Archives de l'Orient latin, Volumen2

Portada
comte Paul Edouard Didier Riant, comte Riant (Paul Édouard Didier)
E. Leroux, 1884
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 141 - IN NOMINE SANCTE ET INDIVIDUE TRINITATIS, PATRIS ET FILII ET SPIRITUS SANCTI. AMEN.
Página 399 - **, qui dominait la route de Safed et lui avait souvent paru gênant. On rapporte que le sultan ayant lancé un trait dans la direction de la forteresse , le hasard voulut que ce trait atteignit une colombe qui s'envolait du camp. On trouva sur elle une lettre qu'un espion qui se trouvait dans le camp du sultan adressait aux chevaliers Teutoniques et qui contenait des détails sur l'armée assiégeante et surtout sur la personne même du sultan. Celui-ci en fit donner lecture devant quelques chevaliers...
Página 392 - Toutr à-coup, il me regarda avec colère, et me fit dire par l'interprète de regarder derrière moi. Je tournai la tête, et je vis sur la place toutes les troupes du roi , rangées en bataille. L'interprète eut même soin de m'en faire remarquer le nombre .et l'attitude martiale.
Página 413 - Il passe ensuite à un court résumé de l'histoire d'Hébron depuis l'acquisition par Abraham du caveau funéraire jusqu'au règne de Théodose. Arrivé là, il insère une légende qu'il doit, dit-il, à un moine grec du Mont-Sinaï, nommé Jean, et à un prêtre syrien '>. D'après cette légende, la pieuse avidité de Théodose, mal assouvie par la possession à Constantinople de reliques précieuses (qu'énumère notre auteur), envoie en Palestine une ambassade pour en rapporter les corps des...
Página 392 - ... l'interprète eut même soin de » m'en faire remarquer le nombre et l'attitude martiale. Alors je baissai » les yeux, et après qu'on m'eut promis de respecter mon caractère de » député, je dis au roi qu'il y avait en effet beaucoup de soldats sur » la place, mais qu'il y en avait encore plus dans les prisons du Caire.
Página 393 - Le sultan me fit signe du pied de ne plus insister ; nous rétablîmes donc dans le traité le titre de prince , et les conditions furent jurées de part et d'autre ; mais , à notre retour, le sultan ne put s'empêcher de rire de l'aventure , et de donner au diable tous les comtes et les princes de la terre.
Página 391 - Siloc : on l'appelle Les Soupirs de Pierre. Le couvent de Pande (Pantaléon), nommé Saint Précurseur; situé vers l'Orient, sur le Mont des Oliviers: également bâti par donation royale , au nom de la sainte cathédrale de la ville de Valarshapat '. Les Alouaniens le possèdent jusqu'aujourd'hui. Le couvent de Mèje 4, nommé les Quarante Saints :. occupé maintenant par les Sarrasins. Tout près se trouve le couvent de Bâte, fondé par des Schirakiens; il fut ensuite nommé couvent des Cucculés....
Página 398 - ... comte s'humilia et demanda la paix ; mais le sultan exigeait qu'il payât tous les frais de la guerre, et il imposait d'autres conditions fort dures. Le comte répondit : «Du moins, quand j'ai perdu Antioche, ma réputation est restée intacte aux yeux de mes sujets ; mais comment justifier maintenant une telle bassesse ? Je sais bien que je ne suis pas en état de résister au sultan.
Página 340 - Accon autem portum habet, ibique unum scolium faciens dictum portum, ad quod scolium Prodenses debent dari : ab oriente autem Turris est Muscarum et 'si quem venire contigerit ad praefatum portum, naviget a longe a tempio Sancii Andreae per tria milliaria, propter siccam...

Información bibliográfica