Imágenes de páginas
PDF
EPUB

De ton espoir frivole es-tu désabusé ?
Il laisse à mon pouvoir et ton tenuple et ta vie.
Je devrais, surʻl'autel où ta main sacrifie,
Te... Mais du prix qu'on m'offre il faut me contenter.
Ce que tu m'as promis , songe à l'exécuter :
Cet enfant, ce trésor, qu'il faut qu'on me remette,
Où sont-ils?

JOAD.

Sur-le-champ tu seras satisfaite; Je te les vais montrer l'un et l'autre à la fois. (Le rideau se tire. On voit Joas sur son tròne ; sa nourrice est à ge

nous à sa droite; Azarias, l'épée à la main , est debout à sa gau-
che; et près de lui Zacharie et Salomith sont à genoux sur les de-
grés du trône; plusieurs lévites, l'épée à la main, sont rangés sur

les côtés.)
Paraissez, cher enfant, digne sang de nos rois.
Connais-tu l'héritier du plus saint des monarques,
Rcine? de ton poignard connais du moins ces marques.
Voilà ton roi, ton fils, le fils d’Ochozias.
Peuples, et vous, Abner, reoonnaissez Jeas.

ABNER.

Ciel!

ATHALIE, à Joad.
Perfide!

JOAD.

Vois-tu cette Juive fidèle
Dont tu sais bien qu'alors il suçait la mamelle ?
Il fut par Josabeth à ta

rage

enlevé :
Ce temple le reçut, et Dieu l'a conservé.
Des trésors de David voilà ce qui me reste.

ATHALIE
Ta fourbe à cet enfant, traître, sera funeste.
D'un fantome odieux, soldats, délivrez-moi!

JOAD. Soldats du Dieu vivant, défendez votre roi ! (Ici le fond du théatre s'ouvre. On voit le dedans du temple, et les lévites armés entrent de tous côtés sur la scène.)

ATHALIE
Où suis-je ? O trahison! 0 reine infortunée !
D'armes et d'ennemis je suis environnée !

JOAD.

[ocr errors]

Tes yeux cherchent en vain , tu ne peux échapper,
Et Dieu de toutes parts a su t'envelopper.
Ce Dieu que tu bravais en nos mains t'a livrée :
Rends-lui compte du sang dont tu t'es enivrée.

ATI ALIE.
Quoi ! la peur a glacé mes indignes soldats !
Lâche Abner, dans quel piége as-tu conduit mes pas !

ABNER.
Reine, Dieu m'est témoin...

ATHALIB.

Laisse-là ton Dieu, traitre,
Et venge-moi.

ABNER, se jetant aux pieds de Joas.
Sur qui? Sur Joas ! sur mon maitre !

ATHALIE.
Lui Joas? lui ton roi? Songez, méchants, songez
Que mes armes encor vous tiennent assiégés.
J'entends à haute voix tout mon camp qui m'appelle.
On vient à mon secours. Tremblez , troupe rebelle.

SCÈNE VI.

m

[ocr errors]

JOAS, ATHALIE, JOAD, ISMAEL, ET TOUS LES ACTEURS

DE LA SCÈNE PRÉCÉDENTE.

ISMAEL,

à Joad.
Seigneur, le temple est libre et n'a plus d'ennemis :
L'étranger est en fuite , et le Juif est soumis.
Comme le vent dans l'air dissipe la fumée,
La voix du Tout-puissant a chassé cette armée.
Nos lévites, du haut de nos sacrés parvis,
D’Ochozias au peuple ont annoncé le fils,
Ont conté son enfance au glaive dérobée,
Et la fille d'Achab dans le piége tombée.
Partout en même temps la trompette a sonné :
Et ses sons et leurs cris dans son camp étonné
Ont répandu le trouble et la terreur subite
Dont Gédéon frappa le fier Madianite.
Les Tyriens, jetant armes et boucliers,
Ont, par divers chemins, disparu les premiers :
Quelques Juifs éperdus ont aussi pris la fuite;

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Mais, de Dieu sur Joas admirant la conduite,
Le reste à haute voix s'est pour lui déclaré.
Enfin, d'un même esprit tout le peuple inspiré,
Femmes, vieillards, enfants, s'embrassant avec joie,
Bénissent le Seigneur et celui qu'il envoie :
Tous chantent de David le fils ressucité..
Baal est en horreur dans la sainte cité;
De son temple profane on a brisé les portes;
Mathan est égorgé.

ATHALIE.

Dieu des Juifs, tu l'emportes ! Oui, c'est Joas : je cherche en vain à ine tromper, Je reconnais l'endroit où je le fis frapper : Je vois d'Ochozias et le port et le geste; Tout me retrace enfin un sang que je déteste. David , David triomphe; Achab seul est détruit. Impitoyable Dieu , toi seul as tout conduit ! C'est toi qui, me flattant d'une vengeance aisée, M'as vingt fois en un jour à moi-même opposée; Tantôt pour un enfant excitant mes remords, Tantot m'éblouissant de tes riches trésors, Que j'ai craint de livrer aux flammes , au pillage. Qu'il règne donc ce fils, ton soin et ton ouvrage! Et que, pour signaler son empire nouveau, On lui fasse en mon sein enfoncer le couteau ! Voici ce qu'en mourant lui souhaite sa mère : Que dis-je souhaiter ! je me flatte , j'espère Qu'indocile à ton joug, fatigué de ta loi, Fidèle au sang d'Achab qu'il a reçu de moi, Conforme à son aïeul, à son père semblable, On verra de David l'héritier détestable Abolir tes honneurs, profaner ton autel, Et venger Athalie, Achab et Jézabel.

(Athalie sort, les lévites la suivent.)

2

JOAD.

Qu'à l'instant hors du temple elle soit emmenée,
Et que la sainteté n'en soit point profanée.
Allez, sacrés vengeurs de vos princes meurtris,
De leur sang par sa mort faire cesser les cris.
Si quelque audacieux embrasse sa querelle,
Qu'à la fureur du glaive on le livre avec elle.

SCÈNE VIL

JOAS, JOAD, JOSABETH, ABNER, ET TOUS LES ACTEURS

DE LA SCÈNE PRÉCÉDENTE.

[ocr errors]

JOAS, descendu de son trône.
Dieu , qui voyez mon trouble et mon affliction,
Détournez loin de moi sa malédiction,
Et ne souffrez jamais qu'elle soit accomplie :
Faites que Joas meure avant qu'il vous oublie.

JOAD, aux lévites,
Appelez tout le peuple, et montrons-lui son roi :
Qu'il lui vienne en ses mains renouveler sa fui.
Roi, prêtres, peuple, allons, pleins de reconnaissance,
De Jacob avec Dieu confirmer l'alliance,
Et, saintement confus de nos égarements,
Nous rengager à lui par de nouveaux serments.
Abner, auprès du roi rcprenez votre place.

[ocr errors]

SCÈNE VHI.

JOAS, JOAD, UN LÉVITE, ET TOUS LES ACTEURS DE LA

SCÈNE PRÉCÉDENTE.

JOAD, au lévite.
Eh bien , de cette impie a-t-on puni l'audace?

LE LÉVITE.
Le fer a de sa vie expié les ars.
Jérusalem, longtemps en proie à ses fureurs,
De son joug odieux à la fin soulagée,
Avec joie en son sang la regarde plongée.

JOAD.
Par cette fin terrible, et due à ses forfaits,
Apprenez , roi des Juifs, et n'oubliez jamais,
Que les rois dans le ciel ont un juge sévère,
L'innocence un vengeur, et l'orphelin un père.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »