Imágenes de páginas
PDF
EPUB

toujours dans la comparaison des instruments. La complication des moyens par lesquels j'ai pu découvrir les rapports des baromètres qui ont servi aux observations de Mgr Billiet et de M. Raymond, avec les baromètres de Paris et de Genève, permettrait quelque doute sur leur exactitude. Mais les divers résultats, par la coïncidence presque pafaite qui existe entre eux, se prêtent un mutuel appui. En prenant la moyenne des cinq résultats, la hauteur du sol du Séminaire de Chambéry au-dessus de la mer, serait 263m 56.

Le cinquième lui est inférieur de 0m 71. Si on ne l'admet pas dans la moyenne, on trouvera par les quatre premiers, qui sont presque identiques, que la hauteur de Chambéry au-dessus de la mer est, à une petite fraction de mètre près, égale à 263TM 74.

[ocr errors]

HYPSOMÉTRIE

DU

DIOCÈSE DE MAURIENNE

SOIT DU BASSin de l'arc

DEPUIS MONTMĖLIAN JUSQU'AU MONTCENIS

Par MM. les Chan. J. BILLIET et GRAVIER.

D'après un mémoire que vient de publier M. l'abbé Chamousset, professeur de physique au grand Sémi– naire de Chambéry, la hauteur de Chambéry (sol du jardin du Séminaire) au-dessus de l'Océan, est de... 264m 00

La hauteur de Saint-Jean-de-Maurienne

au-dessus de Chambéry est de. . . . . . 314m 00 Ce qui porte la hauteur de Saint-Jean

de-Maurienne (sol de la cour de l'évêché)

au-dessus du niveau de la mer à

[ocr errors]
[ocr errors]

578m 00

[ocr errors]

Ce point une fois déterminé a ensuite servi de terme de comparaison pour les autres localités du diocèse de Maurienne comprises dans le tableau ci-après. On y a ajouté, à la fin, les hauteurs de quelques localités du bassin de l'Isère.

Pour toutes les observations dont il est ici question, on s'est servi de deux baromètres de Gay-Lussac construits par le sieur Barbanti, de Turin. On a eu soin de comparer non-seulement les deux baromètres, mais encore leurs thermomètres, ainsi que les thermomètres libres, et de tenir compte de toutes les différences observées dans ces instruments.

Les baromètres de Gay-Lussac sont d'un transport assez facile; ils n'ont pas besoin de correction pour la dépression que produit la capillarité, parce qu'étant égale dans les deux branches, il y a compensation; mais ils sont aussi sujets à quelques inconvénients. Le mouvement du mercure ne s'y fait pas toujours avec assez de facilité, peut-être parce que l'adhésion est plus grande dans le tube capillaire que dans les deux autres; il est possible aussi que l'imperfection des soudures ne laisse pas toujours le passage d'un tube à l'autre parfaitement libre. Cet inconvénient ne s'aperçoit pas dans le baromètre portatif; le mouvement qu'éprouve le mercure tandis qu'on met l'instrument en observation, suffit pour le détacher du verre, et lui faire prendre sa véritable

position. Il n'en est pas de même du baromètre fixe : le mercure y demeure souvent arrêté en dessus ou en dessous de la ligne qu'il devrait occuper. Il faut avoir soin, avant chaque observation, de frapper un petit coup sur la monture, pour agiter le mercure et détruire l'effet de la capillarité. Il est même bon de l'incliner plus ou moins pour faire courir le mercure dans le tube, et de le laisser ensuite un moment en repos, avant de noter sa hauteur; on est sûr alors qu'il se trouve dans une situation analogue à celle du baromètre portatif.

Le baromètre de Gay-Lussac est encore sujet à un autre inconvénient plus grave dans la branche la plus courte, le mercure se trouve en contact avec l'air atmosphérique; sa surface s'oxide insensiblement ; cet oxide forme dans l'intérieur du tube une couche, qui en diminue peu à peu la transparence, et qui finit, en deux ou trois ans, par rendre les observations impossibles, ou du moins très-difficiles.

Toutes les hauteurs ci-après ont été calculées d'après les tables de Oltmanns, que l'on trouve dans l'Annuaire du Bureau des Longitudes. Les observations du baromètre fixe ont été faites à l'Evêché de Saint-Jean-de-Maurienne; celles du baromètre portatif ont été faites par M. le chanoine Billiet, chancelier de l'Evêché de Saint-Jean-de-Maurienne, et par M. le chanoine Gravier, professeur de philosophie et préfet du collège de la même ville.

« AnteriorContinuar »