Imágenes de páginas
PDF
EPUB

PETIT JEAN.
Maitre Adam...

L'INTIMÉ.
Laissez-nous.

PETIT JEAN.

L'Intimé...
L'INTIMÉ.

Laissez-nous.

PETIT JEAN.
S'enroue.

L'INTIMÉ.
Hé! laissez-nous. Euh! euh !

DANDIN.

Reposez-vous, Et concluez.

L’INTIMÉ, d'un ton pesant.

Puis donc qu'on nous permet de prendre
Haleine, et que l'on nous défend de nous étendre,
Je vais, sans rien omettre, et sans prévariquer,
Compendieusement 'énoncer, expliquer,
Exposer à vos yeux l'idée universelle
De ma cause,

et des faits renfermés en icelle.

DANDIN.
Il aurait plutôt fait de dire tout vingt fois
Que de l'abréger une. Homme, ou, qui que tu sois,
Diable, conclus; ou bien que le ciel te confonde !

L'INTIMÉ.
Je finis.

DANDIN.
Ah!

L'INTIMÉ.
Avant la naissance du monde...

DANDIN, bdillant.
Avocat, ah ! passons au déluge ?.

L'INTIMÉ.

Avant donc
La naissance du monde et sa création,
Le monde, l'univers, tout, la nature entière

avec page, s. f., mais dans la communauté d'origine et l'analogie du sens. Ici c'est bien le même mot qui passe seulement du sens propre au sens figuré.

1 Brièvement: compendium , abrégé. Ce mot compendieusement exprime si bien le contraire de ce qu'il signifie, que bien des gens y sont pris et lui donnent le sens de longuement.

2 Racine n'a pas exagéré. Nous lisons, dans la Chronique normande , un discours du "président du parlement de Rouen, Antoine de Saint-Antot, à la séance où Charles IX fut déclaré majeur, lequel commence ainsi : « Au premier temps que les dieux estoient seuls, avant que les hommes et les bestes fussent créés, ils formé. rent aux entrailles de la terre toutes sortes d'animaux, etc. »

Était ensevelie au fond de la matière. Les éléments, le feu , l'air, et la terre, et l'eau, Enfoncés, entassés, ne faisaient qu'un monceau, Une confusion, une masse sans forme, Un désordre, un chaos, une cohue énorme. « Unus erat toto naturæ vultus in orbe, « Quem Græci dixere chaos, rudis indigestaque moles ',»

(Dandin endormi se laisse tomber.)

LÉANDRE.
Quelle chute! mon père !

PETIT JEAN.
Ay, monsieur! comme il dort!

LÉANDRE.
Mon père, éveillez-vous.

PETIT JEAN.
Monsieur, êtes-vous mort?

LÉANDRE.
Mon père!

DANDIN.
Hé bien ? hé bien ? quoi ? qu'est-ce? Ah! ah! quel

[homme! Certes, je n'ai jamais dormi d'un si bon somme,

LÉANDRE.
Mon père, il faut juger.

DANDIN.
Aux galères ?
LÉANDRE.

Un chien
Aux galères !

DANDIN.
Ma foi ! je n'y conçois plus rien.
De monde, de chaos, j'ai la tête troublée.
Hé! concluez.

L'INTIMÉ, lui présentant de petits chiens.

Venez, famille désolées ;
Venez, pauvres enfants qu'on veut rendre orphelins,
Venez faire parler vos esprits enfantins.
Oui, messieurs, vous voyez ici notre misère :
Nous sommes orphelins, rendez-nous notre père,
Notre père, par qui nous fûmes engendrés,
Notre père, qui nous...

[ocr errors]

1 Ce dernier vers a sept pieds , grâce au mot Græci, qui n'est pas dans Ovide. ( Mét., liv. I.) Mais l'Intimé n'y regarde pas de si près, et, d'ailleurs, il veut finir pompeusement.

2 Dans Aristophave le juge dit : aux corbeaux.

3 PHILOCLÉON. Ouf! d'où vient que je me sens pris de compassion ? qu'est-ce qui m'arrive là ? me voilà tout ému!

BDÉLYCLÉON. Ah! mon père, je t'en conjure! Ayez pitié de lui; ne le sacrifiez point... Où sont les enfauts ?... Venez, famille désolée ; faites entendre vos cris , vos prières, vos larmes. ( Aristophane, Guépes, p. 190.)

DANDIN.
Tirez, tirez, tirez.

L’INTIMÉ.
Notre père, messieurs...

DANDIN.

Tirez donc. Quels vacarmes ! Ils ont pissé partout.

L'INTIMÉ.
Monsieur, voyez nos larmes.

DANDIN.
Ouf. Je me sens déjà pris de compassion.
Ce que c'est qu'à propos toucher la passion!
Je suis bien empêché!. La vérité me presse ;
Le crime est avéré ; lui-même il le confesse.
Mais, s'il est condamné, l'embarras est égal;
Voilà bien des enfants réduits à l'hôpital.
Mais je suis occupé, je ne veux voir personne.

SCÈNE IV.

DANDIN, LÉANDRE, CHICANEAU, ISABELLE,

L’INTIME, PETIT JEAN.

CHICANEAU. Monsieur...

DANDIN. Oui, pour vous seuls l'audience se donne. Adieu... Mais, s'il vous plaît , quel est cet enfant-là ?

CHICANEAU.
C'est ma fille, monsieur.

DANDIN.
Hé! tôt, rappelez-la.

ISABELLE,
Vous êtes occupé.

DANDIN.

Moi! je n'ai point d'affaire. (A Chicaneau. ) Que ne me disiez-vous que vous étiez son père ? ?

CHICANEAU.
Monsieur...

DANDIN.
Elle sait mieux votre affaire que vous.
Dites.... Qu'elle est jolie , et qu'elle a les yeux doux !

1 Embarrassé.

2 On voit que Dandin n'est pas seulement sensible au vin muscat. Ce personnage serait bien odieux, s'il n'était pas souverainement ridicule.

[ocr errors]

Ce n'est pas tout, ma fille, il faut de la sagesse.
Je suis tout réjoui de voir cette jeunesse.
Savez-vous que j'étais un compère autrefois ?
On a parlé de nous.

ISABELLE.
Ah! monsieur, je vous crois.

DANDIN.
Dis-nous : à qui veux-tu faire perdre la cause ?

ISABELLE.
A personne.

DANDIN.
Pour toi je ferai toute chose.
Parle donc.

ISABELLE.
Je vous ai trop d'obligation.

DANDIN.
N'avez-vous jamais vu donner la question ?

ISABELLE.
Non ; et ne le verrai , que je crois, de ma vie.

DANDIN.
Venez , je vous en veux faire passer l'envie.

ISABELLE.
Hé monsieur! peut-on voir souffrir des malheureux'?

DANDIN.
Bon! cela fait toujours passer une heure ou deux.

CHICANEAU.
Monsieur, je viens ici pour vous dire....

LÉANDRE.

Mon père,
Je vous vais en deux mots dire toute l'affaire.
C'est pour un mariage. Et vous saurez d'abord
Qu'il ne tient plus qu'à vous, et que tout est d'accord.
La fille le veut bien ; son amant le respire :
Ce que la fille veut, le père le désire.
C'est à vous de juger.

DANDIN, se rasseyant.

Mariez au plus tôt :
Dès demain, si l'on veut ; aujourd'hui, s'il le faut.

LÉANDRE.
Mademoiselle, allons, voilà votre beau-père :
Saluez-le.

CHICANEAU.
Comment !

DANDIN.
Quel est donc ce mystère?

LÉANDRE.
Ce que vous avez dit se fait de point en point.

[ocr errors]

1 Il faut savoir gré au poëte d'avoir dirigé ce trait contre la question, qui n'a été abolié qu'à la fin du xvi1e siècle.

116

LES PLAIDEURS. ACTE III, SCÈNE IV.

[ocr errors]

DANDIN.
Puisque je l'ai jugé, je n'en reviendrai point.

CHICANEAU.
Mais on ne donne pas une fille sans elle.

LÉANDRE.
Sans doute ; et j'en croirai la charmante Isabelle.

CHICANEAU.
Es-tu muette ? Allons, c'est à toi de parler.
Parle.

ISABELLE.
Je n'ose pas, mon père, en appeler.

CHICANEAU.
Mais j'en appelle, moi.
LÉANDRE, lui montrant un papier.

Voyez cette écriture.
Vous n'appellerez pas de votre signature.

CHICANEAU.
Plaît-il ?

DANDIN
C'est un contrat en fort bonne façon.

CHICANEAU.
Je vois qu'on m'a surpris ; mais j'en aurai raison :
De plus de vingt procès ceci sera la source.
On a la fille ; soit : on n'aura pas la bourse.

LÉANDRE.
Hé monsieur! qui vous dit qu'on vous demande rien ?
Laissez-nous votre fille, et gardez votre bien.

CHICANEAU.
Ah !

LÉANDRE.
Mon père, etes-vous content de l'audience ?

DANDIN.
Oui-da. Que les procès viennent en abondance,
Et je passe avec vous le reste de mes jours.
Mais que les avocats soient désormais plus courts'.
Et notre criminel ?

LÉANDRE.

Ne parlons que de joie; Grâce! grâce ! mon père.

DANDIN.

Hé bien, qu'on le renvoie. C'est en votre faveur, ma bru, ce que j'en fais. Allons nous délasser à voir d'autres procès.

1 Racine n'a pas gagné ce point: mais si les avocats sont toujours prolixes, au moins n'ont-ils que cela de commun avec l'Intimé.

« AnteriorContinuar »