Imágenes de páginas
PDF
EPUB

servir à la mesure des hauteurs, a l'avantage de réunir dans une même correction les erreurs dues soit à la différence des échelles, soit à la différence du pointě.

J'ai d'abord placé le baromètre sur le parapet des fenêtres du clocher de la Motte, au plan des cloches, c'est-à-dire à la hauteur même à laquelle se rapportent les mesures des ingénieurs austro-sardes. L'heure moyenne des observations que j'ai faites sur ce point est 3 h.. Voici les moyennes des observations et le résultat du calcul.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

* C'est la hauteur du parapet des fenêtres du clocher de la Motte au-dessus du jardin du Séminaire.

Le parapet des fenêtres du clocher de la Motte, au plan des cloches, étant élevé de 279m 10 au-dessus de la mer, la hauteur du jardin du Séminaire au-dessus de la mer sera, d'après la mesure précédente, égale à 279m 10-14m 78 = 264m 32.

Je trouvai plus commode ensuite de continuer les observations devant la porte même de l'église. J'ai mesuré, soit directement avec un fil, soit au moyen du baromètre, la distance verticale du parapet, sur lequel j'avais placé le baromètre dans les premières observations, au-dessus de la nouvelle position dans laquelle j'allais l'observer. Cette distance s'est trouvée être de 15m 96.

L'heure moyenne de ces observations, faites au niveau du sol de l'église, est 4 heures 25'. Ce sol est plus bas que le jardin du Séminaire de Chambéry, comme le prouve le tableau suivant.

LIEUX

DES OBSERVATIONS.

Sol de l'église de la Motte. Grand Séminaire, à 5m 55 au-dessus du jardin .

[ocr errors]
[blocks in formation]

* C'est la hauteur du jardin du Séminaire de Chambéry au-dessus du sol de l'église de la Motte.

D'après cette mesure, le jardin du Séminaire serait plus élevé que le sol de l'église de la Motte de 2m 81, et par conséquent il serait plus bas que le parapet des fenêtres du clocher au plan des cloches, de 15m 96 2m 81, ou de 13m 15, ce qui porte la hauteur du

jardin du Séminaire de Chambéry au-dessus de la mer à 279m 10-13m 15 265m 95.

Cette valeur et la précédente 264m 32, donnent la moyenne 265m 13.

18. Les mesures barométriques prises au signal de Lémenc et à la Motte nous ont fourni les cinq valeurs suivantes de la hauteur de Chambéry au-dessus de la mer: 261m 36, ... 265m 22, ... 262m 48, ... 264m 32, ... 265m 95. 265m 95.-Leur moyenne est 263m 87. Celle-ci ne diffère presque pas du nombre 263m 82 auquel nous sommes arrivé en comparant les 15 mois d'observations barométriques que j'ai faites à Chambéry, avec les observations correspondantes de Genève.

3me Calcul de la hauteur de Chambéry au-dessus du niveau de la mer.

19. Nous possédons pour Chambéry une série précieuse d'observations barométriques et thermométriques comprenant les 12 années 1822-1833. Les observations des 4 premiéres années ont été faites par Mgr Billiet au grand Séminaire, dont il était alors supérieur. Il les continuait encore dans les premiers mois de l'année 1826, lorsqu'il fut élevé sur le siége épiscopal de Maurienne. Au commencement de la même année, M. G.-M. Raymond entreprit, dans son

habitation, à Nezin, une suite d'observations qu'il poursuivit sans interruption jusqu'au milieu de 1834. Les observations de Mgr Billiet ont été publiées dans les tomes I et II des Mémoires de la Société royale académique de Savoie.

Les tomes III, IV, V et VI, des mêmes Mémoires renferment les observations de M. Raymond pendant les 6 années 1826-1831; elles sont insérées dans les Notices sur la Constitution agricole des mêmes années de M. le docteur Gouvert; mais il s'y est glissé quelques erreurs. Les observations des 2 dernières années étaient demeurées inédites: M. l'avocat Raymond a eu l'obligeance de me communiquer les manuscrits de son père, qui m'ont fourni en outre l'occasion de reconnaître les fautes d'impression que je viens d'indiquer. Ces observations, faites par des hommes d'une science éminente, sont d'une grande importance pour la météorologie du pays en général; elles m'ont fourni un nouveau moyen de déterminer avec exactitude la hauteur de Chambéry.

J'ai dû avant tout chercher les rapports que les échelles des baromètres qui ont servi aux observations de Mgr Billiet et de M. Raymond, ont soit entre elles, soit avec celles des baromètres de Paris et de Genève. Une comparaison était devenue impossible; les deux baromètres avaient été dérangés et réparés. Je dois exprimer ici ma vive reconnaissance pour la

bonté de Mgr Billiet, qui m'a permis de consulter ses manuscrits, et m'a fait connaître plusieurs comparaisons qui avaient été faites des deux baromètres entre eux et avec des baromètres étrangers.

Celui de M. Raymond avait aussi été comparé plusieurs fois avec le baromètre actuel du grand Séminaire, avant les accidents qui ont exigé les réparations dont j'ai parlé.

20. Le baromètre dont Mgr Billiet faisait usage avait été construit par Lerebours; c'est un baromètre à siphon, dont la courte branche est terminée par une cuvette cylindrique. Le tube est fixé dans une monture en bois, qui porte une échelle en cuivre avec vernier; cet instrument, qui paraît construit avec soin sous tous les autres rapports, a une cuvette d'un trop petit diamètre; elle n'a, en effet, que 27 millimètres de diamètre extérieur, ce qui réduit son diamètre intérieur à 24 millim. à très-peu près.

Le diamètre extérieur du tube égale 8mm 5, d'où l'on peut conclure aussi que le diamètre intérieur est à très-peu près 6 millimètres.

Le diamètre du tube est donc de celui de la cuvette, et sa section, de la section de celle-ci; lorsque le mercure monte ou descend dans le tube, le niveau de la cuvette s'abaisse ou s'élève d'une quantité qui est de la variation du mercure dans ce même tube.

« AnteriorContinuar »