Imágenes de páginas
PDF
EPUB

restent hors la Savoie, ne vont à année commune qu'à environ 4.000 livres.

Elles quêtent encore aux environs d'Evian et dans quelques paroisses du Chablais et du Faucigny.

Tous ces couvents ont aussi leurs enclos, qui leur sont de quelques produits.

Ensuite de présentations régulières, l'Académie admet au nombre de ses membres effectifs :

MM. François-Joseph-Aimé-Eugène LEVET, com-
mandant du génie à Bourg (Ain).

Le baron Amé DE VIRY, à Thonon-les-Bains.
DUNOYER Norbert, à Juvigny.

VUARNET Emile, à Messery.

Séance du 9 Avril 1894

(PRÉSIDENCE DE M. ALBERT DUPLAN, PRÉSIDENT)

Le procès-verbal de la dernière séance est approuvé aprés lecture.

Le Frère Valfrid communique à l'Académie un travail sur les religieuses Annonciades Célestes et le couvent qu'elles avaient établi à Thonon. Venues de SaintClaude (Jura), où un incendie avait détruit leur monastère, et après avoir vainement tenté un établissement à Bonneville, elles arrivérent à Thonon en 1637. Primitivement installées place de la Halle, dans la maison des de Bellegarde, leurs premières années de séjour furent marquées par des déboires et des ennuis de toute sorte. Grâce aux généreux appuis qu'elles rencontrèrent

partout, leur monastère fut autorisé par le Conseil de la ville le 22 janvier 1651.

Soutenues par le dévouement et par la charité du marquis de Lullin et du comte de Sonnaz, elles firent, en mars 1665, l'acquisition de la propriété du seigneur de la Mare, située au quartier de la Croix. C'est là qu'elles demeurèrent jusqu'au 20 octobre 1793 (1).

M. André-Joseph Vernaz dépose au nom de M. Rigaux, professeur départemental d'agriculture, un mémoire sur le marquis Alexis-Barthélemy Costa de Beauregard (1724-1797), que l'on a appelé avec raison << le père de l'agriculture en Savoie ».

Après quelques détails historiques, M. Rigaux fait l'analyse de l'important ouvrage que publia le marquis Costa de Beauregard et qu'il intitula: Essai sur l'amélioration de l'agriculture dans les pays montueux et en particulier dans la Savoye.

Après avoir résumé les points principaux, les principes les plus importants exposés dans le cours de l'ouvrage, M. Rigaux nous montre son auteur non pas uniquement comme agronome, mais encore comme patriote, philanthrope, économiste et moraliste.

« Si sa préoccupation constante, dit-il, est d'augmenter la richesse, la fertilité du sol, ce n'est pas dans un but purement matériel. Il voit dans ce bien-être, qu'il veut créer, un moyen d'être utile au pays, à la patrie, à la société et surtout de rendre l'homme meilleur en éloignant de lui la misère, en lui donnant de bons exemples, en lui rendant la vertu plus facile. »

(1) Mémoire I.

Séance du 14 Mai 1894

(PRÉSIDENCE DE M. ALBERT DUPLAN)

Lecture est donnée du procès-verbal de la séance précédente, et son adoption est prononcée.

M. l'abbé Piccard présente un document inédit relatif à St-François de Sales et à Thomas Pobel, évêque de St-Paul-Trois-Châteaux. Ce dernier, qui était aussi abbé d'Entremont, obtint, d'accord avec l'apôtre du Chablais, et par l'intermédiaire du légat du Saint-Siège, un bref du Pape Clément VIII, daté du 18 avril 1600, conférant à Saint-François de Sales le pouvoir de juger les causes relatives aux hommes d'Entremont, et à Pobel, l'autorisation d'affranchir ses vassaux et sujets d'Entremont et de Peillonnex des diverses servitudes de l'époque féodale.

M. Duplan met sur le bureau un certain nombre de notes historiques et de documents relatifs à l'hôpital d'Evian et à l'origine de cet établissement qui remonte à l'an 1355. Il fut fondé par Pernette Grenat qui légua sa maison et ses biens aux administrateurs de la ville d'Evian pour y créer un hospice ou maladrerie en faveur des pèlerins et des bourgeois pauvres de la ville.

M. Duplan prépare en ce moment un travail historique et documentaire sur cet établissement qui, dès son origine, attira la bienveillance des autorités supérieures. Parmi les nombreux titres qu'il a déjà réunis et qu'il passe en revue, il convient de citer: une bulle du pape Clément VIII, de l'an 1378, qui encourage cette œuvre

par des indulgences accordées à ceux qui visiteront l'église ou la chapelle annexée; des lettres-patentes, délivrées à Thonon le 26 mars 1371, par le Comte Amé VII de Savoie, et lui accordant divers privilèges; des autographes de Prévost, des années 1634 et 1635, relatifs aux biens que cet hôpital possédait sur le territoire de Thollon.

Séance du 11 Juin 1894

(PRÉSIDENCE DE M. ALBERT DUPLAN, PRÉSIDENT)

Le procès-verbal de la dernière séance est approuvé après lecture.

M. Norbert Mudry communique un acte relatif à la chartreuse de Vallon, passé à Thonon le 25 août 1408, et comportant la fin d'un différend soulevé par un sieur Jacques Choudet habitant le hameau de la Clusaz. Il s'agissait des droits attachés à divers immeubles acquis par ce dernier de Henri Bompoen suivant acte passé devant Pierre Neyret, notaire à Mégevette, le 19 octobre 1406. Le prieur de Vallon était alors Jacques de Beaufort, et le notaire instrumentaire fut Pierre Depraz (ou Després (1).

Comme suite aux communications faites dans la dernière séance, concernant l'hôpital d'Evian, M. Duplan dépose sur le bureau un acte passé le 12 juin 1764, que nous donnons textuellement ci-après.

(1) Document II.

L'an mil sept. cent soixante quatre et le douziesme jour du mois de juin après midy à Evian dans l'hotel et maison forte de Grilly par devant moy notaire collegié soubsigné, cela en presence des temoins cy bas nommés, s'est en personne établi et constitué Reverendissime Seigneur Messire Louys fils de feu Messire Charles de Montfalcon, doyen de la Royalle Sainte Chapelle de Savoye, abbé commendataire des Royalles abbayes d'haute combe et d'entremont Seigneur de Ste Colombe et des revenus du chateau d'Evian, natif et domicillié de la ville de Chambéry, lequel de son plein gré et libre volonté pour luy et ses héritiers, ensuitte de la vente par luy faitte le cinquiesme novembre dernier par acte Dubouloz notaire à l'illustre Seigneur Messire françois fils de feu Seigneur Messire Claude de Blonay, natif, Bourgeois, et habitant de la ville d'Evian Baron d'Avise et de la Chapelle de Marin, marquis d'Hermance, Seigneur de St Paul, Bernex, Maxilly, Montigny et autres lieux, Gentil homme de la Chambre de Sa Majesté, du droit des Langues, Laide, Forrage et Banc du vin du mois de May dependants du fief et revenus du dt chateau d'Evian et de la vente qu'en at faitte ledit Seigneur Baron de Blonay aux nobles Sindics et Conseil de la ville d'Evian comme administrateurs des revenus de l'hopital de la ditte ville par acte du dix huit avril dernier receu et signé par moy dit notaire, at declaré et declare par le present l'acceptation du dit Seigneur Baron de Blonay et desdits nobles Sindics et Conseil en leur qualité és personnes de Spectable Claude fils de feu M. Anthoine Bron advocat au Senat, natif de la parroisse de Vacheresse premier Sindic et de noble

« AnteriorContinuar »