Travail sur l'éducation publique: trouvé dans les papiers de Mirabeau l'ainé

Portada
Imprimerie nationale, 1791 - 210 páginas
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 201 - The borrower must return this item on or before thé last date stamped below. If another user places a recall for this item, thé borrower will be notified of thé need for an earlier return.
Página 34 - Ceux qui veulent que le paysan ne sache ni lire ni écrire, se sont fait sans doute un patrimoine de son ignorance, et leurs motifs ne sont pas difficiles à apprécier ; mais ils ne savent pas que , lorsqu'on fait de l'homme une bête brute , l'on s'expose à le voir à chaque instant se transformer en bête féroce. Sans lumières point de morale. Mais à qui importe-t-il donc de les répandre, si ce n'est au riche?
Página 35 - ... lieux les nobles fruits de la science. Croyez qu'en dissipant une seule erreur, en propageant une seule idée saine, vous aurez fait quelque chose pour le bonheur du genre humain; et, qui que vous soyez, c'est par là seulement, n'en doutez point, que vous pouvez assurer le vôtre.
Página 107 - Enflammez les courages, élevez les âmes, épurez les mœurs, enfantez les plus grands exemples, resserrez tous les cœurs par les liens fraternels d'une égalité touchante, et faites que chacun de nous trouve à jamais sa propre félicité dans l'aspect de la félicité publique, dans l'exercice de toutes les vertus, dans les sacrifices que les lois ou l'intérêt de nos frères pourront exiger et dans le ravissement continuel des sentiments qui dictent ces généreux sacrifices *. » Les Assemblées,...
Página 7 - ... pouvait priver de leurs fruits le peuple auquel elles sont destinées, et qui s'en montre digne par son courage, croyez, et j'en atteste ici les progrès que l'homme a déjà faits dans tous les arts, dans toutes les sciences, et cette perfection, sans doute indéfinie, dont il est susceptible, et les idées les plus douces à son esprit, et les passions les plus puissantes sur son cœur ; croyez que vos travaux , perdus pour nous, ne le seraient pas pour des contrées plus sages ou plus heureuses,...
Página 69 - Le difficile , messieurs , est de ne promulguer que des lois nécessaires , de rester à jamais fidèle à ce principe vraiment constitutionnel de la société , de se mettre en garde contre la fureur de gouverner, la plus funeste maladie des gouvernemens modernes.
Página 17 - ... tout acte qui ne viole le droit de personne; il n'est là que pour les laisser tous agir librement , et pour les maintenir en paix. Mais quand un homme se rend utile dans les arts de première nécessité, quand il se rend célèbre dans ceux qui cultivent les mœurs et répandent du charme sur la vie, les agens publics peuvent, doivent même, afin de l'encourager et de lui procurer la confiance des...
Página 17 - Selon moi , ce principe s'applique encore aux chaires de professeurs. Tout homme a le droit d'enseigner ce qu'il sait, et même ce qu'il ne sait pas. La société ne , peut garantir les particuliers des fourberies de l'ignorance que par des moyens généraux qui ne lèsent pas la liberté. Enseigner est un genre de commerce : le vendeur tâche de faire valoir sa marchandise ; l'acheteur la juge , et tâche de l'obtenir au plus bas prix. Le pouvoir public, spectateur et garant du marché , ne...
Página 35 - Par l'influence des lois, par celle d'une bonne administration, par les efforts que doit inspirer à chacun l'espoir d'améliorer le sort de ses semblables, hommes publics , hommes privés , efforcez-vous donc de répandre en tous lieux les nobles fruits de la science. Croyez qu'en dissipant une seule erreur, en propageant une seule idée saine, vous aurez fait quelque chose pour le bonheur du genre humain; et, qui que vous soyez , c'est par-là seulement que vous pouvez assurer le vôtre.
Página 18 - Au premier coup d'œil, on peut croire l'éducation gratuite nécessaire au progrès des lumières^ mais , en y réfléchissant mieux , on voit , comme je l'ai dit , que le maître qui reçoit un salaire, est bien plus intéressé à perfectionner sa méthode d'enseignement , et le disciple qui le paie , à profiter de ses leçons. Les meilleures écoles de l'Europe sont celles où les professeurs exigent une rétribution de chacun de leurs disciples. Je voudrais que parmi nous ils ne fussent plus...

Información bibliográfica