Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Pages

G. Eugène Simon, par H. CORDIER

592

George Phillips, par G. SCHLEGEL.

593

Bulletin critique.

R. Dvořák, Confucius und seine Lehre, par G. Schlegel .

86

JAMES LEGGE, the Lĩ sao, poem and its anthor, par G. Schlegel

91

STEWART Culin, Korean Games with notes on the corresponding games of

China and Japan, by G. Schlegel . .

94

Arthur von Rosthorn, Die Ausbreitung der chinesischen Macht in südwest-

licher Richtung bis zum vierten Jahrhundert nach Chr. Vilh.

Thomsen, Inscriptions de l'Orkhon. Karl Florenz, Japanische Dich-

tungen (Weissaster).

176

Die Sprache und Schrift der Jučen, von Dr. WILHELM GRUBE; Botanicon

Sinicum, by E. BRETSCHNEIDER: Map of China, by E. BRETSCHNEIDER ;

Description d'un Atlas Sino-Coréen manuscrit du British Museum,

par HENRI CORDIER; Essay in aid of a Grammar and Dictionary of

the Luchuan Language, by BASIL HALL CHAMBERLAIN; Ueber den

Rhythmus im Chinesischen, von Dr. Fr. KÜHNERT; Catalogus der

numismatische verzarneling van het Batavia:sch Genootschap van kun-

sten en wetenschappen, door M. J. A. VAN DER CHIJs; Chinese philo-

sophy, by Dr. PAUL CARUS (G. Schlegel); Notes orientales, Recueil de

mémoires et de recherches par les professeurs et maîtres de conférence

de l'Université impériale de St. Petersbourg (H. Kern); Tschoudskia

Pismena (Inscriptions tchoudes), par M. TRUSMAN (G. Schlegel). . . 277

ASTON, Nihongi; Giornale della Societa Asiatica Italiana; Huth, Geschichie

des Buddhismus in der Mongolei : ETIENNE Zi, Pratique des Examens

militaires en Chine; WINKLER, Die Sprache der zweiten Columne der

dreisprachigen Inschriften und das Altaische (G. Schlegel).

429

O. DONNER, Sur l'origine de l'Alphabet Turc du Nord de l'Asie; Catalogue

d'Estampes japonaises. Collection A. W. SIJTHOFF; Un message de

l'Empereur Kia-k'ing au roi d'Angleterre Georges III, par A. VISSIÈRE;

Mr. P. II. FROMBERG, Mag een Chinees bij uitersten wil over zijn ver-

mogen onbeperkt beschikken, par G. SCHLEGEL

596

Bibliographie.

Bausteine zu einer Geschichte der chinesischen Literatur, von Fr. Hirth 293, 481

Correspondance.

Description de Bac-ninh, par Marcel MONNIER

103

Lettre du P. ST. LE GALL à M. H. Cordier

Lettre de Mgr. de Harler à M. G. Schlegel

194

Lettre de Mgr. de Harlez au Directeur.

508

Lettre de M. le docteur Ernest Martin à M. H. Cordier.

609

W. Bang: Zur kokturkischen Inschrift IE 19-21 ,

611

Lettre de M. W. Grube à M. G. Schlegel.

. 611

Réponse de M. G. Schlegel à M. W. Grube

· 612

Notes and Queries.

1. Dates Chinoises, par E. CHAVANNES; 2. Expansion de la race chinoise,

par G. SCHLEGEL ; 3. Longévité des Japonais, par G. SCHLEGEL; 4. Le
Lis comestible, par Inazo NoToBe .

108
Annonces.

La loi du parallélisme en style Chinois .

195, 323

Erratum.

112, 508, 616

Index alphabétique

617

European and Chinese Calendar for the year 1897.

7-3

LA CHRONOLOGIE CHINOISE

DE L’AN 238 A L’AN 87 AVANT J.-C.

PAR

E, CHAVANNES.

Je me suis proposé, dans cet article, d'établir la chronologie exacte du siècle et demi qui s'écoula depuis l'époque où les Ts'in devinrent tout puissants jusqu'à la date de la mort de l'empereur Ou. C'est à ce laps de temps que se rapportent plus des deux tiers des récits que nous ont conservés les Mémoires de Se-ma Ts'ien; il importait de préciser autant que possible les cadres dans lesquels doivent se ranger les faits dont parle l'historien.

Dès l'époque des Ts'in, et peut-être avant cette époque, les Chinois ont connu la période de 76 années ou période pou (). Cette période comprend 940 lunaisons et 27759 jours. Elle se subdivise en quatre périodes de 19 ans, ou périodes tchang (?), dont l'une ne compte que 6939 jours, tandis que les trois autres en comptent 6940. Il est vraisemblable que les chronologistes Chinois ne connurent d'abord que la période tchang de 6940 jours; on a da introduire dans le calendrier Chinois, à une époque incertaine, mais assurément antérieure au milieu du IIIe siècle avant notre ère, un perfectionnement identique à celui que Callippe apporta en 330 av. J.-C. au calendrier grec lorsque, au moyen de la période de 76 ans plus courte d'un jour que 4 périodes de 19 ans, il rectifia l'usage de la période de 19 ans découverte au Ve siècle

par Méton.

Pour établir l'accord entre les lunaisons et l'année tropique, les Chinois ont eu recours à l'artifice du mois intercalaire. Chaque période tchang renferme sept mois intercalaires. Au commencement de la dynastie des Han antérieurs, le mois intercalaire était toujours placé à la fin de l'année '); comme l'année conimençait au 10e mois ?), le mois intercalaire était donc toujours un second neuvième mois (tu ). Le premier problème qui se présente à nous est de savoir quelles étaient, dans chaque période tchang, les années où se trouvait un mois intercalaire.

Les mois intercalaires sont uniformément de 30 jours et les années qui renferment un mois intercalaire sont toutes de 384 jours. Une période tchang de 6940 jours comprenant 7 années avec mois intercalaire, il reste, en dehors de ces années qui représentent 384 X 7 = 2688 jours, un ensemble de 4252 jours à répartir

1) Cf. Se-ma Toien, chap. IX, p. 6 recto, cominentaire de Wen Ing Ta Texpresion 後九月:即閏九月也。時律曆廢。不知

閏。謂之後九月也。以十月為歲首。至九月則 te on the tu WW. «C'est le neuvième mois intercalaire : en ce temps, la science des tubes musicaux et du calendrier s'était altérée; on ne connaissait pas l'intercalation et on disait le second neuvième mois; le dixième mois étant regardé comme le commencement de l'année, le neuvième mois en était donc la fin; ainsi le second neuvième mois était le mois intercalaire ».

2) Le calendrier t'ai-tch'ou, promulgué par l'empereur Ou en 104 av. J.-C., reporta le commencement de l'année au premier mois. En outre, le mois intercalaire n'eut plus une place invariable après le ge mois. Cf. T'ien yuen li li ts'iuen chou (sur lequel voy. Wylie, Notes on Chinese literature, p. 96), chap. VI, p. 28 recto: # i) 馬遷登平所造。改聞法于應盟之月。 Le calendrer tai-tch'ou fut celui que dressèrent Se-ma Ts'ien et Teng Pfing; ils changèrent la méthode d'intercalation en reportant l'intercalation au mois où elle devait se trouver ». Comme les textes manquent pour déterminer comment furent répartis les mois intercalaires après l'année 104, j'ai admis, dans le tableau qu'on trouvera à la fin de cet article, que le mois intercalaire avait continué à être placé après le neuvième mois; c'est une convention que j'ai cru pouvoir admettre afin de continuer le tableau jusqu'à la mort de l'empereur Ou.

entre 8 années de 354 jours et 4 années de 355 jours. Le second problème à résoudre est donc de savoir quelles places occupent dans une période tchung de 6940 jours les années de 355 jours.

Le troisième problème consiste à déterminer quelle est l'année qui fait qu'une période tchang n'a que 6939 jours, c'est-à-dire qui ne compte que 354 jours tandis que l'année correspondante d'une période tchang de 6940 jours en compte 355.

Enfin le quatrième et dernier problème est de savoir quels sont dans chaque année les mois de 29 jours et quels sont les mois de 30 jours.

Voici les solutions que j'ai trouvées pour ces quatre questions:

1° et 2°. Dans la période tchang de 6940 jours comprise de 149 ') à 130 av. J.-C., les années de 384, de 355 et de 354 jours sont réparties de la manière suivante (je désigne par a les années de 354 jours, par a les années de 355 jours et par b les années de 384 jours):

formule I: a b a a I a b a b a a a b a a b a b a

аа

Cet ordre de succession sera le même pour toutes les périodes tchang de 6940 jours.

3o. Ce sont les années 92 et 168 av. J.-C. qui, dans l'ensemble de 152 années dont j'ai établi la chronologie exacte, comptent 354 jours au lieu de 355 qu'elles devraient avoir si elles appartenaient à une période tchang de 6940 jours.

4°. Pour les années de 354 jours antérieures à 104 av. J.-C., les mois de 29 et de 30 jours se succèdent de la manière suivante: Pour une année de 384 jours, il suffit d'ajouter un mois de 30 jours à la série précédente. Quant aux années de 355 jours, j'ai admis arbitrairement que c'était le ge mois, c'est-à-dire l'avant dernier de l'année, qui avait 30 jours, au lieu que ce mois n'en compte que 29 dans une année de 354 jours.

formule II. 29. 29. 30. 30. 29. 30. 30. 30. 29. 29. 29. 30. ')

1) J'emploie ici la terminologie usuelle qui fait concorder une année Chinoise avec l'année Européenne dans laquelle elle se trouve comprise en majeure partie.

2) Cet ordre de succession est celui qui résulte mathématiquement des données historiques sur lesquelles je me fonde. Rien ne prouve cependant que, dans toutes les années, ce soient les mêmes mois qui aient eu 29 ours et les mêmes mois qui aient eu 30 jours.

Il me reste maintenant à démontrer que ces solutions sont exactes. Dans la discussion qui va suivre, j'aurai constamment à me référer aux caractères cycliques par lesquels sont désignés les jours; pour plus de clarté, je remplacerai les caractères par les nombres qui leur correspondent dans le cycle sexagénaire, ainsi que l'expose la table ci-dessous.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Voici un exemple qui montrera comment on peut tirer des renseiguements fournis par les historiens les linéaments d'un système

La chronologie que je propose n'est donc eracte qu'à un jour près, c'est-à-dire que le jour que j'indique comme le dernier d'un certain mois peut avoir été en réalité le premier du mois suivant et vice-versa. Mais l'accord se rétablit nécessairement à la fin de l'année.

« AnteriorContinuar »