Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ANALECTES

POUR SERVIR A

L'HISTOIRE ECCLÉSIASTIQUE

DE LA BELGIQUE

PUBLIÉS PAR

EDM. REUSENS, prof. à la fac. de théol. et biblioth. de l'Univ. cath. de Louvain

P. D. KUYL, direct ur des Sœurs de charité à Anvers

C. B. DE RIDDER, secrétaire et sous-archiviste de l'archevêché de Malines
J. BARBIER, vicaire à Namur

[merged small][graphic][subsumed][subsumed][subsumed][merged small][merged small]

F

NOTICE HISTORIQUE SUR HASSELT, PAR J. DARIS, PROFESSEUR DE DROIT CANONIQUE ET D'HISTOIRE ECCLESIASTIQUE, AU GRAND SÉMINAIRE DE LIÉGE.

I.

HASSELT AVANT 1789.

§ 1. L'église paroissiale.

L'origine de la paroisse de Hasselt est inconnue. Le plus ancien curé connu est Guillaume', qui figure, avec la qualification de persona de Hasselt, comme témoin dans deux chartes de Louis II, comte de Looz, en 1213 et 1218 (MANTELIUS, Hasseletum, p. 8 et 9.)

Louis II, comte de Looz, s'étant croisé à Aix, en 1215, avec l'empereur Frédéric II et plusieurs autres princes, se disposa à partir pour la Terre-Sainte en 1217. Il emprunta, à

1) Voici les noms de quelques autres curés :

Waltherus, cité en 1296.

Johannes, cité en 1334.

Renerus, cité en 1345.

Thierri de Xanten, cité en 1477 et 1490.

Gilles de Platea, cité en 1499.

Jean Gams, cité en 1532.

Herman de Mettecoven, cité en 1541 et 1550.

Nicolas Meldart, cité en 1559 et 1578.

Jean Bacx, 1580-1589.

Henri Duyfkens, 1589—1616.

Jean De Geloes, 1616-1631.

Jean Frederici, 1631-1654.

Arnold Gielkens, 1654-1669.
David Broeckmans, 1670-1690.
Arnold Holsteens, 1691-1703.

David Broeckmans, 1703-1711.
Paul-Guil. Sighers, 1711-1753.

Lambert-Joseph De La Court, 1753-1793.

Arnold-Lambert De La Court, 1793-1803.

ANALECTES VI.

8

cet effet, de l'abbaye de Herckenrode, la somme de 400 marcs liégeois et lui engagea, jusqu'au remboursement de cette somme, les dîmes de Hasselt, de Kermpt, de Curange et de Stockrode. En 1218, se trouvant à l'article de la mort, il fit une donation perpétuelle de ces dîmes à l'abbaye. La même année, son frère Arnoul III, qui lui avait succédé au comté, y ajouta le droit de patronage des églises de Hasselt, Kermpt, Curange et Stockrode. Depuis cette époque les abbesses ont nommé les titulaires de ces églises.

Le corps de l'église actuelle de Hasselt avec les deux nefs. latérales fut bâti, d'après Mantelius, vers 1382. Nous croyons que la bâtisse est antérieure à l'année 1371. La grande nef avec le chœur fut construite par l'abbesse de Herckenrode, parce qu'elle percevait la grosse dime de la paroisse. Les deux nefs latérales furent construites par les paroissiens. Toutefois l'abbesse contribua généreusement à la construction des trois chapelles de la nef latérale du midi et les mambours de la fabrique déclarèrent, en 1371, qu'elle l'avait fait par générosité et non par obligation1.

1) Voici le texte de cette déclaration : «Universis praesentes litteras inspecturis CHRISTIANUS dictus HENDRIX et THEODORICUS dictus DE RECHOVEN, pro tempore provisores luminaris parochialis ecclesiae de Hasselt, salutem cum agnitione veritatis subscriptorum. Cum venerabilis domina, domina Catharina dicta de Kerckem, Dei patientia abbatissa monasterii de Herckenrode, ordinis Cisterciensis, Leodiensis diocesis, in aedificationibus trium capellarum erectarum contigue ecclesiae praedictae versus meridiem subsidium quamplurimum non ex debito sed pie mota erogavit; et ne hujusmodi pium subsidium sibi et dicto monasterio in futurum vertatur in praejudicium vel detrimentum, recognoscimus traditione praesentium palam et publice, quod dicta domina abbatissa et dictum suum monasterium seu conventus ejusdem ad restaurationes defectuum dictarum capellarum extra limites navis dictae ecclesiae quocumque casu eventurorum nullatenus sunt cogendi, nec tenentur. Acta sunt hæc in cimeterio ecclesiae praedictae, praesentibus ibidem viris honestis domino Jacobo dicto Nigro, presbitero altaris sanctae Crucis, siti in dicta ecclesia, Henrico dicto de Rechoven, notario subscripto, Wilhelmo dicto Rumelken, ac aliis pluribus de Hasselt testibus. Datum anno a Nativitate Domini m. ccc. LXXI, mensis augusti die vicesima octava. »

[ocr errors]

L'église de Saint-Quentin, dit M. Schaepkens, est bâtie en partie dans le style de transition et dans le style ogival de la décadence. Son plan trace une croix latine dont les transepts ont une forte dimension, si on les compare aux autres parties. A l'orient se trouve le chœur. A l'occident les trois nefs se terminent contre la tour, qui en forme le narthex et qui fait face au chœur. Le chœur est entouré de trois chapelles. La tour est en style de transition. Elle est un des restes les plus importants de l'ancienne église. Elle s'élève sur un plan à peu près carré. Sa face libre est partagée en quatre zônes. La première de ces zônes comprend à la base une petite abside en demi-rond ou cercle, couverte d'une toiture se déployant en pointe contre la tour; elle est de plus découpée d'une fenêtre en ogive. La seconde zône comprend trois fenêtres murées ou simulées, également en ogive; la troisième est décorée de trois arcades trilobées; la quatrième enfin comprend deux fenêtres également trilobées. L'art ogival ne se montre pas sous un aspect favorable dans l'église de Saint-Quentin; ses nefs sont bien éclairées par de larges fenêtres, mais la beauté des lignes, les proportions heureuses font défaut au monument. "

L'église de Saint-Quentin comprenait un grand nombre de fondations que nous mentionnon3ici dans l'ordre chronologique : L'autel ou bénéfice simple du Saint-Esprit, fondé avant 1477.

L'autel ou bénéfice de la Sainte-Croix, fondé avant 1371; uni à la chantrerie en 1608; il était à la collation du curé. L'autel ou bénéfice des Saints-Pierre-et-Paul, fondé, avant 1477, par le métier des brasseurs qui s'en était réservé la collation.

Un second autel ou bénéfice des Saints-Pierre-et-Paul, fondé avant 1477.

L'autel ou bénéfice des Saintes-Catherine-et-Agnès, fondé avant 1477, uni à la cure de Hasselt en 1573.

« AnteriorContinuar »