Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Is nec minis nec terroribus potuit cohiberi quin regi pertranseunti terribiliter clamando fere per dimidiam horam hec verba reiteraret : « Non progrediaris ulterius, insigne rex, quia cito prodendus es!» Cui cito assenciit ejus ymaginacio jam turbata; quam et in furorem vertit casus sequens. Inter turmas equitancium prope ipsum cujusdam servientis gladius ad terram cecidit, cum nimis opprimeretur. Cujus fragore rex furore subito commotus est, et quasi alienatus a sensibus servientem ense vibrato interfecit. Eodem ex tunc impetu equum velocissimum urgere cepit calcaribus, et fere per horam integram huc illucque discurrendo et clamando : «< Sum ego adversariis tradendus, nunc amicos, nunc ignotos occidere conabatur, qui ante ipsum velut ab ictu choruscantis fulguris fugiebant.

Hoc furore perdurante, viros quatuor occidit cum quodam insigni milite, dicto de Polegnac, de Vasconia, ex furtivo tamen concubitu oriundo. Ulteriusque sevisset; sed ad ultimum ense fracto a suis circumventus et vehiculo ligatus ad villam perductus est, ut quieti paululum indulgeret. Ex discursu tam vesano sic attenuate sunt vires corporales, quod absque usu sensuum vel quorumcunque membrorum mansit per biduum. Et ingravescente dolore, cum vitalis animi calor, jam frigescente corpore, in solo tantum tepescente pectusculo palpitaret, phisici eum proximum morti dixerunt. Ut hoc divulgatum fuit, totam regiam acerba occupavit lamentacio. Decuriones sinistro saucii casu, lacrimis, voce, lugubri quoque habitu merorem contestantes, anxietatis nimie lugubria pretendunt argumenta. Ad depromendas lamentabiles voces de regio sanguine omnium existencium treni possent procul dubio aptari, et precipue ducis Burgundie; cui quamvis vox doloris interpres crebris interrumperetur singultibus, sepius tamen corpus am

suivit le roi pendant près d'une demi-heure, en lui criant d'une voix terrible : « Ne va pas plus loin, noble roi, car on te trahit! » L'imagination du roi, déjà troublée, lui fit ajouter foi à ces paroles, et un nouvel incident acheva d'égarer ses esprits. Un des hommes d'armes qui chevauchaient à ses côtés, se trouvant trop pressé dans la foule, laissa tomber à terre son épée. Au bruit du fer, le roi fut saisi tout à coup d'un accès de fureur; dans son égarement, il tira son épée du fourreau, et tua cet homme. En même temps il donna de l'éperon à son cheval, et pendant près d'une heure entière il fut emporté de côté et d'autre avec une extrême rapidité, en criant: « On veut me livrer à mes ennemis! » et en frappant ses amis aussi bien que les premiers venus. Tout le monde fuyait devant lui comme devant la foudre.

Pendant cet accès de fureur, le roi tua quatre hommes, entre autres un fameux chevalier de Gascogne, nommé de Polignac, qui était bâ– tard. Il aurait causé de plus grands malheurs encore, si son épée ne se fût brisée. Alors on l'entoura, on l'attacha sur un chariot et on le ramena au Mans, pour lui faire prendre un peu de repos. Ses forces étaient tellement épuisées, qu'il resta deux jours sans connaissance et privé de l'usage de ses membres. Bientôt son état empira; le corps commença à se refroidir; la poitrine seule conservait encore un reste de chaleur et de vie qu'on distinguait à peine aux légers battements de son coeur; les médecins même déclaraient que le roi allait mourir. Cette nouvelle plongea toute la cour dans la désolation. Les seigneurs, atterrés de ce malheur, témoignaient leur affliction par leurs larmes et par leurs cris; ils prenaient des habits de deuil, et donnaient toutes les marques d'un profond désespoir. Les accents de la tragédie pourraient seuls exprimer les lamentations des princes du sang, et surtout celles du duc de Bourgogne. Il ne cessait d'embrasser le corps du roi, qu'il croyait inanimé, et d'une voix entrecoupée de sanglots, il s'écriait : «< Mon bien-aimé sire et neveu, je vous en prie, soulagez ma douleur par un mot seulement. >>

plectando, quod credebat exanime, repetebat : « Amantissime nepos et domine, rogo ut unico verbo dolorem meum mitigetis. >> Hii duces et principes antiquum morem servantes, ut regi compateretur sic laboranti in extremis, camere ejus ingressus patuit universis. Sed ad spectaculum dolorosum cum ceteris nuncii regis Anglie interfuerunt; quod omnes regales et specialiter ducen Burgundie ad iracundiam provocavit. Asserebat equidem sic regi Anglie et regni emulis gaudendi occasionem dedisse; et quia ductor eorum dominus Burellus de Ripparia extiterat, eum multis conviciis lacessivit, promittens quod in proximo penas tante prodicionis sustineret.

CAPITULUM VI.

Rex, incolumitatem recuperans, votum quod emiserat persolvit.

Regis infortunium miserandum, ut fide digni referebant, rex Anglie compacienter audivit. Summo quoque pontifici occasionem tribuit contristandi, tanquam pro amissione sui precipui protectoris. Ut autem per regnum divulgatum est, omnes veri Francigene tanquam super unigenitorum morte doluerunt. Equidem omnium regnicolarum salus in sua fundata erat. Ideo viri ecclesiastici attendentes, quod vis morbi humanis subsidiis sublevari non poterat, quanto desiderio tunc ipsam affectabant, tanto fervore devocionis et cum mestis singultibus ad Deum se converterunt. Ubique certe facte fuerunt pro ipsa oraciones in celebracione divinorum ab universa Ecclesia. Episcopi cum clero arma de ecclesiis ad ecclesias bajulantes spiritualia, sexu utriusque plebis nudis vestigiis subsequente, ante Dominum prostrati, cum gemitu et lacrimis, corde contrito et humiliato, orabant pro incolumitate regis.

Quorum tandem supplicaciones et desideria miserator Domi

[ocr errors]

CHAPITRE VI.

Les ducs et les princes, conformément aux anciens usages, laissèrent entrer le public dans la chambre du roi, pour que chacun pût compatir à son état désespéré. Les ambassadeurs du roi d'Angleterre vinrent comme les autres à ce triste spectacle. Leur présence excita la colère de tous les gens de la cour, et particulièrement du duc de Bourgogne. Il disait que c'était une occasion de joie pour le roi d'Angleterre et pour les ennemis de la France. Comme c'était messire Bureau de la Rivière qui les avait introduits, le duc l'accabla de reproches, et promit de lui faire payer sous peu une pareille trahison.

Le roi recouvre la santé, et s'acquitte d'un vœu qu'il avait fait.

Le roi d'Angleterre, ainsi que me l'ont assuré des témoins dignes de foi, apprit avec douleur l'infortune du roi Charles. Le souverain pontife en fut aussi vivement affligé ; il perdait dans le roi son principal soutien. Quand la nouvelle s'en fut répandue dans le royaume, tous les vrais Français pleurèrent comme pour la mort d'un fils unique; tant le salut de la France était attaché à celui de son roi! Le clergé, voyant que les remèdes humains étaient impuissants contre cette étrange maladie, adressa au ciel, au milieu des larmes et des sanglots, de ferventes prières pour la conservation d'une vie si précieuse. Dans toutes les églises, on ajouta à l'office divin des oraisons particulières pour le roi. Les évêques, accompagnés de leur clergé, firent des processions d'église en église. Des hommes et des femmes du peuple les suivaient pieds nus, se prosternaient devant le Seigneur en pleurant et en gémissant, et lui demandaient d'un cœur contrit et humilié la guérison du roi.

Dieu exauça enfin, dans sa miséricorde infinie, les voeux et les

nus clementer exaudiens sospitati eum, supplicantis populi eciam vota benigno favore prosequens, restituit, et cum ea incolumitate cordis eciam usum sensuum recuperavit, luce tercia subsequente. Tunc indulgencia de commissis in presentes et absentes requisita humiliter, cum conscienciam confessione purgasset, ut verum decebat catholicum, inter missarum solempnia, cunctis Deum laudantibus, corpus Christi devotissime recepit, beate Marie et beato Dyonisio votum emittens devote, et quod ecclesias eorum visitaret, adepta incolumitate corporali.

Fama operacionis divine mox ubique divulgata, omnium Francorum corda gaudio ineffabili replevit. Attamen, egritudinis causam dum mentaliter revolvunt, quidam, medicis adherentes, asserebant coleram nigram et adustam, cum regis iracundia ex tedio non cito veniencium bellatorum procedente intermixtam, sic subito interiores ejus sensus perturbasse. Nonnulli infortunium dicebant a Deo, qui quem diligit corripit, processisse. Sed nobilium et ignobilium major pars astruebat regem sic maleficiis et veneficiis detentum, quibus in regno Francie multi utriusque sexus et ordinis tunc pro dolor! utebantur. Rex tamen, incolumitate adepta, in ecclesia quarumdam monialium, sancti Juliani nomine fabricata, novendium in oracionibus exegit, indeque apud Carnotum votum quod emiserat persolvens, ymagini beate Marie unum monile obtulit preciosum.

CAPITULUM VII.

Patrui regis iterum regunt regnum, et conestabularium suosque consodales persequuntur,

Hac die qua in autumpnum estas incipit declinare, rex, patruorum suorum ducum Biturie et Burgundie consilio, statuit Parisius remeare, et ne convocati milites et barones moleste fer

« AnteriorContinuar »