Imágenes de páginas
PDF
EPUB

«< absents et des chapitres des églises cathédrales, convoqués par ordre «et mandement de notredit sire le roi, et réunis en nombre suffisant «< pour représenter l'Église universelle du royaume de France; après

plusieurs délibérations importantes tenues entre eux sur le fait de <«< l'union de l'Église, pour lequel ils avaient été principalement assem« blés, ainsi qu'il est dit plus haut, messeigneurs lesdits prélats et << autres membres de ladite assemblée, entre autres provisions, statuts << et ordonnances arrêtés par eux, attendu le refus de toute obédience <«< fait naguère audit monseigneur Benoît par notredit sire le roi, par « messeigneurs les prélats et par les autres personnes susdites, et afin « d'éviter aux églises et monastères dudit royaume, qui sont privés <«< de leurs pasteurs, les pertes ou dommages qui pourraient résulter <«< pour eux d'une vacance prolongée des siéges, ont réglé et adopté «<les articles suivants :

« De l'autorité du présent conseil, qui représente, comme il a été << dit, l'Église universelle dudit royaume, les élections de tous les mo« nastères quelconques, tant exempts que non exempts, en quelque «< partie du royaume qu'ils se trouvent, seront, en cas de vacance, confirmées par messeigneurs les évêques diocésains des lieux; les « élus recevront aussi la bénédiction des mains desdits évêques, jusqu'à « ce que l'Église universelle soit ramenée pacifiquement et canonique«<ment sous l'autorité d'un seul et légitime pape, sans toutefois qu'il «< soit préjudicié en rien aux monastères exempts, ni porté atteinte à «< leur exemption. Et de ce messeigneurs les évêques diocésains don<< neront gracieusement des lettres patentes, pour servir en cas de << besoin auxdits monastères exempts; dans lesquelles lettres ils décla

<< dituri sunt graciose litteras suas patentes, ad opus predicto<< rum monasteriorum exemptorum; tenore quarum annuent quod, per hujusmodi electionum confirmaciones et electorum << benedictiones contra exempcionem et privilegia, franchisias

«<

« et libertates, eisdem monasteriis retroactis temporibus con

«

«< cessa, jurisdicionem aliqualem sibi aut suis successoribus acquirere non poterunt, nec quovismodo intendent, seu ipsis exempcionibus, privilegiis, franchisiis et libertatibus quale«< cunque prejudicium generari valeant in futurum.

[ocr errors]

Super qua ordinacione, inter alias provisiones et ordina<«< ciones, sicut prefertur, facta, iidem domini, prelati, abbates <<< et alii viri ecclesiastici ibidem existentes pecierunt a nobis,

[ocr errors]

<< notariis publicis infra scriptis, instrumentum vel instrumenta << unum vel plura, ad opus illorum quorum interest seu inte

((

rerit, vel quibus presens negocium tangit seu tangere poterit << in futurum, per nos sibi fieri atque tradi.

<«< Acta fuerunt hec Parisius, in regali Palacio, videlicet in << aula posteriori superorum ejusdem, anno, indictione, mense, << die et electione predictis, presentibus ad hec nobilibus viris <<< dominis Reginaldo de Trya, Guichardo Daufini, et Heremita << de la Faye militibus, necnon venerabilibus viris dominis et

«<

magistris Roberto Cordelier, Petro Blanchet, Tristando de Bosco, Johanne du Boyssay, magistris requestarum hospicii << dicti domini nostri regis, Guillelmo de Neauville, Petro Vivien,

<< Petro Ferron ac Johanne Lebesgue, ejusdem domini secre

«

tariis, et pluribus aliis testibus ad premissa vocatis specialiter << et rogatis. >>

«reront que par la confirmation de ces sortes d'élections, et par la <«< bénédiction des élus ils ne pourront et n'entendront aucunement

((

acquérir pour eux ou leurs successeurs aucune juridiction contraire «‹ à l'exemption, aux priviléges, franchises et libertés, octroyés ès <«< temps passés auxdits monastères, ni porter aucun préjudice quel«< conque auxdites exemptions, priviléges, franchises et libertés.

« De laquelle ordonnance, arrêtée, ainsi qu'il est dit plus haut, entre << autres provisions et ordonnances, messeigneurs les prélats, abbés « et autres gens d'église, faisant partie de l'assemblée, nous ont de«< mandé à nous, notaires soussignés, de dresser et de leur remettre << un ou plusieurs actes, pour servir en cas de besoin à ceux qui y sont << ou seront intéressés et à ceux que la présente affaire concerne ou <<< pourra concerner à l'avenir.

« Fait à Paris, au Palais, en la salle de derrière la haute, les mêmes «an, indiction, mois, jour et date d'élection que dessus, en présence « des nobles chevaliers messire Renaud de Trye, Guichard Dauphin, << et l'Ermite de la Faye, des vénérables personnages maîtres Robert « Cordelier, Pierre Blanchet, Tristan du Bosc, Jean du Boissay << maîtres des requêtes de l'hôtel de notredit sire le roi, Guillaume « de Neauville, Pierre Vivien, Pierre Ferron et Jean le Bègue, secré<«<taires dudit roi, et de plusieurs autres témoins pour ce appelés et «< requis spécialement. »

CAPITULUM V.

Coppia substractionis obediencie pappalis.

<«< Karolus, Dei gracia Francorum rex, universis christifidelibus salutem in Domino, ac integracionem sancte matris Ecclesie totis mentibus anhelare.

<«< Rex eternus, pia miseracione semper siciens animarum salutem, suosque adopcionis filios in sui corporis caritate connectens, Ecclesiam ipsam supra firmam petram statuit, ac a semitis querencium verbocioso cultu preciosam substanciam pro vitandis hostis antiqui laqueis pedes docuit prohibendos, ut quererentur non materiales sed spirituales quidem nummi, et in eisdem filiis inconsisa caritas, ac perpetuo in ipsa Ecclesia indissutilis unitas foverentur. In qua non hec, sed abhominacionem desolacionis videntes, compellit nos sincera fides, consciencia urget et ipsa pulsat Ecclesia, ut accingentes nos operi, regum et principum aliorum fulti auxiliis, ad integram caulam Domini, ipsa abhominacione fugata, totis conatibus intendamus.

<< Sane jam novit fere populus universus erumpnas graves, omnibus deflendas christicolis, lamentabilemque scissuram, quibus post obitum felicis recordacionis pape Gregorii undecimi ipsa Dei Ecclesia premitur ob nimiam ambicionem retinendi ipsius principatum. Duobus enim super eo ambiciose certantibus, orti sunt errores mortiferi et dessidencia corda inter eos quos in vera fide Christi caritas propagavit. Insurrexit eciam inter plures principes, magnates et populos fremitus guerrarum, vigentes rancores et odia, quos solet Ecclesia ipsa sopire. Sequute sunt non solum exheredaciones, ymo et strages multorum,

CHAPITRE V.

Copie de la soustraction d'obédience au pape.

« Charles, par la grâce de Dieu roi de France, à tous les fidèles chrétiens salut en Notre Seigneur, et zèle ardent pour l'union de notre sainte mère l'Église.

« Le roi éternel, qui dans son infinie miséricorde a toujours soif du salut des âmes, et qui réunit dans la charité ses enfants d'adoption, a assis l'Église sur une pierre inébranlable. Il nous a enseigné à éviter les piéges de l'ancien ennemi du genre humain, et à ne pas suivre les pas de ceux qui cherchent à nous tromper par des paroles faussement affectueuses afin de se repaître de notre précieuse substance. Il nous a appris à chercher des trésors spirituels plutôt que matériels, à nous aimer les uns les autres d'un amour inaltérable, et à entretenir toujours au sein de l'Église une indissoluble union. Aussi, quand au lieu d'y rencontrer tous ces biens nous y voyons l'abomination de la désolation, nous sentons que notre foi sincère, notre conscience et l'Église elle-même nous conseillent, nous pressent et nous sollicitent de nous mettre à l'œuvre, et de travailler de toutes nos forces, avec l'aide des rois et princes étrangers, à chasser l'abomination, et à rétablir l'unité dans le bercail du Seigneur.

<«< Tout l'univers connaît à présent ces cruelles afflictions, si déplorables pour tous les chrétiens, et ce lamentable schisme, qui depuis la mort du pape Grégoire XI, d'heureuse mémoire, accablent l'Église de Dieu, et qui ont pour cause l'ambition excessive des deux prétendants à la papauté. Leur funeste rivalité a donné naissance à des erreurs pernicieuses et à des divisions qui ont séparé ceux que Jésus-Christ avait unis par une foi sincère. On a entendu aussi retentir entre les princes, les grands et les peuples des cris de guerre, de haine et de discorde, que l'Église n'a pu étouffer, comme elle le faisait ordinairement. Il en est résulté des spoliations et des massacres; peut-être même faut-il attribuer, hélas! à ces maudites erreurs, la perte d'un

« AnteriorContinuar »