une contradiction. La Visite de l'Université qu'il se proposa de faire ne saurait être qu'un de ces actes arbitraires dont son gouvernement offre plus d'un exemple. Le préambule de l'ordonnance ou Visite d'Albert et d'Isabelle dit formellement que, avant 1617, l'Université n'avait jamais été inspectée ou visitée d'une manière régulière; nulle part il n'est question, par rapport au fait de 1476, du cor.cours du Saint-Siège qui était requis par la constitution académique; et nulle part il n'y a des traces que l'ordonnance de 1476 aurait jamais été publiée comme loi de l'Université. Le docteur Van de Velde, dans ses Recherches historiques, n. IV, p. 50, imprimées à Louvain en 1788, dit que cette ordonnance n'a jamais été publiée, qu'il n'en existait pas de copie, ni dans les archives de l'Université, ni dans celle des facultés, et qu'elle n'eut aucune suite, expirant pour ainsi dire avec son auteur, tué à la déroute de Nancy, en 1477. Ce n'est qu'en 1836 que cette ordonnance a vu le jour. Nous en avions communiqué une copie à M. de Reiffenberg, qui l'a publiée comme document historique dans son édition de l'Histoire des ducs de Bourgogne, par M. de Barante, Bruxelles, 1836, t. VIII, p. 321. » Considérations sur l'histoire de l'Université de Louvain, p. 77. Nous donnerons ci-dessous le texte du projet de Visite de Charles le Téméraire.

« L'acte de la Visite a été imprimé dans la collection des Privilegia Academiæ Lovaniensis (1). Ce diplôme, qui faisait loi académique quant à la juridiction, aux droits et aux devoirs des professeurs et autres fonctionnaires, aux grades académiques, à la discipline et à la conduite des. étudiants, porte en tête les noms de nos souverains Albert et Isabelle; mais ces princes ont soin d'avertir qu'ils agissent en tout de concert avec le Saint-Siège, et ils l'annoncent dans le préambule même Juncta in primis Sedis Apostolicæ auctoritate.

« L'Université, ébranlée par les secousses qu'elle éprouva pendant les troubles du seizième siècle, avait besoin d'être. raffermie sur ses bases. Il s'y était glissé, pendant l'orage, des abus qu'il fallait redresser; il était nécessaire surtout d'imprimer à l'enseignement des sciences sacrées et profanes une direction plus régulière. Déjà en 1606, on avait nommé commissaires Jean Drusius, député aux États de Brabant et abbé de Parc, près de Louvain, et Étienne Van Craesbeke, conseiller de Brabant, à l'effet de reconnaître l'état des choses et de visiter l'Université conjointement avec Dèce Carafa, nonce apostolique à Bruxelles; voyez Summaria Cronologia insignis ecclesiæ Parchensis, Lov. 1662, p. 401.

« Les deux commissaires n'étaient pas des personnes étrangères à l'Université. Drusius y avait pris le grade de licencié en théologie, et Craesbeke y avait brillé comme professeur et y reçut le grade de docteur en droit civil et canon. Leur nomination fut faite par le concours des deux puissances, comme on peut s'en convaincre par le préambule de la Visite et par l'acte suivant que nous copions d'après l'autographe :

« DECIUS CARAFA. Dei et apostolicae sedis gratia archiepiscopus Damascenus, sanctissimi domini nostri Pauli Quinti ejusdemque sanctae Sedis in Belgicis ditionibus nuncius. cum potestate legati de latere, reverendo et clarissimo Joanni Drusio sacrae theologiae licentiato, abbati monasterii

(1) I, pp. 253-288. Il a été publié, en 1617, l'année même de sa promulgation, en un volume in-4o de 38 pages, sans nom d'imprimeur.

« AnteriorContinuar »