Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

être pas entièrement remboursés par

le débit d'un nombre suffisant d'exemplaires. L'auteur pourrait encore céder de gré à gré ces manuscrits à quiconque voudrait en acquérir la propriété pour les faire imprimer lui-même: il acceptera volontiers les propositions raisonnables qui lui seront faites à cet égard ; on peut s'adresser à lui, rue des Arcis, n° 17.

Plût à Dieu que la France, à laquelle il esti redevable de toute manière, voulût enrichir l'Europe et le monde entier de cette branche, inconnue de l'histoire moderne! Et qu'estce que la France ne pourra faire, après tout ce qu'elle a fait? Elle a inspiré à tous les peuples de l'Europe le désir d'avoir une constitution et un gouvernement représentatif, c'est-à-dire la volonté d'élerniser les dynasties, des rois légitimes , résultat sûr et infaillible de cette grande amélioration politiqne. Avec les matériaux qui sont entre les mains de l'auteur, la France prouvera combien un système de gouvernement arbitraire et despotique peut, faire naître de dangers et causer de malheurs sur la terre; et elle donnera ainsi une nouvelle force aux importantes vérités dont l'Europe, et l'Amérique lui sont redevables.

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

II.

CHAPITRE XXXIX. De l'Inquisition sous le règne de Charles II.

Page 1 ART. I". Procès fait au confesseur du roi. Ibid. Art. II. Consultation contre les abus que commettent

les inquisiteurs. ART. III. Sermon préché aux inquisiteurs de Saragosse..

23. CHAP. XL. De l'Inquisition sous le règne de Philippe V.

28. ART. I". Auto-da-fé et nombre des victimes. Ibid. Art. II. Secte de Molinos.

326 Art. III. Procès contre l'inquisiteur général, et

suites de celui qui avait été fait à Macanaz. 39. CHAP. XLI. De l'Inquisition sous le règne de Fer dinand VI.

47. Art. I". Changemens heureux survenus dans les opinions et les idées.

Ibid.
Art. II. De la franc-maçonnerie.
CHAP. XLII. De l'Inquisition d'Espagne sous le
règne de Charles III.

79. CHAP. XLIII. De l'Inquisition d'Espagne pendant le règne de Charles IV.

96. Art. I". État des lumières en Espagne. Quelques procès.

Ibid. ART. II. Procès fait à D. Marianne Louis de

55.

143.

i ) Urquijo, depuis premier ministre secrétairo d'état.

105: Árt. III. Procès faits ai prince de la Paix et à d'autres personnes.

115. Abt. IV. Procès qui font honneur au Saint-office.

123. Art. V. Limitation du pouvoir du Saint-Office. 132. CHAP. XLIV. De l'Inquisition sous le règne de

Ferdinand VII: CHAP: XLV. Autorités sacrées qui démontrent que

l'esprit ët la conduite du Saint-Office sont opposés à l'esprit de l'Evangile et de la religion chrétienne

174. CHAP: XLVI: Dénombrement des victimes de cin

quisition, et tableau chronologique des inquisiteurs généraux sous lesquets les exécutions ont eu lieu.

242. CHĂP. XLVII. Abrégé chronologique des faits les

plus remarquables qui ont été rapportes dans cette Histoire.

274. APPENDIX. Pièces JUSTIFICATIųES.

344. TABLE" ALPHABÉTIQUE des matières, des lieux et des

personnes dont il s'agit dans cet ouvrage: 426. CORRECTIONS.

501. ADDITIONS.

502:

[ocr errors]
[blocks in formation]

HISTOIRE CRITIQUE

DE

L'INQUISITION D'ESPAGNE.

CHAPITRE TRENTE-NEUVIÈME.

De l’Inquisition, sous le règne de Charles II.

[blocks in formation]

I. CHARLES II succéda à son père, le 17 septembre 1665, à l'âge de quatre ans, sous la tutelle et la régence de sa mère, Marie-Anne d'Autriche. Ce prince mourutle 1er novembre 1700, après un règne d'environ trente-cinq ans. Les inquisiteurs généraux, sous ce gouvernement, depuis D. Diègue de Arce, furent le cardinal D. Pascal d'Aragon, archevêque de Tolède, que la reine avait nonımé, mais qui ne fut pas longtemps en place, cette princesse lui ayant retiré ses pouvoirs pour les confier au P. Jean Everard de Ni. tardo , Jésuite allemand, son confesseur. Celui-ci prit possession en 1666, et quitta ce ministère au bout de trois ans, d'après un ordre de la Régente. Il fut remplacé par D. Diègue de Sarmiento de Valladares, évêque d'Oviedo et de Plasencia, qui gouverna l'Inquisition jusqu'à sa mort, arrivée le 29 janvier 1695. La même année, D. Jean Thomas de Rocaberti lui succéda : il était archevêque de Valence, et général des moines dominicains; il mourut le 13 juin 1699,, et la reine mit à la lèle de l'Inquisition le cardinal D. Alphonse Fernandez de Cordovay Aguilar, qui n'exerça point le ministère auquel il venait d'etre appelé , à cause de sa mort arrivée peu de temps après sa nomination ; les fonctions d'inquisiteur général furent déléguées à D. Balthasar de Mendoza - Sandoval, évêque de Ségovie, qui entra en exercice le 3 du mois de décembre de cette même année 1699.

II. L'enfance du roi Charles II, l'ambition de son frère, Dom Jean d'Autriche, le caractère impérieux de la reine mère, Marie-Anne d'Autriche, et le machiavélisme du Jésuite Nitardo (qui fut depuis archevêque d'Edesse et cardinal), donnèrent lieu, pendant ce règne, à plusieurs événemens scandaleux : ce qu'il importe surtout de remarquer, c'est que le système des moyens secrets, toujours fidèlement suivi par l'Inquisition, et qui-favorisait toutes les entreprises de la calomnie, inspira à Nitardo l'audace d'abuser de son ministère, jusqu'au point d'attaquer comme'hérétique le frère de son roi, sans autre motif que geance de quelques offenses personnelles que ce prince lui avait faites , et que le jésuite avait méritées. J'ai donné dans le chapitre 27 la notice de ce procès, qui aurait eu des suites très-sérieuses, si Nitardo avait été plus long-temps inquisiteur général. La faiblesse de ce gouvernement fut le principe de la conduite insolente que j'ai fait remarquer dans les inquisiteurs de Cordoue, Grenade, Valence, Lima et Carthagène

de tirer ven

« AnteriorContinuar »