Bulletin, Volumen3;Volúmenes19-20

Portada
1885
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 325 - Ces haches en jadéite impure, presque opaque, sont fort nombreuses dans le midi de la France et dans le nord de l'Italie. Toute la Ligurie, toutes les Alpes maritimes , sont très riches en haches de cette variété.
Página 35 - IX, dit-il, paraissait un prince destiné à réformer l'Europe, si elle avait pu l'être, à rendre la France triomphante et policée, et à être en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte, et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange. Prudent et ferme dans le conseil , intrépide dans les combats,...
Página 225 - On a, pour remonter à la cause des mouvements primitifs du système planétaire, les cinq phénomènes suivants : les mouvements des planètes dans le même sens et à peu près dans un même plan; les...
Página 113 - ... maintient plus ou moins clair pendant toute la durée de l'art grec, les philosophes l'érigent en doctrine, et Socrate confond volontairement le bien, le bon, le vrai, le beau. Est beau, pour lui, ce qui est utile, et tout objet pratique qui répond exactement à sa destination est beau. « Crois-tu donc qu'autre chose est le bien, autre chose le beau? Ne sais-tu pas que tout ce qui est beau pour une raison est bon pour la même raison? La vertu n'est pas bonne dans une occasion et belle dans...
Página 63 - On disait partout qu'il était venu un Grec d'un savoir merveilleux, qui charmait et attirait tous les esprits, qui inspirait aux jeunes gens un tel amour de la science que, renonçant au plaisir et à toute autre occupation, ils étaient saisis d'enthousiasme pour la philosophie. Tous les Romains en étaient dans l'enchantement et voyaient avec plaisir leurs enfants rechercher avec avidité ces hommes admirables.
Página 35 - Sa piété qui étoit celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte, et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange. Prudent et ferme dans le conseil, intrépide dans les combats, sans être emporté, compatissant comme s'il n'avoit jamais été que malheureux, il n'est pas donné à l'homme de pousser plus loin la vertu...
Página 222 - En soumettant au calcul leur probabilité, on trouve qu'il ya plus de deux cent mille milliards à parier contre un, qu'ils ne sont point l'effet du hasard; ce qui forme une probabilité bien supérieure à celle de la plupart des événements historiques dont nous ne doutons point.
Página 60 - Envoyé au sénat par le roi Attale, entre la seconde et la troisième guerre punique, vers le temps de la mort d'Ennius, il tomba près du mont Palatin dans unégout et se cassa la jambe.
Página 62 - Messala, il fut fait un sénatus-consulte contre les philosophes et les rhéteurs latins ; le voici : « Le préteur M. Pomponius a consulté le sénat au sujet des philosophes et des rhéteurs dont on parle dans la ville. Le sénat a arrêté que le préteur Pomponius, dans l'intérêt de la république et sous sa responsabilité, aviserait à ce qu'il n'y en eût plus dans Rome. » Quelques années après ce sénatus-consulte, les censeurs Cn. Démétrius /Enobarbus et L.
Página 312 - IN NOMINE SANCTE ET INDIVIDUE TRINITATIS, PATRIS ET FILII ET SPIRITUS SANCTI. AMEN.

Información bibliográfica