Histoire politique, civile et religieuse de la Saintonge et de l'Aunis, Volumen2

Portada
1846
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 459 - Nulli ergo omnino hominum liceat hanc paginam nostre confirmationis infringere vel ei ausu temerario contraire. Si quis autem hoc attemptare presumpserit, indignationem omnipotentis Dei et beatorum Petri et Pauli apostolorum ejus se noverit incursurum.
Página 183 - Philippe, par la grâce de Dieu, roi des Français, faisons savoir à tous présents et à venir que notre...
Página 149 - Campanes avian a lui promes que nolh serion a l'encontra per la grant cantitat 25 dels esterlins que avia semenatz entre lor, si montet en destrier e mes l'elm en la testa e fai sonar las trombas e fai...
Página 423 - ... ner. Pendant lequel temps ledit Offroy » déclina à extrême pauvreté , et fut lelle» ment abandonné de ses parents , qu'ils » le laissèrent mendier son pain par les » rues , et n'avait aucune retirance , étant » le plus souvent couché sur les fumiers et » sur les boutiques. Étant ainsi en cet état » misérable , au bout de sept années, ar» riva son principal facteur , lequel s'émoya » de son maître , ledit Offroy , lequel à
Página 298 - Boulogne tua de sa main le châtelain de Saintes, qui portait la bannière du comte de la Marche, et insensiblement, les deux armées s'étant rassemblées, l'action devint générale.
Página 139 - Manchac, joves e bêla ao et avinens, e deziroza de pretz e de vezer En Savaric, per lo be qu'en auzia dire. En Savaric, can vi la dona, azautet li mot a meravilhas e preget la d'amor. E la dona, per la gran valor que vi en el, retenc lo per son cavayer, e det li jorn qu'el vengues a leys a5 per penre so qu'el demandava.
Página 416 - Tan fon prezatz! Pus en Peitau lur ment e lur truanda, No y er mais tant amatz. Ja per dormir non er de Coberlanda, Reys...
Página 289 - Sains que il ne seroit jamez roingnez en guise de chevalier (7), mes porteroit grève (8), aussi comme les femmes fesoient, jusques à tant que il se verroit vengié du conte de la Marche , ou par lui ou par autrui. Et quant mon seigneur Geffroy vit le conte de la Marche, sa femme et ses enfans, agenoillez devant le Roy, qui li crioient merci ; il fist aporter un tretel...
Página 57 - Réponds, aigle des deux royaumes, où étaistu quand tes aiglons, s'élançant de leur nid, osèrent lever leurs serres contre le roi du nord? C'est toi, 1 Exulta Aquitam*, jubila Pictavia, qui?

Información bibliográfica