Imágenes de páginas
PDF
EPUB

PUBLIÉS PAR LA

SOCIÉTÉ HISTORIQUE & ARCHÉOLOGIQUE DU GATINAIS

V:

RECUEIL DES CHARTES

DE L'ABBAYE DE

SAINT-BENOIT-SUR-LOIRE

RÉUNIES ET PUBLIÉES

PAR

MM. MAURICE PROU ET ALEXANDRE VIDIER

ARCHIVISTES PALÉOGRAPHES

MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ

[blocks in formation]

A. PICARD ET FILS, LIBRAIRES-ÉDITEURS

82, rue Bonaparte, 82

MDCCCCVII.

AALBON

RECUEIL DES CHARTES

DE

SAINT-BENOIT-SUR-LOIRE

INTRODUCTION

L'abbaye de Saint-Benoit-sur-Loire, ou Saint-Benoit de Fleury, a été fondée au viio siècle par Leodebod, abbé de Saint-Aignano; elle n'a disparu qu'à la Révolution.

Située sur les bords de la Loire à 31 kilomètres d'Orléans, dans une région fertile, comprise dans le domaine des Capétiens, l'abbaye a joui pendant douze siècles d'une prospérité remarquable. Ses possessions, dès l'origine même, ne furent pas limitées à l’Orléanais : l'acte de dotation contient en effet des concessions de biens en Sologne et en Berry. La possession du corps de saint Benoit fit bientôt de l'abbaye un lieu de dévotion célèbre; et les fidèles, pour s'assurer la protection du grand patron des moines de l'Occident, dont ils vénéraient les reliques, pour s'acquérir un droit aux prières des religieux qui avaient su si habilement les conquérir et veil

1. Acte de dotation, 27 juin 651. Infrà, p. 1, no I.

2. Inventaire des biens de l'abbaye, dressé le 6 mai 1790 par la municipalité de Saint-Benoit-sur-Loire, en exécution des lettres patentes du 26 mars précédent, rendues en conséquence d'un décret de l'Assemblée nationale du 20 mars (Arch. nat., F 19 611).

a

laient jalousement à leur conservation', multiplièrent à l'envi leurs libéralités envers cette maison dont la renommée gagnant de proche en proche ne tarda pas à s'étendre à toute la Gaule, voire aux pays voisins.

C'est ainsi que les religieux devinrent très rapidement propriétaires de domaines dispersés dans toute la France et même en Angleterre; outre leur vaste monastère, dont la majestueuse église subsiste seule, ils eurent des prieurés, des prévôtés, des maisons en Orléanais et en Gâtinais : à Sully-sur-Loire, à Châteauneuf-sur-Loire, à Gien, à Yèvre, à Lorris'; en Normandie : à Saint-James-de-Beuvron, à Saint-Hilaire-du-Harcouët et à Magny; dans le pays Chartrain : à Sonchamp; dans le Berry : à Saint-Benoit-du-Sault et à Sancerre; en Gascogne : à La Réole et à Saint-Caprais-de-Pontons; en Bourgogne : à Perrecy-les-Forges et à Dié; en Champagne, à Sorbon, à Feuges, à Arnicourt'; en Angleterre, à Minting.

Grâce à sa richesse, l'abbaye devint un centre littéraire qui brilla d'un éclat considérable. Des écoles’ s'y organisèrent où

1. Il n'entre pas dans nos intentions de discuter ici l'authenticité de la translation des reliques de saint Benoit, du Mont-Cassin à Fleurysur-Loire; il suffira présentement de renvoyer au livre que Dom Chamard a consacré à l'étude de cette question (Les Reliques de SaintBenoit, Paris, 1882, in-8°, extrait du Contemporain, t. XXXVI-XXXVII). Le fait historique qui nous paraît important à retenir, c'est qu'on a cru, à tort ou à raison, à la réalité de la translation et que cette croyance a valu à l'abbaye de Saint-Benoit-sur-Loire d'être une des plus riches et des plus renommées de l'Occident.

2. Voy. M. Prou, Les Coutumes de Lorris et leur propagation aux XII° et XIIIe siècles, dans la Nouvelle Revue historique de droit français et étranger, t. VIII (1884), p. 139-209, 267-320, 441-556.

3. Voy. V. Ménard, Ilistoire religieuse, civile et militaire de SaintJames de Beuvron (Avranches, 1897, in-8°).

4. Voy. abbé Cosson, Histoire populaire de Saint-Hilaire-du-Harcouet (Saint-Hilaire, 1901, gr. in-8°).

5. Voy. 0. Gauban, Histoire de La Réole (La Réole, 1873, in-8°).

6. Voy. J.-B.-E. Carré, Notes sur le prieuré d'Arnicourt (Sceaux, 1887, in-8).

7. Sur les écoles de Saint-Benoit-sur-Loire, voy: surtout : Pardiac, Histoire de saint Abbon (Paris, 1882, in-8°), et Cuissard, l'École de Fleury-sur-Loire à la fin du x° siècle (Orléans, 1875, in-8°, extr. des Mém. de la Soc. archéologique et historique de l'Orléanais).

[ocr errors]

l'on s'occupa activement de la transcription des manuscrits. Les épaves d'une bibliothèque considérable, aujourd'hui dispersées dans plusieurs bibliothèques de l'Europe', nous donnent une haute idée du zèle avec lequel les abbés et les religieux s'adonnèrent aux spéculations intellectuelles ! La littérature historique fut particulièrement en honneur à Saint-Benoit, et l'on doit à des religieux de cette maison, soit qu'ils aient narré les miracles de leur saint patron, soit qu'ils aient retracé la vie d'un roi de France ou celle de deux de leurs abbés, soit enfin qu'ils aient écrit des chroniques proprement dites, quelques-uns des plus utiles récits sur lesquels sont étayées les annales de l'histoire de France'. Les plus illustres d'entre ces écrivains sont Adrevald, Abbon", Aimoin', Helgaud', André

1. On trouve actuellement des manuscrits de Saint-Benoit-sur-Loire à Berlin (Bibliothèque royale), à Berne (Bibliothèque de la ville), à Florence (Laurentienne), à Genève (Bibliothèque de la ville), à La Haye (Bibliothèque royale), à Leide (Bibliothèque de la ville), à Londres (Musée Britannique), à Orléans (Bibliothèque de la ville, Évêché et collection Jarry), à Oxford (Bodléienne), à Paris (Bibliothèque nationale et Arsenal), à Rome (Bibliothèque Vaticane), à Saint-Benoit-sur-Loire (église). La collection la plus importante est celle de la Bibliothèque de la ville d'Orléans. Voy. Ch. Cuissard, Inventaire des manuscrits de la Bibliothèque d'Orléans, fonds Fleury (Orléans, 1885, in-8°), et Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques; Départements, t. XII (Paris, 1889, in-8°).

2. Voy. l'intéressant règlement de 1147, remanié postérieurement, contenant la liste des sommes qui devaient être payées par les divers officiers du monastère en vue de la réfection des manuscrits. Infra, p. 343, n° CLI.

3. Voy. A. Vidier, L'historiographie à Saint-Benoit-sur-Loire, dans les Positions des thèses de l'Ecole des Chartes, 1898, p. 133. Les conclusions sommairement énoncées dans ce travail seront justifiées et développées dans des travaux et éditions de texte, actuellement en préparation.

4. Historia translationis S. Benedicti et Miracula sancti Benedicti, lib. I (éd. E. de Certain, Les Miracles de saint Benoit, publiés pour la Société de l'histoire de France, Paris, 1858, in-8°, p. 1-89).

5. Lettres et traités divers (Migne, Patrol. lat., t. CXXXIX).

6. Miracula sancti Benedicti, lib. II-III (éd. E. de Certain, op. cit., p. 90-172). Vita Abbonis (Ilist. de Fr., t. X, p. 328; Migne, Patrol. lat., t. CXXXIX, col. 387). Historia Francorum (Ed. Paris, 1514, in-fol.; Paris, 1567. in-8°; Paris, 160?, in-fol., etc.)

7. Vita Roberti regis (Hist. de France, t. X, p. 98, et Migne, t. CXLI, p. 909-936).

« AnteriorContinuar »