Imágenes de páginas
PDF
EPUB

dicerent approbasse, et quod jam sancta requie fruantur. Nam eorum corpora nitida et a qualicunque nigredine vel putredine per tredecim menses preservata a feris et canibus intacta remanserunt. Que tamen animalia Turcorum proximas sepulturas, velut speciale receptaculum, frequentabant, et eorum cadavera continue devorabant. Memini me pluribus inquisisse quidnam super tam evidentissimo signo sentiret Turcorum infidelitas obstinata. Sed quidam miles actibus et genere clarus, dictus Galterus de Ruppibus, qui per illud spacium Basite servierat, et cum suo salvo conductu rediens, corpora christianorum visitare disposuerat, michi taliter satisfecit : « Per fidelitatem << Deo et duci Burgundie promissam assero verum esse quod << a Basita rediens, rector urbis Nychopolis me ultra urbem <<< curavit dapsiliter, peractoque prandio, ad ignominiam christianitatis, ad infaustum locum quo fratrum corpora inhumata

«

jacebant me perducens, cum quereret quid inde michi vide<< retur, et ego donum hoc gracie Dei reputarem: Mentiris,

((

inquit, sed quia christiani tot impietatibus pleni, eorum vesci << carnibus bruta eciam non dignantur. »>

CAPITULUM XXIX.

Ubique divulgatur ut christiani a Turcis occisi fuerant.

Nichil tunc ex Francigenarum ore cum leticia procedebat, nisi quod spem certam habeamus de pace perhenni futura inter regna Francie et Anglie, cum rumor merore plenus et anxietate universorum corda inopinate replevit. Nam supervenerunt quidam fide digni, qui christicolas victos a Turcis in Hungaria

fit dire que Dieu, pour l'exaltation de la vraie foi, avait sanctionné le martyre des chrétiens et accordé à leurs âmes le repos éternel. Leurs corps conservèrent pendant treize mois toute leur fraîcheur, sans se corrompre ni s'altérer, et sans que les bêtes féroces ni les chiens osassent y toucher. Ces animaux, au contraire, venaient sans cesse visiter les fosses voisines, comme si c'eût été leur repaire, et y dévoraient les cadavres des Turcs. Je me souviens d'avoir demandé à plusieurs personnes ce que pensèrent les infidèles d'un miracle si évident. Un chevalier également recommandable par ses exploits et par sa naissance, messire Gauthier des Roches, qui pendant tout ce temps était resté comme esclave auprès de Bajazet, et qui, ayant obtenu de revenir en France avec un sauf-conduit, avait voulu visiter en passant les corps des chrétiens, me répondit à ce propos : « Voici ce que je puis «< vous affirmer sur la foi que je dois à Dieu et au duc de Bourgogne. Lors«< que j'eus quitté Bajazet pour retourner dans ma patrie, le gouverneur « de Nicopolis, m'ayant donné hors de la ville un repas somptueux, me <«< conduisit après le dîner, pour insulter les chrétiens, à ce funeste «< champ de bataille où les corps de nos frères gisaient sans sépulture, << et me demanda ce que je pensais d'un pareil spectacle. Je témoignai «< que j'y voyais un esset de la grâce de Dieu : Tu mens, me répli«< qua-t-il; les chrétiens étaient souillés de tant d'impuretés, que les « brutes mêmes dédaignent de se repaître de leur chair. »

CHAPITRE XXIX.

La nouvelle du massacre des chrétiens se répand de tous côtés.

Tandis que les Français se flattaient de l'espoir de voir conclure une paix définitive entre les royaumes de France et d'Angleterre, une affreuse nouvelle vint tout à coup jeter l'affliction dans tous les coeurs. Des personnes dignes de foi, qui arrivèrent en France, annoncèrent que les chrétiens avaient été défaits en Hongrie par les Turcs, et les chants

nunciantes, in luctum cytharam converterunt. Infortunio gentis nostre ubique divulgato, totum regnum dira occupavit lamentacio. Omnes precipue illustres consternati sunt qui hoc audierunt, in gravia se dantes lamenta, gemituque et lacrimis, quas pre spiritus angustia cohibere nequibant, dolorem protestebantur. Ubique luctus occupat universa; anxietas corda sibi vendicat singulos, qui querulis vocibus et lacrimosis suspiriis proximos et notos conquerebantur amissos. Nec erat in regno diocesis quam dolor familiaris non premeret. Utriusque eciam sexus noti pariter et propinqui, vestes lugubres assumentes, egerrimeque ferentes se liberorum et consanguineorum saltem corporali presencia destitutos, ut sic eos tradidissent ecclesiastice sepulture, ceteros ad condolandum movebant.

Ut autem eorum anime Domino recommendarentur devote, edicto regio, nona die januarii, in cunctis ecclesiis Parisiensis civitatis solemnes exequie fuerunt celebrate. Et hujus urbis exemplum alie postmodum sunt sequte, fideliumque animabus debita impenderunt obsequia.

CAPITULUM XXX.

De nativitate domini Ludovici, filii regis Francie.

Vicesima secunda die mensis januarii, que fuit dies lune, sole in Aquario existente, inter octavam et nonam horam post meridiem, in domo regis sancti Pauli Parisius, regi Karolo peperit filium regina venerabilis domina Ysabellis. Ad ortum proles regia procedens cives Parisienses ingenti replevit leticia; sequentique luce, circa horam vesperorum, in parrochiali ecclesia sancti Pauli baptisterio preparato, astantes ibi epi

d'allégresse se changèrent en gémissements'. Le désastre de notre armée fut bientôt connu dans tout le royaume. Ce fut alors une désolation générale. Les principaux seigneurs furent surtout consternés; ils se livrèrent au plus amer désespoir. Ils étaient tellement oppressés par la douleur, qu'ils ne pouvaient retenir leurs sanglots et leurs larmes. L'affliction régnait dans tous les coeurs. Ce n'était partout que plaintes et lamentations. Chacun pleurait hautement la mort d'un parent ou d'un ami. Il n'y avait point de famille dans le royaume qui n'eût à déplorer quelque perte domestique. Hommes et femmes, tous prirent des habits de deuil pour la mort de leurs proches. Si du moins, disaient-ils, ils n'avaient pas été privés de la dépouille mortelle de leurs enfants et de leurs parents, ils leur auraient donné la sépulture chrétienne. Ces plaintes excitaient la compassion générale.

Le roi ordonna que, pour recommander dévotement à Dieu les âmes des morts, on célébrât un service solennel le 9 janvier dans toutes les églises de Paris. Les autres villes du royaume suivirent cet exemple, et rendirent les derniers devoirs aux âmes de tant de fidèles.

CHAPITRE XXX.

Naissance de monseigneur Louis, fils du roi de France.

Le vingt-deuxième jour de janvier, qui était un lundi, sous le signe du Verseau, entre huit et neuf heures après midi, l'auguste reine madame Isabelle accoucha d'un fils en l'hôtel royal de Saint-Paul. La naissance de ce prince répandit la joie dans Paris. Il fut baptisé le

Froissart dit que les premiers qui vinrent apporter cette nouvelle en France furent regardés comme des imposteurs, et que le roi les fit mettre en prison. Il ajoute que messire Jacques de Helles fut envoyé de

Nicopolis par Bajazet et par le comte de Nevers pour porter officiellement la nouvelle de la défaite, et qu'il arriva à Paris la nuit de Noël.

scopi fuerunt octo numero, et abbas sancti Dyonisii, inter quos precipue aderat archiepiscopus Viennensis, qui eumdem baptizavit. Cum maxima eciam comitiva utriusque sexus insignium virorum et mulierum dominus Ludovicus dux Aurelianensis, frater regis, ac dominus Blesus de Violanis, necnon insignis et Deo devota domicella Lucemburgi eciam affuerunt, qui nato nomen aptantes, et eum de sacro fonte levantes, nominaverunt Ludovicum.

CAPITULUM XXXI.

Rex rogatur ut pape substrahatur beneficiorum collacio.

Nundum adhuc regnicole dies festos ortui filiorum regum deputatos exegerant, cum duo episcopi cum nonnullis militibus ex Hyspania nuncii supervenerunt, qui ea que cum clero et nobilibus patrie rex eorum deliberaverat pro unione habenda regi Karolo intimarent. Qui in consistorium ejus et suorum illustrium introducti, post impensum debite salutacionis affatum, quantum zelum rex eorum ad unionem habebat elucidantes prolixe, tacuerunt tamen quod prelatos et clerum super hoc congregasset et quod in sentenciam regis venisset, et, ut postmodum fama publica retulit, per papam Benedictum seducti taliter et instructi. Multis inde mirantibus, in vituperium domini patriarche Alexandrini retorquebant legacionem hyspanicam peregisse; et quia retulerat quod rex Hyspanie conveniebat cum rege, eum mendacem dixissent, nisi litteras sigillatas hoc continentes nunciis ostendisset. Sic non sine dedecore sigillum recognoscentes regium, approbaverunt infra scripta.

« AnteriorContinuar »