Histoire d'Espagne depuis le premiers temps jusqu'à nos jours, Volumen9

Portada
Furne et cie, 1850
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 360 - L'arbre sacré sur ce concours immense • Forme un abri de rameaux toujours verts : Les vents au loin porteront sa semence. Jours de triomphe, éclairez l'univers! L'Européen , que frappent ces paroles, Servit des rois, suivit des conquérants : Un peuple esclave encensait ces idoles; Un peuple libre a des honneurs plus grands.
Página 470 - Le grand maitre, étant retourné d'Acre, sur la fin de cette année, ou au commencement de la suivante 1225, y tint un chapitre général , où y estait prieur de SaintGilles frère Guillaume d'Olms.
Página 286 - ... à leurs logis; et lendemain, le tiers jour, on rafraîchit les nefs d'eau douce, et au quart jour ils se retrairent (retirèrent) dedans et se desancrèrent et puis s'en partirent. Le quart jour que ils avoient été logés sur les champs au dehors de Brest, ils avoient eu conseil...
Página 264 - ... li (elle). Et cette opinion mit bien avant le comte de Foix à ses gens, quand il les ot (eut) mandés à Orthez et il leur donna à dîner et ils prindrent (prirent) congé à lui, car de toutes ces besognes de Portugal et de Castille il étoit suffisamment informé. Et leur avoit dit: « Seigneurs, demeurez; vous ne vous avez que faire d'embesogner de la guerre de Castille et de Portugal. Car sachez par vérité que le roi de Portugal ni la reine de Castille, qui fut fille du roi Ferrant de...
Página 218 - ... main à sa coustille,et l'eût là occis sans remède, si n'eût été le vicomte de Roquebertin qui prit le pied du roi Dam Piètre et le renversa par dessous lui et mit le roi Henry dessus ; lequel trait...
Página 311 - On dit que c'étoit eau ardente, et que cela le réchauffoit, et le faisoit suer, si comme on avoit fait autrefois sans lui faire mal ni déplaisir de son corps ni de sa personne. Adonc on lui fit comme on avoit de coutume: mais lors se tourna la chose en pis pour le roi, ainsi que Dieu ou le diable le voulurent, car flambe ardente se bouta en ce lit, entre les linceulx...
Página 262 - Portugal qui vouloient avoir un roi et un seigneur avecques eux et qui véoient lagrand' volonté que les communautés des pays avoient à ce maître Denis (d'Avis). Et une des incidences qui plus émut les communautés premièrement de Portugal à non être en la grâce et subjection du roi de Castille, je le vous dirai. Les Espagnols que je nomme Casteloings (Castillans), quand fut fait de Castille et de Portugal et que le roi Ferrant eut enconvenancé (promis) le royaume de Portugal à venir après...
Página 156 - Par ma foi, dit le roi Henry, vous dites bien, et du surplus je me ordonnerai par votre conseil et par votre avis. » Depuis ne demeura guères de temps que messire Bertran se partit du roi Henry, et s'en vint en Arragon où le roi le recueillit liement ; et fut bien quinze jours de-lez (près) lui, et puis s'en partit et fit tant par ses journées que il vint à Montpellier ; et là trouva le duc d'Anjou qui le reçut aussi liement, car moult l'aimoit. Quand il eut été un terme de-lez (près)...
Página 364 - Isidor dit aussi que les arbres y croissent au moins à cent quarante pieds et portent beaucoup de fruits et d'oiseaux. On y trouve du miel et du lait, surtout dans l'île de Capria, ainsi appelée de la multitude de chèvres qui l'habitent. L'île Canarie s'appelle ainsi de la multitude de gros et forts chiens qui l'habitent. Pline, ce maître dans la géographie, dit que parmi les îles Fortunées, il y en a une où croissent tous les biens de la terre, cbx même que tous les fruits sans les semer...
Página 263 - JAB nous vous tenrons (tiendrons) en subjection et en servage et vous enseignerons si comme esclaves et juifs et ferons de vous notre volonté. Les Portingalois disoient et répondoient que jà n'aviendroit ni que jà ne seroient en subjection de nul homme du monde fors que de eux, et pour cette cause et ces paroles reprochables des Espagnols, prindrent (prirent)-ils maître Denis (d'Avis), frère bâtard du roi Ferrant et fils du roi Piètre (Pierre) de Portugal.

Información bibliográfica